Les coutumes de Beauvaisis de Philippe de Beaumanoir (1250 ? -1296)

Philippe de Beaumanoir a été bailli de Beauvaisis entre mai 1279 et mai 1283. Pendant qu’il occupe cette fonction qu’il met par écrit les coutumes. Celles-ci permettent d’appréhender le rapport à la nature des objets et leur propriété dans le cadre du droit coutumier du nord du royaume de France dans cette 2e moitié du XIIIe siècle. Ainsi, si un objet est pris à quelqu’un contre sa volonté, et que cet objet a été transformé, on ne peut alors plus le réclamer. On donne ainsi l’exemple de deniers d’argent. Si on les fait fondre, il n’existera pas de preuve de la présence des deniers à l’intérieur des pots ou écuelles qui auront été produits avec. Il en va de même pour la construction. Dans le deuxième texte, on établit que les matériaux qui appartiennent à plusieurs personnes et qui sont utilisés pour construire une maison, ne peuvent plus être récupérés une fois qu’ils ont été transformés. (Hervé Chopin)

Référence :
Philippe de Beaumanoir, Les coutumes de Beauvaisis, Amédée Salmon éd., Paris. A. Picard, 1899 (Collection de textes pour servir à l’étude et à l’enseignement de l’histoire, 24)

Texte
Tome 1, p. 363, n°711 :
Aucune fois avient il que l’en prent aucune chose qui est a autrui sans le congié et sans la volenté de celi qui ele change sa nature et devient autre : si comme se aucuns prent mairien en autrui bois et le met en ouvrage de meson ou de nef ou de mout autres choses que l’en puet fere de mairien ; ou si comme aucuns fet fondre deniers d’argent qui furent a autrui et en fet fere pos, escueles ou hanas. En tous teus cas et en semblables, je ne puis pas demander la chose qui est fete puis qu’il a en la façon autre chose que ce qui du mien vint ; car je ne puis pas demander la meson pour ce se je vueil prouver qu’il i eust mis de mon mairien ; ne je ne puis pas demander les pos ne les escueles pour ce se je vueil prouver qu’il i eust de mon argent. (…).
p. 364, n°712
Se une mesons ou une autre chose est fete des choses qui furent a plusieurs, et chascuns redemande sa chose pour ce qu’il n’est pas paiés du pris qu’il la vendit, et pour ce que l’en ne le veut ou puet paier, la mesons ne doit pas estre depeciee pour rendre a l’un son mairien et a l’autre sa pierre et au tiers sa tieule ; ainçois se doivent cil qui la chose baillierent ou vendirent soufrir de leur dammage, quant il la baillierent sans prendre pleges et a tel personne qui ne puet paier. Mes voirs est, se chascuns trueve sa chose entiere avant qu’ele soit mise en euvre et après le terme que l’en dut estre paié du pris, et ele est encore a celi qui l’acheta, l’en la puet redemander arrieres, se l’acheteres ne fet plein paiement ; car male chose seroit se je trouvoie mon mairien que j’avroie vendu sans estre mis en euvre et en la main de l’acheteur, et je ne pouoie avoir le pris ne le mairien qui fu miens. Et par ce que nous disons du mairien pouvons nous entendre des autres choses vendues.

Mots-clés :
Propriété-don ou cession-valeur juridique

Toisé des ouvrages faits à la collégiale Saint-Paul de Lyon (1779)

Lyon, 1779

Dans le cadre des travaux concernant l’agrandissement de l’abside et la «baroquisation» de l’église collégiale Saint-Paul de Lyon, dans les années 1779-1784, le maître-maçon Meunier intervient. Il a récupéré une grande quantité de vieux tufs qu’il utilise pour voûter la nouvelle construction. Il ne précise pas l’origine de ces pierres, mais l’ensemble est facturé 60 livres au chapitre. (Hervé Chopin)

Références :
Archives départ. du Rhône et de la métropole de Lyon, 13G323, pièce n°9 : « toisé des ouvrages que Meunier, maître maçon à Lyon, a fait et fourni la réparation de l’église de Saint-Paul, indépendamment des murs du couvert du chœur ». Inédit.
Chopin (H.), Collégiale Saint-Paul de Lyon (Rhône). Etude des archives relatives à l’église, CERIAH-MH, 2000, p. 49.

Texte
« un millier de vieux tufs employé tant à ladite voûte qu’aux pilastres des piliers, 60 livres ».

Mots-clés :
Collégiale–tuf–destination–voûte-abside-prix-qualité

Extraits des Hauts faits des saints abbés (Gesta abbatum) du monastère de Fontenelle (rédigé entre 823-845)

Abbaye de Saint-Wandrille – anciennement abbaye de Fontenelle (rédigé entre 823-845)

Ce texte, qui concerne l’abbaye de Saint-Wandrille – anciennement abbaye de Fontenelle (Seine-Maritime). La chronique des abbés mentionne que la façade de la basilique (édifiée entre 732 et 743) a été construite à l’aide de « pierres taillées » provenant de l’enceinte antique de Lillebonne, édifiée par Jules César et distante d’une vingtaine de kilomètre.
(Stéphane Büttner, Christian Sapin)

Références
Chronique des abbés de Fontenelle (Saint-Wandrille), texte établi, traduit et commenté par frère Pascal Pradié, Paris, Les Belles Lettres, 1999

Texte
Sub huius denique tempore Ermharius, praepositus eius, aedificauit basilicam beatissimi archangeli Michaeli, licet modico, pulcherrimo tamen opere, allatis uidelicet petris politis de luliobona, castro quondam nobilissimo ac firmissimo, ad contruendos arcus seu frontispicium eiusdem templi. Haec namque ciuitas fertur aedificata fore a Gaio Iulio imperatore Romanorum ante aduentum Domini, dum Gallias uastando circuiret. Ipsum namque castrum Caletus antea uocabatur, quod destructum et in maiori eligantia reparratum, ex suo nomine luliobona uocare placuit.

Traduction
C’est aussi à l’époque de cet abbé, qu’Ermier, prieur de Teutsinde, construisit la basilique du bienheureux archange Michel, un ouvrage sans doute de proportions modestes, mais cependant un très bel ouvrage, avec des pierres taillées apportées du très célèbre et très puissant fortin de Lillebonne, pour édifier la façade de ce temple. On rapporte que cette cité fut édifiée par l’empereur des Romains Jules César avant la naissance du Seigneur, alors qu’il parcourait les Gaules en les dévastant. Or cette place, dénommée auparavant Caletus, étant détruite, il l’avait restaurée avec une grande élégance et décida de lui donner son nom et de l’appeler Iuliobona.

Mots-clés :
A. Type de bâtiment
– Église
– Abbatiale
B. Elément remployé ou récupéré
– Pierre de taille
C. Matériau et produit concerné
– Pierre
D. Notions documentées
– Démontage
– Destination
– Justification (admiration de l’Antique ?)
– Justification (opportunisme ?)
– Origine des remplois
– Récupération
– Remploi antique

Extraits des comptes du châtelain de Gardanne (1457-1458)

Gardanne, le 21 décembre 1457-28 février 1458.

Extraits des comptes du châtelain de Gardanne évoquant : la démolition de bâtiments ou parties de bâtiments ainsi que le tri des pierres de ces derniers, mises de côté pour servir à d’autres constructions projetées sur place ; le déplacement d’une porte, récupérée sur une maison pour être mise au verger du château de Gardanne. (Philippe Bernardi)

Archives départementales des Bouches-du-Rhône, B 1657.

Texte
fol. 33
Item plus lesd. jour et an [21 décembre 1457] met cy en despence et ce par quatre hommes lesquelz ont besoingne par l’espasse de deux jours a raison de deux gros et quatre pata[1]s chacun jour par homme a cause de adouber la place que par le passe estoit estable pres le portal dudit lieu de Gardane c’est assavoir de aplener les creux estans dedans ledit estable et abatre les murailles et trier les pierres et les mectre a part a cause de y faire aucuns hedifficies des offices dedans la court comme est paneterie, chanconnerie, fruicterie par ledit seigneur ordonnes a fere audit lieu que valent a ladite raison a florins ung florin et huit gros pour ce fl. I gr. VIII.

Fol. 34v

Item plus ledit an et le XXVIIIe jour dudit mois de decembre met cy en despence a cause de six hommes lesquelz ont besoingne a cause de curer et applener d’autre messonnaige tenant lesdits offices dedans ladite court dudit seigneur et abatre les murailles et trier les pierres et les mectre a part et ce a cause de finir et achever lesdits offices et ce par trois jours a raison de deux gros et quatre patas chacun jour que valent a ladite raison trois florins et neuf gros pour ce fl. III gr. IX.

Fol. 45
Item plus lesdits jour et an [15 février 1458] met cy en despence a cause de remuer une porte de pierre de taille que par le passe estoit a la maison dudit president au vergier nouveau dudit seigneur en la mectant en point marche fait avecques Reymond Cheyne a trois florins pour ce fl. III

Fol. 46
Item plus lesdits jour et an [18 février 1458] met cy en despence a cause de deux hommes lesquelz ont tire de pierre du fondement des murailles estans par le passe es vieilles murailles des sueilles[2] et aussi dautres murailles dehors ledit lieu de Gardane converties a la maison des gallines a raison de deux gros et quatre patas le jour par homme et par deux jours que vaulent a ladite raison cinq gros pour ce gr. V

Fol 49
Item plus ledit an et le XXVIIIe jour dudit mois de fevrier [1458] met cy en despence a cause de deux hommes a cause d’avoir abatu les murailles des sueilles et d’autres hors ledit lieu de Gardane et trouver les pierres dans dedans la terre et les mectre en lieu que lesdites charretes les puissent charger et ce par cinq jours a raison deux florins et six gros pour ce fl. II gr. VI

Thèmes évoqués :
– Pierre
– Tri
– Stockage
– Coût de la récupération
– Origine des matériaux de récupération
– Autoconsommation
– Processus de récupération
– Porte
– Bâtiment agricole
– Transport

[1] Un patac valait deux deniers.
[2] Sueille : fosse à fumier.

Contrat de réfection et d’agrandissement d’une rue de Gérone (28 mai 1495)

Gérone, le 28 mai 1495

Extrait du contrat de réfection et d’agrandissement de la rue Ciutadans prévoyant que tous les matériaux récupérés seront déposés devant les maisons et appartiendront à la ville. (Sandrine Victor)

AHMG, Manuals d’Acords, n°95, 1495

Texte
E mes baxara tot lo apartret qui sobrara de la dita obra ço es teules, loses, bigues, regolls, listons e altres coses en lo carrer devant les cases de on exira dit apartret, restant lo dit apartret a la Ciutat.

Traduction
(à faire)

Mots-clés :
Tuiles
Pierre
Bois
Propriété

Contrat de démolition d’un quartier de la ville d’Avignon en vue de l’agrandissement du Palais des Papes (22 mars 1345).

Avignon, le 22 mars 1345

Contrat passé entre la cour pontificale et des terrassiers [leurs qualités et leurs noms ont été perdus avec le début de l’acte] qui s’engagent à démolir les maisons occupant l’espace sur lequel une extension du palais pontifical [ce que l’on désigne comme le Palais Neuf] doit être bâtie. Dans ce texte, il est demandé aux terrassiers-démolisseurs de trier les matériaux récupérés, de laisser sur place ceux qui seront vendus et de transporter et remiser les autres en d’autres lieux. (Philippe Bernardi)

Archives secrètes Vaticanes, Collectoriae 497, fol 1. Publication dans Robert André-Michel, « Le Palais des Papes d’Avignon. Documents inédits », Annales d’Avignon et du Comtat Venaissin, 1917, p. 3-124 (p. 97-98) sous la cote erronée Obligationes 497.

Texte
[…] que fuit olim Bertrandi de Podiocavo, de Avinione, sitam prope palacium dicti domini pape ; necnon et omnes alias domos, muros et parietes qui sunt inter ipsam domum que fuit olim dicti Bertrandi et domum habitationis [blanc] Rocamaure, capitanei servientum[1] marescalli curie romane, et de ipsa domo habitationis dicti capitanei unam cannam[2] cum dimidia ; et ab ipsa domo ejusdem capitanei recta linea omnes domos, parietes, muros qui sunt ab eadem domo usque ad carreriam Pairolarie Avinionis, comprehendendo hospicium Helioti de Bufenos, servientis armorum dicti domini pape, tantum quantum de ipso hospicio ipsius Helioti erit diruendum juxta cognicionem magistri Johannis de Luperia, servientis armorum dicti domini pape ac lapiscide.

Item, promiserunt, ut supra, cavare plateas in quibus sunt modo domus et muri predicti dirruendi, necnon et fiundamenta murorum ibidem faciendorum, usque quo inveniant rocam firmam et quantum fuerit necesse juxta cognicionem dicti magistri Johannis de Luperia ; et portare terram et bresilhum et alia inutilia extra dictas plateas alibi in tali loco ubi nulli inferatur dampnum nec possit seu debeat conqueri.
Item promiserunt ponere lapides qui exibunt de dictis bastimentis diruendis ibidem, in dictis plateis, bene et decenter.
Item, tegulas, lausas et fustam que exierent de dictis bastimentis diruendis, ponent ad partem, in dictis plateis, et eo casu quo dicti teguli et lause ac fusta predicti non possent ibidem vendi, promiserunt ipsos tegulos, lausas et fustam portare in orto sive jardino domini nostri pape de Trolhacio.
Item, promiserunt claves et alia ferramenta antiqua que exibunt de dictis bastimentis diruendis, recolligere et realiter ac bene et legaliter assignare dicto magistro Johanni de Luperia, recipienti nomine camere domini pape. Et premissa omnia et singula promiserunt facere bene et legaliter, et ad sancta Dei evangelia, per ipsos et ipsorum quorumlibet corporaliter tacto libro juraverunt ut citius poterit, talem quod, ob defectum dirucionis et cavacionis predictorum bastimentorum palacii nullam patiatur retardacionem et nullum paciatur dampnum ; et statim, cum multis operariis, debent apponere manum ; et premissa promiserunt facere precio quadringentorum florenorum auri ; et propter hoc obligaverunt, ipsi et eorum quilibet, summiserunt jurisdictioni curie camere domini nostri pape et auditoris vicecamerarii, locumtenentis et commissarii eorumdem, ac curie marescalli, omnes et quilibet eorum volentes compelli ad premissa tenendum et [ad] faciendum, per dictas curias et earum quamlibet , captionem et vendicionem bonorum suorum predictorum et qualibet aliam cohertionem ecclesiasticam vel secularem, renunciantes ipsi et eorum quilibet omni exceptioni utriusque juris canonici et civilis ; de quibus dictus dominus thesaurarius quo supra nomine petiit fieri per me Johannem Palaysini, notarium, publicum instrumentum.
Acta sunt hec Avinione, in camera thesaurarii dicti domini pape presentibus venerabilibus viris dominis Michaele Ricomanni, camere predicte clerico, et Poncio Saturnini, canonici Sancti Afrodisii Bituricensis, testibus ad premissa, anno domini M CCC XLV, indictione XIII, die XXII mensis marcii.
Et ego J. Palaysini

Traduction
(à faire)

Thèmes abordés :
Bois
Commerce
Coût des opérations
Démontage
Ferrures
Justification
Maison
Palais
Pierre
Propriété
Stockage
Transport
Tri
Tuile

[1] André-Michel donne servicii tum.
[2] André-Michel donne cameram.

Contrat notarié de démontage (prix-fait) de l’ancienne église des clarisses d’Aix-en-Provence (18 avril 1368)

Aix-en-Provence, le 18 avril 1368

Contrat notarié par lequel les clarisses d’Aix, en la personne de leur abbesse, Huga de Sosmeyre, demandent aux charpentiers Pierre Seguberti et Colin Néble et au plâtrier Hugues de Alvernha, tous habitants d’Aix, de démonter (littéralement « descendre ») avec précaution plusieurs baies de leur ancienne église, hors les murs, ainsi que des éléments appelés coronelli, sans doute en vue de les réemployer dans la nouvelle église qu’elles s’apprêtaient à faire construire en ville. Les artisans sont également chargés de transporter l’ancienne pierre d’autel dans le bâtiment qui sert alors momentanément d’église aux religieuses. Le tout pour 20 florins d’or. (Philippe Bernardi)

Archives départementales des Bouches du Rhône, 308 E 11, fol. 15

Texte
Pro monasterio et pro Seguberti Colino Neble et Hugoni de Alvernha

Anno domini MoCCCLXVIIIo, die XVIII aprilis VIe indictione noverint etc. quod Petrus Seguberti et Colinus Neble, fusterii, et Hugo de Alvernha, giperius, habitatores Aquis, sponte convenerunt cum religiosa domina sorore Huga de Sosmeyre, abbatissa monasterii sancte Clare de Aquis, davallare[1] O[2] quod est in ecclesia ubi prius erat ipsum monasterium, salvo modo et sine fractione aliqua, et coronellos[3] dicte ecclesie ac fenestragia retro altare dicte ecclesie, necnon adducere salvo modo lapidem altaris ipsius ecclesie ad locum ubi nunc est ipsum monasterium, eorum sumptibus, pro precio viginti florenorum auri.

De quo precio, incontinenti, in presencia mei notarii et testium subscriptorum, habuerunt et receperunt florenos auri decem. Et postquam davallaverint ipsum O integre debent habere florenos V, et residuum completo eorum opere.

Fuit de pacto quod ubi per culpam ipsorum magistrorum aliquis lapis de fenestragiis vel de ipso O <et coronellis>[4] frangeretur, quod ipsi teneantur eam facere retalhari simili modo ut prius, eorum sumptibus, de lapidibus tamen dicti monasterii.
[…]

Traduction
Pour le monastère, pour Seguberti, pour Colin Néble et Hugues de Alvernha

L’année du Seigneur 1368, le 18e jour d’avril, 6e indiction, sachent etc. Que Pierre Seguberti et Colin Néble, charpentiers et Hugues de Alvernha, plâtrier, habitants d’Aix, spontanément ont convenu avec [sa] religieuse seigneurie, sœur Huga de Sosmeyre, abbesse du monastère de sainte-Claire d’Aix de déposer l’oculus qui est dans l’église où jadis se trouvait ce monastère de manière sûre et sans aucun bris, ainsi que les corniches ( ?) de la dite église et les fenestrages derrière l’autel de la dite église, et de conduire de manière sûre la pierre d’autel de cette église jusqu’au lieu où, à présent, se trouve ce monastère, à leurs frais et pour le prix de 20 florins d’or.
Du quel prix, sur-le-champ, ils ont eu et reçu 10 florins d’or. Et après qu’ils auront déposé cet oculus, ils doivent avoir 5 florins et le restant, une fois achevé leur travail.
Il a été convenu que si, par la faute de ces maîtres, quelque pierre des fenestrages ou de cet oculus et des corniches était brisée, que ceux-ci soient tenus de la faire retailler de la manière dont elle était auparavant, à leurs frais, avec des pierres, toutefois, dudit monastère.
[…]

Thèmes abordés :
– Pierre
– Baies
– Table d’autel
– Modalités de récupération
– Transport
– Origine des remplois
– Coût de la récupération
– Organisation de la récupération
– Eléments architecturaux récupérés
– Démontage

[1] Pour devallare.
[2] Pour Oculus.
[3] Le sens exact de ce terme nous échappe. Il doit s’agir d’un élément de couronnement.
[4] Ajouté au-dessus de la ligne.

Extrait de la Chronique rimée de Mauriac par Loys Mourguyos (XVIIe siècle).

Mauriac, XVIIe siècle

Chronique relatant la reconstruction d’un couvent à Mauriac, dans le Cantal, au XVIIe siècle. Le monastère, alors ruiné, est rebâti grâce à la démolition d’édifices alors conservés « dans leur état ancien ». (Laura Foulquier)

Edition : Jeanne Missonnier, « La Chronique rimée de Mourguyos et les nouvelles recherches sur les origines de Mauriac. 1, Chronique rimée de Mauriac par Loys Mourguyos », Revue de la Haute-Auvergne, 65, 1994, p. 291-347.

 

Texte :
A la fin dans Mauriac, ils vinrent à refaire
Le couvent qui estoit presque tout mis à terre
Et en piteux état et à rendre icelluy
Dans son lustre et tout tel qu’on le voit aujourd’hui (v. 845-848).
[…]
Et ce fut en ce temps qu’estant besoin de pierre
On vint à démolir et à mettre par terre
Le cloître et deux maisons de Monsieur le Doyen
Qui estoient lors encore en leur estat ancien
Afin de se servir comme l’on fit d’icelle
Pour la construction de cette œuvre nouvelle,
[…] (v. 853-858).

 

Thèmes évoqués :
– Pierre
– Destruction pour construction
– Origine des matériaux remployés
– Autoconsommation
– Couvent

Acte de fondation de la collégiale de Sainte-Marie et saint Thomas Becket de Fourvière, à Lyon (1192)

Lyon, 1192

Jean Bellesmains, archevêque de Lyon (1182-1193), décide en 1192 d’ériger une chapelle qui avait été fondée quelques années précédemment par un ancien doyen du chapitre cathédral, en l’honneur de la Vierge et de Thomas Becket, son ami, canonisé vingt ans plus tôt. Il s’associe au doyen du chapitre Etienne de Saint-Amour dans cette fondation. En dehors des éléments purement institutionnels, comme toute fondation, celle-ci doit s’accompagner d’une dotation afin de veiller à la construction des bâtiments, mais aussi à l’organisation de la vie des chanoines. Parmi ces dotations, on fait référence aux vestiges antiques. Une répartition est faite entre le chapitre de la cathédrale et la nouvelle collégiale, dépendante. Ainsi, les chanoines du chapitre cathédral conservent le droit de récupérer sur les terres données les marbres et les choins, c’est-à-dire des blocs de calcaire froid, provenant de la carrière de Fay dans l’Ain, qui avaient été utilisés massivement dans la construction antique, la nouvelle collégiale de Fourvière devant se satisfaire des autres pierres. Ce sont les termes fodere et cavare qui nous indiquent qu’il s’agit de blocs anciens. (Hervé Chopin)

Source
Lyon, Archives départementales du Rhône et de la Métropole, 14 G 28 14 G 40 ; 10 G 527 ; 10 G 1595 (copie du xviiie siècle). Longin, Émile, Recherches sur Fourvière : fondation de l’église et de la chapelle Notre-Dame, suivie du Barbet ou recueil de chartes, Lyon : Brun, 1900, p. 83-87. Traduction tirée de Hervé Chopin, « Fondation du chapitre de Saint-Thomas de Fourvière (1192) », Lyon, entre Empire et Royaume (843-1601). Textes et documents. A. Charansonnet, J.-L. Gaulin, P. Mounier et S. Rau (dir.), Classiques Garnier, Paris, 2016 (Bibliothèque médiévale, n°14), p. 245-251.

 

Texte original

Johannes, Dei gratia prime lugdun. Ecclesie, sacerdos humilis et Stephanus ejusdem ecclesie decanus, cum universo capitulo, Dei fidelibus imperpetuum. Ea que in ecclesia Dei, ipso auctore, noviter plantatur, firmis oportet radicibusroborari, ne tractu temporis per oblivionem et incuriam aliquando possint metuere ruinam.

Ea propter,nos presenti scripto future posteritati notum facimus quod nos, in capitulo nostro communiter residentes, capellam de Forverio ab Oliverio bone memorie quondam decano, in fundo nostro, in honore beate Marie et sancti Thome Cantuarians. archiepiscopi et martiris inchoatam, sicut infranotatum est, deo inspirante, instituimus et dotavimus.

In primis concessimus eam fore ecclesiam conventualem, ita quod, ad cultum Dei et ad honorem beate Marie et novi martiris, novi creentur canonici, quibus preficiatur unus de cannicis nostris, et non alius, in capitulo nostro, communi consensu venerabilis pro tempore archiepiscopi et tocius capituli, concorditer electus […].

Donavimus tamen eis ipsum locum, in quo sita est ecclesia, liberum ab omni alia consuetudine, excepta ea que infra notata est, et domiterium, domum et cymiterium et vineas et ortos et campum, ita tamen quod nullum in campo fiat edificium, et quicquid primi capellani tenebant a Crota Rotonda usque ad vineam Vulgrimorum, et locum illum qui vulgo dicitur les Sales, ea tamen platea retenta in qua boves vendi consueverunt.

Dedimus etiam eis plateam in qua turris de Collia fuerat, retento tamen per omnia supradicta quod, si major et mater ecclesia fodere vel cavare voluit, marmorei lapides et illi qui vulgo ducuntur Chaon, proprii erunt ipsius majoris ecclesie; reliqui vero tam ipsius ecclesie, quam ecclesie Sancte Marie et Sancti Thome. Si autem ecclesia Sancte Marie et Sancti Thome fodit vel cavaverit, marmorei lapides et chaon majoris erunt ecclesie, reliqui autem proprii erunt ecclesie Sancte Marie et Sancti Thome.

 Factum est hoc anno ab incarnatione Domini M° C° XC° II°, anno a passione memorati martiris XX°, indictione X, epacta IIII, concurrente III, presidente Rome Celestino Papa III°, imperante Henrico Romanorum imperatore, regnante Philippo Francorum rege. Ut autem super hac nostra donacione nullus successure posteritati oriende dubietatis scrupulus relinquatur, immo firmum et inconcussum vigorem semper obtineat et tenorem, tam archiepiscopi quam ecclesie sigillo presentem cartam fecimus insigniri.

 

Traduction :

« Jean, par la grâce de Dieu, humble prêtre de l’église primatiale de Lyon, et Etienne, doyen de cette même Église, avec tout son chapitre, aux fidèles de Dieu pour l’éternité. Les plantes que l’on vient de planter dans l’Église de Dieu, et que lui-même fait pousser, il faut les renforcer grâce à des racines solides, pour éviter qu’avec le cours du temps, par oubli ou par incurie, elles n’aient à craindre la ruine.

C’est pourquoi, par le présent écrit, nous faisons savoir à la postérité à venir, que nous, siégeant en commun dans notre chapitre, avons institué et doté de la manière indiquée ci-dessous, sous l’inspiration de Dieu, la chapelle de Fourvière, fondée en l’honneur de sainte Marie et de saint Thomas de Canterbury, archevêque et martyr, sur nos possessions, par Olivier de bonne mémoire, autrefois doyen.

En premier lieu, nous avons concédé qu’elle sera une église conventuelle de sorte que, pour le culte de Dieu et en l’honneur de Sainte Marie et du nouveau martyr, de nouveaux chanoines soient créés, qui auront pour chef l’un de nos chanoines, et personne d’autre, choisi en chapitre avec le commun accord du vénérable archevêque siégeant alors et de l’ensemble du chapitre ; […].

Nous leur avons toutefois fait don du lieu même où se trouve l’église, le donnant libre de toute autre coutume, exception faite de celle qui est notée ci-dessous, ainsi que du dortoir, d’une maison et d’un cimetière, de vignes, de jardins et d’un champ, à condition toutefois qu’aucun édifice ne soit bâti dans ce champ ; et tout ce que tenaient les premiers chapelains, de la Grotte ronde[1] jusqu’à la vigne des Vulgrimes[2], ainsi que le lieu qui est appelé en langue vulgaire Les Sales, en conservant cependant la place où sont habituellement vendus les bœufs.

Nous leur avons donné aussi la place où se trouvait la tour de Colle[3], en conservant toutefois, concernant ce qui vient d’être énuméré, ceci : si la grande église mère veut creuser ou fouiller, les blocs de marbre et les pierres que l’on appelle choins en langue vulgaire seront propriété de celle-ci ; le reste en revanche appartiendra autant à cette même grande église qu’à l’église Sainte-Marie-et-Saint-Thomas. Cependant, si c’est l’église Sainte-Marie-et-Saint-Thomas qui fouille ou creuse, le marbre et le choin seront propriété de la grande église et les autres pierres le seront de l’église Sainte-Marie-et-Saint-Thomas.[…]

Ceci a été fait l’année de l’Incarnation du Seigneur 1192, la 20e année de la passion dudit martyr, dixième indiction, épacte 4, troisième concurrent, sous le gouvernement du pape Célestin III à Rome, sous le règne d’Henri empereur des Romains, et alors que Philippe était roi des Francs. Et pour que ne soit laissée à la postérité qui ne nous succèdera pas même la possibilité d’un commencement de doute ou de soupçon sur cette donation que nous faisons, et pour qu’au contraire elle conserve toujours une force et une teneur ferme et inébranlable, nous avons fait marquer la présente charte du sceau tant de l’archevêque que de l’Église. »

 

Thèmes évoqués :
– Nature et qualité des matériaux de récupération
– Propriété des matériaux récupérés
– Pierre
– Marbre
– Remplois antiques
– Modalités de récupération

 

[1] Grota rotonda, peut-être la grotte Bérelle, c’est-à-dire une citerne souterraine gallo-romaine, située sous l’esplanade du lycée Saint-Just à Lyon.

[2] Toponyme non identifié.

[3] Le lieu dénommé Croix de Colle (des décollés) est lié, d’après la tradition, aux martyres des saints Irénée, Alexandre et Epipoy et des 19000 chrétiens qui auraient été décapités sous l’empereur Anthonius Verus.

Extrait de la correspondance entre Georges Rohault de Fleury et l’Abbé Cyprien Perrossier (Valence, 1900).

Valence, 1900

En 1900, l’architecte et historien de l’art Georges Rohault de Fleury (1835-1905) travaille à un ouvrage destiné à réunir des planches et de brèves notices sur tous les couvents dominicains de France, la Gallia dominicana (paru en 1903). Pour rassembler la documentation archivistique et surtout iconographique nécessaire à son projet, Georges Rohault de Fleury correspond depuis son hôtel parisien avec des gens sur place (ecclésiastiques, architectes, érudits membres de sociétés savantes, etc.). Toute cette documentation préparatoire est aujourd’hui conservée à Rome, dans les archives générales de l’ordre des Frères prêcheurs (couvent de Sainte-Sabine).

Dans le dossier sur le couvent de Valence, se trouve une lettre datée du 29 octobre 1900 envoyée par l’Abbé Cyprien Perrossier, archiviste diocésain de Valence. Cette lettre accompagnait un estampage du seul fragment conservé de la pierre tombale du maître général de l’ordre des Frères prêcheurs Humbert de Romans, mort en 1277. Georges Rohault de Fleury publie une reproduction du fragment dans son ouvrage (ci-dessous).

Humbert de Romans avait été inhumé devant l’autel majeur de l’église du couvent de Valence. Le couvent médiéval fut intégralement reconstruit au XVIIe siècle, puis l’église fut détruite deux siècles plus tard. La lettre de l’Abbé Perrossier témoigne du remploi de la plate-tombe du XIIIe siècle comme vulgaire matériau de construction, peut-être dès le XVIIe siècle dans l’église, et comme élément de pavement dans une cour de maison lors de la destruction de l’église au XIXe siècle. (Haude Morvan)

Rome, Archivio Generale dell’Ordine dei Predicatori, XIV.112.

Le texte est édité dans H. Morvan, « Sous les pas des frères ». Les sépultures de papes et de cardinaux chez les Mendiants au XIIIe siècle (à paraître en 2021 aux éditions de l’Ecole française de Rome, collection Befar)

 

Texte :
« Ce précieux fragment a été découvert, il y a environ quinze ans, dans une maison de Valence (rue du Pont-du-Gât) où il servait de pavé à la cour intérieure. Il me fut signalé par un jeune professeur du Petit-Séminaire qui était de la ville, et qui connaissait la maîtresse de la maison, une veuve, dont le mari était entrepreneur de maçonnerie. Celui-ci avait sans doute trouvé cette dalle dans un lot de matériaux provenant de démolitions, comme il lui arrivait souvent d’en acheter. Sa veuve n’a pas su me dire s’il avait trouvé la dalle entière et si c’était lui-même qui l’avait mise en pièces. […] Elle est d’une pierre assez épaisse et d’un grain assez fin de couleur jaunâtre que je crois être de l’Échaillon (près de Grenoble). […] Le tombeau se trouvait dans le chœur de l’église, laquelle est complètement détruite ; elle était dans le clos de l’arsenal actuel, établi dans les bâtiments de l’ancien monastère, à la Basse-Ville. Il en reste peu de choses. […] Ajoutons que l’intérieur des lettres de l’épitaphe était peint en noir, et encore maintenant dans certaines parties, il est rempli d’une sorte de mastic qui en a rendu la reproduction moins nette. »

 

Thèmes évoqués :
– Remploi médiéval (au XIXe siècle)
– Pierre
– Origine du remploi
– Modalité de récupération

Jérusalem, XIIe siècle Extrait de l’Histoire des croisades de Guillaume de Tyr (vers 1130 – 1186)

Jérusalem, XIIe siècle

Extrait de l’Histoire des croisades de Guillaume de Tyr (vers 1130 – 1186). Description de la construction du château d’Ibelin (Yavne) faite par Guillaume, clerc né à Jérusalem vers 1130, qui devint archevêque de Tyr en 1175 et mourut en 1184. La traduction française qui accompagne le texte latin date au plus tard des années 1245-1250 (cf. Bibliothèque nationale de France. Département des manuscrits. Français 9081 consultable sur https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10506571b/f379.image.).

Ce document évoque l’existence de plusieurs bâtiments ruinés comme sources d’une partie des matériaux employés dans la construction du château. La traduction française fait état de ce qui apparaît comme un dicton pour le XIIIe siècle « Chastel abatuz est demi refez ». (Philippe Bernardi)

Source :
Historia rerum in partibus transmarinis gestarum a tempore successorum Mahumetii usque ad anum domini MCLXXXIV edita a venerabili Willermo Tyrensi archiepiscopo
L’estoire de Eracles empereur et la conqueste de la Terre d’Outremer; C’est la translation de l’estoire de Guillaume arcevesque de Sur.

Edition : Recueil des historiens des croisades. Historiens occidentaux, Paris, Imprimerie royale, 1844-1895, 5 vol., t. I (1844), p. 696-697.

 

Liber XV

Capitulum XXIV

Rex et regni principes, ante Ascalonam[1] castrum fundant, cui nomen Ibelin[2]

Interea dominus rex Hierosolymorum Fuco, et alii regni principes, una cum domino patriarcha, et aliis ecclesiarum praelatis, volentes Ascalonitarum insolenter nimis desaevientium impetus refrenare ; et discurrendi per regionem nimiam aliquatenus artare licentiam constituunt de communi voto, in campestribus juxta urbem Ramulam[3], non longe a Lidda[4], quae est Diospolis, castrum aedificare. Erat autem in eadem regione collis aliquantulum editus, supra quem unam de urbibus Philistinorum, traditiones habent, fuisse constitutam, Geth[5] nomine, juxta illam aliam eorum civitatem, quae dicta est Azotum[6], ab Ascalona distant milliaribus decem, non lone ab ora maritima. Convenientes igitur unanimiter ex condicto, in praefato colle, firmissimo opere, jactis in altum fundamentis, aedificant praesidium, cum turribus quatuor, veteribus aedificiis, quorum multa adhuc supererant vestigia, lapidum ministrantibus copiam ; putei quoque vetusti temporis qui in ambitu urbis dirutae frequentes apparebant, aquarum abundantiam, tum ad operis necessitatem.

Livre XV

Chapitre XXIV

Comment li chastiax de Ibelin fu fermez

Bien avez oï dire meintes foiz comment li Turc grevoient les Crestiens toutes les foiz qu’il en avoient le pooir. Por ce, pristrent conseill li rois, li patriarches et li autre baron comment il leur porroient estrecier le bandon de corre par la terre. Il s’en alerent tuit ensemble à un acort è prez delez Rames, assez près d’une cité qui a non Lidde ; là empristrent à fermer un chastel, quar il i avoit un tertre qui estoit auques hauz. Là sist une des citez au Filistins que l’en clama Geth. N’estoit pas loing d’ilec cele qui a non Azore, près d’Escalonne, à dis milles, seur la marine. Ilec assemblerent tuit li baron, et orent grant planté d’ouvriers. Premierement giterent les fondemenz, après firent qatre tors ; pierres trouverent assez en cel leu des forteresses qui jadis i avoient esté [car, si comme l’en dist : Chastel abatuz est demi refez]. Puis i trouverent grant abondance d’eue.

 

Thèmes documentés :
– Pierre
– Dicton
– Origine des matériaux de remploi
– Château
– Opportunisme

 

[1] Ascalon, Ashkelon, actuellement en Israël.

[2] Yavne (Israël)

[3] Ramla, Ramleh (Israël)

[4] Lydda, Lod (Israël)

[5] Gath, Gat ou Geth (Israël)

[6] Ashdod (Israël)