Procès-verbal de l’enlèvement des plombs du couvent des ermites de saint Augustin de Brou (1557)

Brou, 1557

Depuis 1535, la Bresse a été envahie par les troupes françaises alors que jusque-là le comté de Bresse dépendait du duché de Savoie. La ville de Bourg-en-Bresse est assiégée par le baron de Polvilliers (ou Bolweïler) à la tête des troupes savoyardes, en octobre 1557. Afin de pouvoir résister, le plomb des toitures de l’église du couvent des ermites de saint Augustin de Brou, récemment construit, fut récupéré pour en faire des balles pour la garnison. (Hervé Chopin)

Références :
Arch. départ. Ain, H 614. Procès-verbal de l’enlèvement des plombs et autres dégâts faits à Brou, par la garnison de Bourg, lors du siège mis devant cette ville par le baron de Polvilliers, novembre 1557. Inédit.

Texte
« (…) lequel plomb, fixé à un sol la livre, ne fut jamais payé, car despuis que la ville fut assiégée, les soldats disaient n’avoir point reçu paye du roy despuis long temps, même les Gascons et Suisses, et estoit force leur délivrer ledit plomb, aultrement ils eussent tout forcé »

Mots-clés :
Couvent-toiture-plomb-prix-démontage-récupération

Toisé des ouvrages faits à la collégiale Saint-Paul de Lyon (1779)

Lyon, 1779

Dans le cadre des travaux concernant l’agrandissement de l’abside et la «baroquisation» de l’église collégiale Saint-Paul de Lyon, dans les années 1779-1784, le maître-maçon Meunier intervient. Il a récupéré une grande quantité de vieux tufs qu’il utilise pour voûter la nouvelle construction. Il ne précise pas l’origine de ces pierres, mais l’ensemble est facturé 60 livres au chapitre. (Hervé Chopin)

Références :
Archives départ. du Rhône et de la métropole de Lyon, 13G323, pièce n°9 : « toisé des ouvrages que Meunier, maître maçon à Lyon, a fait et fourni la réparation de l’église de Saint-Paul, indépendamment des murs du couvert du chœur ». Inédit.
Chopin (H.), Collégiale Saint-Paul de Lyon (Rhône). Etude des archives relatives à l’église, CERIAH-MH, 2000, p. 49.

Texte
« un millier de vieux tufs employé tant à ladite voûte qu’aux pilastres des piliers, 60 livres ».

Mots-clés :
Collégiale–tuf–destination–voûte-abside-prix-qualité

Extraits des comptes de fabrique de la cathédrale de Rouen (1480)

Rouen, 1480

Extraits des comptes de fabrique de la cathédrale de Rouen qui mentionnent la récupération et la refonte de plomb provenant d’une « tourelle ou feulolle » de la tour lanterne de cette cathédrale en 1480. Les quantités récupérées ainsi que l’équivalent obtenu en « plomb pur » ou en « plomb neuf » sont évoquées, de même que l’opération de lavage des cendres du fourneau, destinée à en récupérer le plomb perdu lors de ces fontes et refontes. (Maxime L’Héritier)

Arch. dép. Seine-Maritime G 2510 fol. 55 r

Texte
55v
En la sepmaine commençant le IIIIe jour de septembre audit Legois et Pierre Pontiz plommiers pour leur paine d’avoir fait IICC XL l. de souldure, avoir fondu IIM VIIXX V l. de plonc (2145 l.) venu de la feulolle de la gresle tour, lequel plonc est venu a XIXCC LXXIII l. de plomc pur (1973 l.) et avoir espaille en partie ledit plomc. Et avoir vacque en ladite sepmaine chacun par quatre jours et demy au pris de V s. pour chacun jour et III s. IIII d. pour le demy jour pour ledit legois vallent et paie XXIII s. IIII d.
Audit Pontiz au pris de V s. pour chacun jour et III s. IIII d. pour le demy jour paie XXIII s. IIII d.

55v-56r
En la sepmaine commencant le XIe jour dudit mois ausdit Legois et Pontiz pour leur paine davoir assis et soulde deux pieces de plomc neuf sur les allees des chapelles de saincte coulombe et saint pierre. Lune pesante VIXX II l. et lautre pesante IIIIXX XVIII l. pour cause que le vieil plomc estoit casse en plusieurs lieux et tout plain de souldure. Et aussy avoir fondu le demourant du plomc vieil venu du pie de la feulolle lequel est venu en plomc neuf a VICC XXXIX l. Et de soudure CXVI l. Et avoir vacque en ladite sepmaine chacun par IIII jours et demy au pris de V s. pour chacun jour et III s. IIII d. pour le demy jour paie XXIII s. IIII d.

56r
Ledit Pontiz au pris de V s. pour chacun jour et III s. IIII d. pour le demy jour paie XXIII s. IIII d.
En la sepmaine commencant le XVIIIe jour dudit mois ausdit Legois et Pontiz pour leur paine d’avoir espaille les tables de plomc nouvellement fondues et avoir lave les cendres lesquelles estoient plaines de plomc affin de les mectre en ung saulmon lequel poise VIC XXX l. Et avoir vacque en ladite sepmaine c’est assavoir ledit Legois par deux jours et ledit Pontiz par IIII jours et demy au pris de V s. pour chacun jour pour ledit Legois paie X s.
Ledit Pontiz au pris de V s. pour chacun jour et III s. IIII d. pour le demy jour paie XXIII s. IIII d.

Thèmes évoqués :
– Plomb
– Prix des matériaux vieux et neufs
– Coût du recyclage
– Opérations de recyclage
– Cathédrale
– Vocabulaire et expressions
– Nature et qualité des matériaux
– Couverture

Extraits des comptes du châtelain de Gardanne Didier du Han (1478)

Gardanne, 1478

Compte du châtelain de Gardanne Didier du Han. Extraits des recettes dans lequel il note avoir vendu des plâtras et des tuiles vieilles. (Philippe Bernardi)

Archives départementales des Bouches-du-Rhône, B 1665.

Texte
Fol. 168
Item plus, yeu susdit pause avoir receu de maistre Jehan Alezart sartre de Gardane et pour de vieulx gipasses[1] que lui ay vendus present maistre Pierre Le Roux aultrement Coussi et par marchie fait entre lui et moy c’est assavoir trois gros ———-fl. gr. III d.

Item plus, yeu susdit pause avoir receu de Pierre Moute de Gardane et pour ung cent de tieules vieilhes que lui ay vendus c’est assavoir six gros. Pour ce —— fl. gr. VI d.

Thèmes évoqués :
– Tuiles
– Plâtras
– Prix des matériaux récupérés
– Commerce des matériaux récupérés
– Bâtiment agricole

[1] Plâtras.

Extraits des comptes du châtelain de Gardanne Jean de Ponthion (1474)

Gardanne, le 12 avril 1474

Compte du châtelain de Gardanne Jean de Ponthion. Extrait des recettes dans lequel il explique avoir vendu 5 charges (saumées) de plâtras pour 5 gros. (Philippe Bernardi)

Archives départementales des Bouches-du-Rhône, B 1663, fol. 85v.

Texte
Item plus a XII d’avril [1474] jou susdit pause avoir receu dudit Jehan de la Barre et pour de gipasses[1] vieulx que lui ay vendut que n’y a environ cinq sommades[2] desquelx n’en scavois que faire ne en quoy les esplectier. C’est assavoir cinq gros et pour ce  fl. – gr. V d.

Thèmes évoqués :
– Plâtras
– Origine des matériaux récupérés
– Commerce des matériaux récupérés
– Prix des matériaux récupérés
– Justification de la commercialisation
– Bâtiment agricole

[1] Plâtras.
[2] Unité de mesure de capacité valant cinq émines, soit 163,18 litres.

Extrait des recettes du péage établi par les syndics de la ville de Pernes-les-Fontaines (1376)

Pernes-les-Fontaines, le 3 août 1376

Extrait des recettes du péage établi par les syndics de la ville de Pernes-les-Fontaines sur les matériaux. On y constate, entre autre, le transport de tuiles brisées effectué par une femme. (Philippe Bernardi)

Archives municipales de Pernes-les-Fontaines, CC 20.

Texte
Die tertia augusti receperunt dicti sindici a Gaufrida Odolesse de tegulis fractis XVII solidos

Traduction
Le troisième jour d’août, Les dits syndics [de la ville] ont reçu, de Gaufride Odolesse, au sujet de tuiles brisées, 17 sous.

Thèmes abordés
– Tuiles
– Taxes sur les matériaux récupérés
– Commerce des matériaux récupérés

Extraits des comptes de la Chambre apostolique (Avignon, 1363)

Avignon, les 31 juillet et 30 septembre 1363

Extraits des comptes de la Chambre apostolique dans lequel sont enregistrés : la somme due au forgeron Pierre de Pinu pour la fourniture de diverses pièces métalliques avec déduction de la valeur du métal récupéré par ce dernier lors de la démolition d’un mur dans le jardin du palais pontifical ; le salaire de 8 hommes qui ont descendu les vieilles pièces de charpente de la terrasse de la chapelle pontificale, lesquelles pièces ont été réutilisées pour la couverture d’un passage, pour une chaire et une banquette du pape et pour retenir la terre des fondations du jardin et pour la maison où ont été mis les raisins du pape. (Philippe Bernardi)

Archives Secrètes Vaticanes, Introitus et Exitus 307, fol. 84v et 86v.

Texte
Fol. 84v
Item, computat se tradidisse Petro de Pinu XI quintales et LXV libras ferri quod recepit de pariete qui fuit dirutus in viridario domini nostri pape, pretio cuiuslibet quintalis LXII solidorum. Et sic valebant in summa : XXXVI libras II solidos III denarios.
Et recepit ab eo X quintales, IIIIxx III libras ferramentorum de quibus sibi fuerunt, pro quolibet quintale VI libras, XIII solidos, III denarios, et ita ascendebant in summa : LXXII libr. IIII s.
Et sic restabant ad solvendum quas sibi solvit XXXV libras I solidum IX denarios. Que ferramenta recepit in XVIII magnis aspis pro magnis fustis, IIII circulis, IIII gautis magnis pro ingenio et I magna cavilla pro prima porta palatii que est juxta Peyrolariam.

Fol 86v
Item, pro VIII hominibus qui descenderunt fustas veteres de terrassia capelle nove et eis congregaverunt ad rationem VI solidorum pro dieta XLVIII solidos.
De quibus fustis fuerunt facta et reparata, videlicet quedam copertura et solerium in androna que est retro gradarium capelle veteris, quedam cathedra et quoddam scabellum pro domino nostro papa, et puncharrata terre fundamenti viridarii et quedam domus in qua fuerunt positi racemi domini nostri pape.

Traduction
De même, il compte avoir été livrés, par lui, à Pierre de Pinu, 11 quintaux et 65 livres de fer qu’il a reçus du mur qui fut détruit dans le jardin de notre seigneur le pape, au prix de 62 sous chaque quintal. Et ils valaient ainsi au total : 36 livres, 2 sous et 3 deniers.
Et il a reçu de lui 10 quintaux et 83 livres de ferrures, desquels lui sont revenus, à raison de 6 livres 13 sous et 3 deniers chaque quintal, et s’élevaient ainsi au total de 72 livres, 4 sous.
Et ainsi restaient à verser, qu’il lui a versés : 35 livres, 1 sous et 9 deniers. Lesquelles ferrures il a reçues sous la forme de 18 grands agrafes pour les grosses poutres, 4 cerces, 4 grandes joues pour l’engin [de levage] et 1 grande cheville pour la première porte du palais qui est près de la Peyrolerie.

De même, pour 8 hommes qui ont descendus les vieilles pièces de charpente de la terrasse de la chapelle neuve et les ont rassemblées, à raison de 6 sous par jour : 48 sous.
Desquelles pièces de bois ont été faits et réparés, à savoir, un toit et un plancher dans la ruelle qui se trouve derrière l’escalier de la vieille chapelle, une chaire et un escabeau pour notre seigneur le pape, et [desquelles ont été] étayées la terre de la fondation du jardin et une maison dans laquelle ont été entreposés les raisins de notre seigneur le pape.

Thèmes abordés :
– Fer
– Bois
– Prix du métal d’occasion
– Provenance des matériaux de récupération
– Commerce de deuxième main
– Récupération comme mode de paiement
– Conversion des matériaux
– Différence de valeur entre neuf et vieux
– Palais

Compte de l’ouvrage de l’entrepreneur Vial d’après les ordres des administrateurs de l’église Saint-Paul de Lyon (11 novembre 1793).

Villefranche, 11 novembre 1793

Compte de l’ouvrage que l’entrepreneur Vial a fait d’après les ordres des administrateurs de église Saint-Paul de Lyon le 21 brumaire An 2 (11 novembre 1793). Lors de la vente des biens du clergé et de la récupération des églises paroissiales, comme ce fut le cas de l’église Saint-Paul de Lyon qui devint un dépôt de salpêtre, certaines églises furent désaffectées. Dans ce compte, non seulement le sieur Vial est payé pour faire disparaître tous les éléments religieux et politiques (évangélistes, armoiries), mais surtout pour récupérer tous les éléments métalliques conservés dans l’église. Ce démontage est fait de manière méticuleuse et méthodique. Toutes les balustrades sont démontées, mais également certaines portes en métal, les cloches, etc. Ils sont ensuite d’abord stockés dans la sacristie en fonction du type de métal avant d’être transférés ensuite dans les différents dépôts de la ville. Cela a nécessité vingt jours et dix hommes avec à leur tête l’entrepreneur Vial. Les outils utilisés ainsi que les conditions du transport sont énumérés, avec leurs prix. (Hervé Chopin)

Original : Archives municipales de Lyon, 475 WP 9. Edition dans H. Chopin, La collégiale Saint-Paul de Lyon, mémoire de maîtrise d’archéologie sous la direction de J.-Fr. Reynaud, université Lumière-Lyon 2, 2000, t. II, p.94-95.

 

Texte

« A Ville affranchie le 21 brumaire l’an 2, la République française une, indivisible et démocratique.

Comptes et ouvrages que Vial a fait d’après les ordres des administrateurs de districts de la campagne, donner par réquisition du citoyen Guitel, administrateur.

Avoir mis bas la grande balustrade qui faisait le pourtour du cœur, ladite balustrade plombée dans le marbre, avoir enlevé tous les ornements en cuivre attenant à ladite balustrade ;
Plus, dans ledit cœur avoir déplacé les rideaux, tringles et pittons placés contre la voûte au nombre de cinq vitreaux ;
Plus, avoir démoli les quatre Evangélistes placés dans le dôme dudit cœur ;
Plus avoir enlevé des bandes de fer qui estoient sur la corniche en plâtre de la nef de l’église ;
Plus avoir mis bas la balustrade de la chapelle nommée les 3 roys, lesdites balustrades plombées dans la pierre et dans les pilliers ;
Plus avoir mis bas la balustrade de la chapelle de Saint Joseph ;
Plus la balustrade de la chapelle de Notre Dame de Grasse ;
Plus la balustrade de la chapelle Saint Paul ;
Plus la balustrade de la chapelle du ci devant évêque ;
Plus la balustrade de la chapelle des frères Tailleurs, la dite composée de grandes portes, deux dormants, une autre façade donnant sur un des bas côtés de ladite église, le tout plombé dans […] ;
Plus dans la chapelle de la Trinité, avoir mis bas une grande barrière composée de deux grandes portes, deux dormants et un chapiteau portant son couronnement ;
Plus la balustrade de la chapelle Saint Jean ;
Plus la balustrade de la chapelle de Notre Dame des Sept Dons ;
Plus la balustrade de la chapelle de Saint Jacques, dans ladite avoir mis bas un Christ qui étoit adapté au tabernacle par 2 barres en fer, serré par des écroux ;
Plus mis bas la balustrade de la chapelle Sainte Magdelaine ;
Plus mis bas la balustrade de la chapelle de Notre Dame ;
Plus mis bas la balustrade de la chapelle de l’Enfant Jésus ;
Plus mis bas la balustrade de la chapelle de Saint Michel ;
Plus avoir mis bas la balustrade des fonds baptismeaux ;
Plus mis bas deux grandes figures de pierre représentant saint Paul et saint Sacerdoce placés dans la chapelle de Notre Dame, avoir mis bas trois autres grandes figures, avoir mutilé plusieurs armoiries, et avoir enlevé la table de marbre sur laquelle étoient une inscription ;
Plus avoir mutilé et enlevé les armoiries et inscriptions qui se sont trouvés dans les autres chapelles ;
Plus avoir fait un échaffaud soutenu par des moufles pour enlever une grande table en marbre sur laquelle étoit une inscription, plus dans la partie touchant la voûte en ladite église, avoir démoly une grande armoirie qui y étoit placée ;
Avoir enlevé tous les ornements en cuivre qui étoient placés au portour du maître autel, lesdits ornements plombés dans le marbre ;
Plus avoir transporté toutes lesdites ferrures dans la sacristie près le cloître et tout le cuivre et le plomb dans la grande sacristie ;
Plus avoir descendu la cloche et avoir disposé les équipages en trois reprises pour arriver au trou de la voûte, avoir déferré ladite cloche et enlevé tous les fers qui étoient après le befroi, les avoir descendu et fermé dans la sacristie ;
Plus avoir démonté la cloche appelée Timbre et avoir démonté tous les ressorts qui la faisoient mouvoir ;
Plus avoir mutilé et enlevé toutes les armoiries et croix qui étoient placé sur le dôme et sur la façade extérieure de l’église ;
Plus avoir occupé dix ouvriers l’espace de 20 jours, ouvriers pour lesdits traveaux et pour charger et décharger les voitures à raison de 4 livres tournois par jour font                                                                                                                                   700      800 l t
Plus pour l’entrepreneur, 20 journées                                                          100      100 l t
Plus pour les équipages consistant en veyrins, moufles, échelles d’engin, échelles ordinaires, cordages, cage, cry, pressons, marteaux, cizeaux et autres outils nécessaires                                                                                                   120      160 l t
1060 l t
Pour transport de toutes les ferrures cuivres et plombs depuis Saint Paul jusqu’à l’entrepôt de l’évêché, deux journées d’une voiture à 2 cheveaux                32 l t    40 l t
Plus pour le transport de la cloche jusqu’à la caserne, ladite cloche portée sur une voiture appelée crapeau, trainée par cinq cheveaux                                     12        20 l t
964 l t 60 l t »

 

Thèmes évoqués :
– Transport des matériaux récupérés
– Fer
– Cuivre
– Plomb
– Coûts de la récupération
– Modalités de la récupération
– Démontage
– Stockage
– Tri
– Prix du matériau d’occasion
– Outillage

 

 

 

 

Marseille, le 1er février 1331. Délibération du conseil de la ville vicomtale de Marseille

Marseille, le 1er février 1331

Délibération du conseil de la ville vicomtale de Marseille visant à interdire que le verre brisé ne sorte de la ville ou de ses faubourgs et imposant que tout verre brisé proposé à la vente soit apporté à un magistrat de la ville et échangé au prix de deux deniers la livre. (Philippe Bernardi)

Arch. Municipales de Marseille, BB 17, fol. 35v, édité par Danielle Foy, Le Verre médiéval et son artisanat en France méditerranéenne, Paris, éd. du CNRS, 1989, annexe 4, p. 398.

 

Texte :
Item, placuit dicto consilio requirire dictum dominum vycarium quod sic faciat preconisationem per civitatem Massilie quod vitrum fractum non extrahatur de ea civitate nec de eis suburbiis sub certa pena arbitrio curie imponenda. Et quod quicumque vendere voluerit ad magistrum super facto anfforarum dicte civitatis deputatum ,duos denarios a praedicto magistro de singulis libris dicti vitri receptum[1]. Quanto tempore dictus magister opus faciet dicte civitatis.

Traduction :
De même, il a plu au dit conseil de demander au seigneur viguier qu’ainsi il fasse proclamer par la cité de Marseille que le verre brisé ne soit pas exporté de la cité ni de ses faubourgs sous une certaine peine imposée à l’arbitrage de la cour. Et que quiconque aurait voulu vendre [du verre brisé] au maître affecté à la façon des vases de la ville, [qu’il reçoive] deux deniers par livre de ce verre. Tant que le dit maître œuvrera pour la dite cité.

 

Thèmes abordés :
– Verre
– Réglementation du commerce des matériaux de remploi
– Prix du matériau d’occasion
– Recyclage
– Commerce des matériaux récupérés

[1] Sic.