Un exemple de réutilisation du plomb à Rouen au milieu du XVe siècle (1453 et 1475-1476)

Rouen, 1453 et 1475-1476

Devenu archevêque de Rouen en 1453, Guillaume d’Estouteville, par ailleurs cardinal, entreprend alors une politique de rénovation et d’agrandissement de l’hôtel archiépiscopal situé à côté de la cathédrale. Le compte de l’année 1454-1455 comporte une entrée (Texte A) qui illustre la réutilisation du plomb pour les travaux de l’hôtel. Leur comparaison avec d’autres entrées de compte permet de renseigner les conditions et le coût du réemploi du plomb au milieu du xve siècle. Il s’agit d’un accord passé avec deux plombiers, Pierre des Vaulx et Guillaume Lefevre, pour la réalisation de « tables de plomb » pour la couverture, que les plombiers doivent réaliser avec du plomb de récupération. Un marché est passé avec les deux artisans qui précise ainsi que Pierre des Vaulx et Guillaume Lefevre fabriqueront des « tables de plomb » correspondant à un poids 1592 livres, à partir de 1592 livres de « vieil » plomb de récupération fourni par l’archevêque ou provenant de l’hôtel de ce dernier. L’emploi du terme « marché fait » montre qu’il y a eu accord sur les quantités et le prix avant la réalisation et le paiement final.

Le travail de fabrication/refonte des tables de plomb à partir de plomb de récupération est rémunéré au prix de 12 sous 6 deniers le cent. Cela fait que le coût de la « refonte » est d’environ 1,5 deniers par livre. Il s’agit du « prix du travail » des plombiers. Cet ordre de grandeur est cohérent avec celui observé vingt ans plus tard, lorsqu’un autre plombier est payé 1 denier par livre de plomb refondu et remis en œuvre dans des circonstances similaires (Texte B). Dans l’entrée de compte de 1454-1455, on trouve également la mention de 78,5 livres de plomb surnuméraires qui sont payées aux plombiers. Ce surplus s’explique par la mise en œuvre du processus de récupération. En effet, les plombiers ont récupéré plus de plomb vieux à fondre que les 1592 livres initialement prévues dans le devis. Si les chiffres sont aussi précis c’est parce que le plomb récupéré était scrupuleusement pesé à la Vicomté de l’eau de Rouen avant refonte, afin d’établir un paiement précis et juste des plombiers.

Une fois leur commande honorée, les plombiers se trouvent en possession d’un surplus de 78,5 livres de plomb, estimé pour un prix total de 42 sous 9 deniers, soit environ 6,5 deniers par livre. Il s’agit ici du prix du matériau (et non du travail de refonte), qui est en cohérence avec les prix relevés dans les comptes archiépiscopaux et dans ceux du chapitre cathédral. Il faut voir dans le paiement de ce surplus de plomb aux plombiers un « paiement en nature ». C’est-à-dire que les plombiers conservent les 78,5 livres de plomb surnuméraire mais leur coût est défalqué de leur salaire total. (Anne Kucab)

Texte A : Archives départementales de Seine-Maritime, G. 52, fol. 44v°-45r°. Publication et analyse Anne Kucab, « Où l’on offre tout ce qui peut se vendre ». Niveaux de vie et consommation à Rouen à la fin du Moyen Âge, thèse de doctorat d’Histoire médiévale soutenu à l’université Sorbonne Université, sous la direction de Mme Elisabeth Crouzet-Pavan, le 04 décembre 2021, p. 473.

Texte B : Archives départementales de Seine-Maritime, G. 71, fol. 27v°.

Textes :

A.
« Item le mercredi devent la saint Michel baillé à Pierre des Vaulx et Guillaume Lefevre, plumbiers, pour avoir refondu et mis en table neufve mil v. c. iiiixx xii livres de plom et rendre autant de neuf comme de vieil par marché fait, pour cent xii s. vi d., ainsi pour ce ix l. xix s. Item pour cent iiiixx iii livres de soudeure à ii s. la livre xviii l. viii s., lesquelles parties montent a xxviii l. vii s. mes pour ce que en avoit plus de vieil lxxviii l. et demy que de neuf de la valleur de xlii s. ix d. laquelle somme a esté baillée pour partie de paiement ausdit plumbiers pour ce xxvi l. iiii s. ».

« Item pour le poys de la vicomté et pour avoir porté icelui plomb, iii s ix d. ».

B.
« A Colin Lemarié, plombier, pour avoir refondu et faict de neuf plomb la goutiere d’entre ladite court et les prisons, où il est entré, oultre le plomb viel qui y estoit, xii l. qui, à viii d. la livre vallent viii s. iiii d., et pour la fachon de vcc iiiixx xii l. de plomb viel, pour chascune livre i d., vallent lxxiiii s., pour ce iiii l. ii s. viii d., et pour ii aultres petites goutieres pesans vixxxix l. dont il en y a cii l. de plomb neuf qui audit prix vallent lxviii s. et pour fachon de xxxvii l. pour chascune livre i d., vallent iiii s. vii d., pour ce icy, pour lesdites parties, vii l. xiii d. ».

Thèmes évoqués :
– Plomb
– Décote du matériau vieux par rapport au neuf
– Le matériau vieux comme moyen de paiement en nature
– Remise en œuvre in situ

Clous vieux et clous neufs pour la fixation de tuiles de bois à Billiat (1336-1337)

Billiat (Ain), 1336-1337

Le château de Billiat, remontant pour partie au XIIIe siècle, fut rasé entre 1603 et 1610. Le compte dressé par le châtelain Hudry de Châtillon, représentant du comte de Savoie dans la châtellenie de Savoie évoque, dans le passage sélectionné, des réparations faites aux toitures du château entre le 30 avril 1336 et le 25 mars 1337. Il est alors question de remplacer une partie des bardeaux formant la couverture de ce bâtiment. Ces bardeaux étaient fixés au moyen de clous de fer, appelés clavins. L’extrait de compte repris ici fait état de l’achat de 50 000 de ces clavins : 40 000 achetés neufs (novi) et 10 000 d’occasion (veteris). Nous constatons ainsi qu’un cinquième des fixations employées sont de seconde main et que le prix de ces dernières (de 48 deniers les 10 000) est 5,8 fois inférieur à celui des clavins neufs (280 deniers les 10 000). Toutefois, si la somme indiquée pour les clavins neufs correspond à un prix d’achat, on peut se demander si les quatre sous donnés pour les clavins « vieux » ne correspond pas au coût de leur redressement et « réadaptation », plus qu’à un prix à proprement parler. (Philippe Bernardi)

Archives départementales de la Côte d’Or, B 7057 (quatrième compte)

Paul Cattin (éd.), Billiat et sa région (Ain) au XIVe siècle d’après les comptes de la châtellenie, Cahiers René de Lucinge, 4e série, N° 32, 1997, p. 189.

Opera castri

In edificiis castri Billiaci factis per litteram domini de mandato quam reddit : Triginta miliariis scindulorum emptis ab Humberto Gentet de Ardone et ejus socio, quolibet miliario sex solidis, duobus denariis gebensibus, in nemore. Quatuordecim denariis gebenensibus datis pro charreagio cujuslibet miliarii a nemore usque ad castrum, et fuerunt implicati in tectis totius castri de novo copertis. Quadraginta milliari clavini novi, empti quolibet milliario duobus solidis, quatuor denariis, et implicati ibidem. Quatuor solidis gebenensibus datis pro decem milliariis clavini veteris dreciati et rehaptatis et implicatis ibidem. Et fuit ibi positum plus de clavino ad majorem securitatem propter impetum ventorum qui consueverunt  ipsa tecta discoperire. […]

Proposition de traduction :

Travaux au château

Pour les travaux du château de Billiat faits selon l’ordre du seigneur qu’il remet : pour 30 milliers de bardeaux achetés d’Humbert Gentet d’Ardon et de son compagnon, à 6 sous, 2 deniers de Genève le millier, dans le bois. Pour 14 deniers de Genève donnés pour le charroi de chaque millier, du bois jusqu’au château, et ils furent employés dans les toits de tout le château, couverts à neuf. Pour 40 milliers de clavins neufs achetés 2 sous, 4 deniers le millier, employés là. Pour 4 sous de Genève donnés pour 10 milliers de vieux clavins, redressés et réadaptés et employés là. Et on a placé là plus de clavins pour une plus grande sûreté à cause de la violence des vents qui ont l’habitude de découvrir ces toits. […]

Thèmes abordés :
– Clous
– Prix du vieux et du neuf
– Réemploi
– Préparation des matériaux récupérés
– Château
– Coût de la récupération

Les décombres comme mode de paiement de travaux à Codognan (III) (1686)

Codognan (Gard), 1686

Suite à la révocation de l’édit de Nantes (16 octobre 1685) et dans la perspective de soutenir le culte catholique dans une région protestante telle que le diocèse de Nîmes, le roi de France lance en 1686 une grande campagne de reconstruction ou d’agrandissement des églises de ce diocèse. Pour ce faire, de nombreux prix-faits de construction sont donnés aux enchères dans le courant de l’année 1686, d’après des plans et devis établis par l’architecte carcassonnais Guillaume Cailhau. Dans ces contrats, la question de la récupération des matériaux intervient soit du fait de la démolition partielle du bâtiment préexistant soit à travers référence aux décombres du temple protestant local. Les travaux de l’église paroissiale de Codognan[1] furent, comme ceux de l’église de Vergèze, confiés à Jean Cassefiere, fils de Guillaume, maçon habitant de Vergèze, le 1er avril 1686. Dans le prix-fait passé ce jour, le maçon, chargé de réaliser les travaux en fournissant « toutz les materiaux a ce necessaires comme pierre de taille, moilon, chaux et sable, bois, fer, vitres et toutte sorte de charrois et manœuvres » peut disposer des « démolitions » de l’église, c’est-à-dire des matériaux des parties qu’il sera amené à détruire. Mais alors que ces « démolitions » sont simplement mentionnées, sans que leur valeur soit estimée, et que leur cession apparaît relever d’une pratique courante, les matériaux issus de l’ancien temple protestant subissent un traitement particulier. La rapide mention qui en est faite montre tout d’abord que bois et tuiles ont été rapidement vendus – sans doute par les consuls de la communauté comme le précise le prix-fait de Vergèze. Ne demeurent sur place qu’une partie des décombres (la pierre ?) qui est alors cédée à l’entrepreneur Cassefiere. Notons que l’ensemble avait fait l’objet d’une évaluation par l’architecte Cailhau, sans doute au moment où celui-ci s’était rendu à Codognan pour préparer son devis de rénovation de l’église paroissiale. Dès le projet, les autorités ont prévu de tirer parti de la destruction du temple protestant dont la dépouille permet de « compenser » une partie de la dépense. Dans le cas présent, le versement d’un sixième du prix total, fait au moment de la signature du contrat, doit se monter à 250 livres payées pour partie (170 livres) en argent comptant et pour partie avec ladite dépouille (80 livres), soit en matériaux, soit sans doute en argent pour ce qui a été déjà vendu. La dépouille du temple protestant représente avec ces 80 livres, un peu plus de 5% des 1500 livres pour lesquelles les travaux ont été adjugés à Cassefiere.

Archives départementales du Gard, 2 E 36-545, fol. 464

Davantage induira et blanchira touttes les murailles du dedans de lad. eglise et crespira aussy icelles par le dehors faira aussy un petit clocher pour placer une cloche sur une des murailles de lad. eglise de pierre de taille avec une croix au dessus a l’endroit qui luy sera marqué finalement l’entrepreneur et les demolitions luy apartiendront tout lequel ouvrage led. Cassefiere entrepreneur a promis faire conformement aux articles cy dessus pour et moyenant le prix et somme de quinze cent livres et d’avoir entierement achevé icelluy dans dix mois prochains a peine de toutz despens dommages et intheréz payable la somme sçavoir presentement la sixieme partie qui est deux cent cinquante livres Sçavoir en compensation pour les materiaux provenus de la demolition du temple dud. lieu <tant ceux quy ont resté sur ces lieux que ceux quy ont esté vendus ou dispersés comme bois et tuilles> que led. entrepreneur a promis et promet de prendre pour employer aud. bastiment la somme de quatre vingt livres a laquelle lesd. materiaux ont esté estimés par led.sieur Calhaud et en argent comptant cent septante livres.

Thèmes abordés :
– Récupération
– Bois
– Tuile
– Eglise
– Matériaux de récupération comme moyens de paiement
– Valeur des matériaux récupérés
– Tri
– Revente sélective

[1] Codognan (Gard, ar. Nîmes, can. Vauvert)

Les décombres comme mode de paiement de travaux à Langlade (II) (1686)

Vergèze (Gard), 1686

Suite à la révocation de l’édit de Nantes (16 octobre 1685) et dans la perspective de soutenir le culte catholique dans une région protestante telle que le diocèse de Nîmes, le roi de France lance en 1686 une grande campagne de reconstruction ou d’agrandissement des églises de ce diocèse. Pour ce faire, de nombreux prix-faits de construction sont donnés aux enchères dans le courant de l’année 1686, d’après des plans et devis établis par l’architecte carcassonnais Guillaume Cailhau. Dans ces contrats, la question de la récupération des matériaux intervient soit du fait de la démolition partielle du bâtiment préexistant soit à travers référence aux décombres du temple protestant local. Les travaux de l’église paroissiale de Langlade[1] ont été confiés le 2 avril 1686 à un certain Pierre Besses, maître maçon de la ville de Nîmes pour 900 livres. Le prix-fait passé à cette date est proche dans sa forme de celui de l’église de Codognan (voir ce texte). Il envisage deux types de récupérations : le premier est constitué des pierres des parties à abattre pour la réédification, cédées à l’entrepreneur mais sans évaluation ; la seconde consiste dans les matériaux provenant de la démolition du temple protestant du lieu. Ces derniers ont été estimés en amont par l’architecte chargé du projet à cinquante-cinq livres, soit environ 6% du prix de la réédification. Le maçon est alors autorisé à « s’en servir ainsi que bon luy semblera », ce qui ne signifie pas qu’il les réutilisera forcément sur place.

Archives départementales du Gard, 2 E 36-545, fol. fol 480

Finallemant faira deux marches de pierre au travers de l’eglize pour monter au choeur et une balustrade de bois au dessus pavera avec pierre de taille le plan du choeur et sacristie, faira la cloison à icelle de buget bastard et sa porte fermure et serrure et fournira pour tout ce dessus toute sorte de matteriaux, charrois, manoeuvres et autres ouvriers necessaires et la pierre des anciennes demolitions luy appartiendront tout lequel ouvrage led. Besses masson entrepreneur a promis faire suivant et conformemant au plan et devis cy dessus enoncé et d’avoir icelluy parachevé dans huict mois prochains a peyne de tous depens domages et pour et moyenant le prix et somme de neuf cent livres de laquelle desduite celle de cinquante cinq livres de laquelle ont esté estimés les materiaux provenus de la demolition du temple dud. lieu par led. sieur Cailhaud architecte. Lesquels led. Besses entrepreneur sera tenu de prendre ainsy qu’il a promis fere pour s’en servir ainsi que bon luy semblera reste du susd. prix la somme de huit cent quarante cinq livres de laquelle a esté arresté qu’il luy seroit payé la sixiesme partye par messire François de Georges d’Aramon baron de Ledenon syndic du dioceze dud. Nismes lequel a paye aud Besses entrepreneur <et a confesse avoir receu tout presentement dud. sieur syndic et des mains dud. sieur Magne sçindic dud. clergé des deniers par luy receus dud. sçindic> la somme de cent quarante livres seize sols huict deniers pour la sixiesme partye dud. entier prix par luy retirée et embourcée.

 

Thèmes évoqués :
– Récupération des matériaux
– Pierre
– Eglise
– Les matériaux de récupération comme moyen de paiement

[1] Langlade (Gard, ar. Nîmes, can. Saint-Gilles)

Questionnement au sein du chapitre de Notre-Dame de Paris sur la conduite à adopter vis-à-vis des pièces de bois extraites du mur mitoyen de deux demeures canoniales lors de travaux de réfection (1425)

Paris, 1425

Alors que la réfection du mur mitoyen entre les maisons des chanoines Jean Chuffart et Guillaume de Ker est envisagée, le chapitre demande, par délibération du 30 avril 1425, à trois de ses membres de se rendre sur place pour visiter le chantier. Ces trois chanoines doivent rendre compte de l’intérêt ou non que pourrait représenter pour le chapitre le fait de donner les pièces de charpente extraites de ce pan de bois au maçon en charge de la réfection du mur. (Philippe Bernardi)

Archives Nationales, LL 113, p. 4

30 avril 1425

Domini mei N. de Dole, G. de Villers et P. de Ordeimonte visitabunt murum medium inter domum magistri J. Chuffart et domum de Kaer et refferent an sit utilitas ecclesie quod lathomus habeat medietatem solivarum que debent amoveri a muro predicto.

Proposition de traduction :

Messeigneurs Nicolas de Dole, Guillaume de Villars et Pierre d’Orgemont visiteront le mur mitoyen entre la maison de maître Jean Chuffard et la maison de [Guillaume de] Ker, afin qu’ils puissent dire (rapporter) si l’avantage de l’église serait que le maçon garde la moitié des solives qui doivent être enlevées du mur susdit.

Thèmes évoqués :
– Maison
– Bois
– Profit
– Valeur des matériaux de seconde main

Les décombres comme mode de paiement de travaux à Vergèze (Gard) (1686)

Vergèze (Gard), 1686

Suite à la révocation de l’édit de Nantes (16 octobre 1685) et dans la perspective de soutenir le culte catholique dans une région protestante telle que le diocèse de Nîmes, le roi de France lance en 1686 une grande campagne de reconstruction ou d’agrandissement des églises de ce diocèse. Pour ce faire, de nombreux prix-faits de construction sont donnés aux enchères dans le courant de l’année 1686, d’après des plans et devis établis par l’architecte carcassonnais Guillaume Cailhau. Dans ces contrats, la question de la récupération des matériaux intervient soit du fait de la démolition partielle du bâtiment préexistant soit à travers référence aux décombres du temple protestant local. Les travaux de l’église paroissiale de Vergèze[1] ont été adjugés le 1er avril 1686 à Jean Cassefiere, fils de Guillaume, maçon et habitant dudit Vergèze. Le contrat de prix-fait passé devant notaire à cette date nous apprend que le maçon a remporté les enchères avec une proposition de prix à 2200 livres et qu’il s’engage à avoir achevé sa tâche dans un délais de dix mois. À titre d’avance, il doit percevoir au moment de la passation du contrat un sixième du prix des travaux soit 366 livres, 13 sols et 4 deniers. Ce premier versement Il accepte alors de recevoir en paiement de cette somme les matériaux provenant du temple protestant détruit, évalués à 215 livres ; le complément de 151 livres 13 sous et 4 deniers lui étant donné « en bonnes espèces d’or et d’argent ». La dépouille du temple protestant permet ainsi de financer près de 10% du chantier. Cette disposition semble avoir été prise dès l’établissement du devis dans la mesure où l’estimation de la récupération a été faite par l’architecte en charge du projet. Les 215 livres sont constituées pour partie des matériaux encore sur place mais également de « ceux qui ont été vendus par les consuls dudit lie ». Sans doute faut-il comprendre que les consuls devront reverser le produit de leur vente au maçon. Il est alors intéressant de voir l’empressement des autorités à tirer parti de la démolition du temple. Nous ignorons, en revanche si l’entrepreneur, chargé de fournir tous les matériaux nécessaires à l’édifice, est autorisé à s’en servir pour la nouvelle église. (Philippe Bernardi)

Archives départementales du Gard, 2 E 36-545, fol. 466v

Finalement fournira led. entrepreneur touts les materiaux a ce necessaire comme pierre de taille, moilon, chaux et sable, bois, briques, ferrements et vitres et sera obligé de faire bon led. ouvrage un an et un jour après la reception d’icelluy quy ne sera que lorsqu’il sera achevé et finy. laquelle construction led. Cassefiere entrepreneur a promis faire conformement aux articles cy dessus pour et moyenant le prix et somme de deux mil deux cent livres et avoir icelle entierement parachevée dans dix mois prochains a peine de touts despens dommages et intherés payable lad. somme sçavoir presentement trois cent soixante six livres treize sols quatre deniers faisant la sixieme partie du susd. prix. En deduction duquel sixieme mess. François de Georges d’Aramon baron de Ledenon sçindic du dioceze dud. Nismes icy present a baillé en payement aud. Cassefiere entrepreneur acceptant les materiaux provenants de la demolition du temple dud. Vergezze tant ceux quy sont presentement sur ces lieux que ceux quy ont esté vendus par les consuls dud. lieu estimés a la somme de deux cent quinze livres par led. sieur Calhaud architecte suivant verbail par luy dressé le [blanc] dernier et les cent cinquante une livres treize sols quatre deniers restantz dud. sixieme led. sieur sçindic les a tout presentement payés aud. Cassefiere entrepreneur par luy retirés et embourcés en bonnes especes d’or d’argent et monnoye voyant moyd. notaire et tesmoins de laquelle somme de trois cent soixante six livres treize sols quatre deniers led. entrepreneur bien payé et satisfaict en deduction de la susd ; somme de deux mil deux cent livres en a quitté et quitte led. sieur sçindic.

Thèmes évoqués :
– Prix des matériaux récupérés
– Vente des matériaux de récupération
– Estimation des matériaux récupérés
– Financement de travaux par la récupération
– Eglise

[1] Vergèze (Gard, ar. Nîmes, can. Vauvert)

Réfection des remparts de la ville de Carpentras avec des pièces et des clous de charrettes (1380 et 1384)

Carpentras (Vaucluse), 1380 et 1384.

Les extraits des comptes de la communauté de Carpentras présentés font état d’achats de fournitures nécessaires à la réfection de plusieurs portes de la cité : celle dite de Monteux, à l’ouest de la ville, celle dite de Mazan, à l’Est, et celle dite de Notre-Dame du Grès, au Sud. Ils interviennent dans une période troublée qui voit, devant la menace que les routiers font peser sur les états pontificaux, nombre de villes et de villages se doter de remparts. Ceux de Carpentras, débutés en 1357, ne furent achevés qu’en 1392.

Le premier compte présenté (texte A), rédigé par le notaire Guillaume de Prada[1], est celui des dépenses effectuées par l’un des élus (syndic) de la communauté, Véran Margarite, en charge des travaux à faire en 1380. Dans le cadre de cette campagne de réparation, nous voyons le syndic acheter à diverses reprises des pièces récupérées sur des charrettes : « vieux clous de charrette » ou « vieilles bandes de charrette » qui servent à réparer des pont-levis. Sur une quinzaine de jours environ, entre le 19 mai et le 2 juin 1380 ce ne sont pas moins de 11 achats de pièces de charrettes usagées qui se trouvent consignées, contre un seul concernant du fer neuf, en dehors de la fourniture de quelques serrures. Loin d’être anecdotique, cet approvisionnement revient au total à 13 livres 19 sous et 8 deniers soit l’équivalent de 25 jours de salaire d’un des maîtres charpentiers employés sur ce même chantier (7 sous) et de 44 jours de rémunération d’un simple manœuvre (4 sous). Le nombre de clous livrés n’est pas toujours précisé et l’on ne peut que relever un minimum de 402 pièces pour une centaine (101) bandes de charrette. Ces « bandes » (benda) de charrette sont sans doute des bandes métalliques clouées à l’origine sur la circonférence des roues ; le terme provençal bendar désignant l’action d’embattre une roue. La destination première de ces bandes nécessite qu’elles soient « redressées » pour s’adapter à leur nouvel usage, tâche dont s’acquitte, par exemple, le forgeron Cortosii le 2 juin.

On peut imaginer que c’est l’urgence des travaux qui conduit à employer ces bandes et ces clous de charrettes mais leur nombre et le fait qu’aucune bande neuve ne soit mentionnée laisse à penser que ce type de reconversion ou de changement d’usage était peut-être assez courant.

Ces extraits de compte permettent aussi de constater que parmi les fournisseurs se trouvent deux forgerons, un charron, un charretier et la femme d’un second charretier soit, pour la moitié des professionnels en lien étroit avec la fabrication des charrettes ou le transport.

Le second compte dont provient la série d’extraits suivante (Texte B) est de deux ans postérieure. Le contexte des travaux est le même et, là encore, bandes et clous de charrettes sont remployés dans le bâtiment. Les précisions portées alors permettent toutefois de mieux cerner la valeur des pièces métalliques fournies dans la mesure où les poids sont plus systématiquement donnés, accompagnés de tarifs unitaires. Nous observons ainsi que les bandes et clous récupérés sont marchandés (ad forum) entre environ 6 deniers et 8 deniers 2/3 la livre, alors que d’autres pièces métalliques, non désignées comme « vieilles » sont vendues de 21 à 24 deniers la livre soit entre 2,4 et 4 fois plus cher. Il est à noter que, dans certains cas, les bandes de charrette ne sont pas qualifiées de « vieilles » mais les prix indiqués et le fait qu’elles puissent être (21 juin) évaluées au même tarif que de vieux clous ne laisse pas de doute sur le fait qu’elles soient de seconde main.

Notons également que le redressement des bandes peut faire l’objet d’un marché indépendant, confié à un forgeron au tarif, comme constaté dans le compte précédent, de 2 deniers la barre. Avec un prix moyen d’environ 20 à 52 deniers par bande, d’après les achats mentionnés, le surcoût du redressement atteint entre environ 4 (3,8) et10 % du prix d’achat.

Texte A : Bibliothèque Inguimbertine, Archives communales de Carpentras, CC 160, fol 8-10.

Texte B : Bibliothèque Inguimbertine, Archives communales de Carpentras, CC 162, fol 23v-26.

Texte A :

[fol 8]

Et primo, anno domini Mo CCCo octuagesimo et die XIX mensis madii, solvit realiter dictus Veranus Margarite alias Ayme de Carpentoracti, sindicus universitatis Carpentoractis, in presencia mei Guillermi de Prada, publici apostolica auctoritate notarii ac scribe negociorum universitatis predicte, et testium subscriptorum : Johanni Suzanne de Carpentoracti pro precio tresdecim duodenarum clavorum antiquorum quadrige ab ipso hodie habitorum pro reparando pontem levaticium portalis de Montilio et clavando bendas ferreas dicti pontis quinque grossos et medium, valentes XI sol.

Presentibus Guillermo Nicholay, cultore, et Petro Boveti, clerico, habitatoribus Carpentoractis, testibus ad premissa.

Item solvit ipso die Philippoto Bertrandi, fabro, pro precio quatuor duodenarum similium clavorum ab ipso, ipsa causa, habitorum, unum grossum et medium, valent III s.

Presentibus Petro Panayrerii et Petro Boveti.

[…]

[fol 8v]

Item solvit dicto die Moneto Guilhelmini, roderio, pro precio octo bendarum antiquarum quadrige ponderantium trigintatres libras, et quatuor duodenarum et medio clavorum antiquorum quadrige ab eodem Moneto habitarum pro ponte predicte, novem grossos, valent XVIII s.

Presentibus Petro Boveti, clerico, et Duranto Symoni.

[…]

[fol 9]

Item, solvit realiter, die XXV mensis madii, Jacobo Giraudi de Carpentoracte, pro precio duodecim bendarum antiquarum quadrige et certe quantitatis clavorum antiquorum quadrige ab ipso emptarum et habitarum pro ponte levaticio portalis de Masano, vigintiduos grossos – valentes II £ IIII s.

Presentibus, Guillermo Bertrandi et Petro Boveti, clerico, et Isnardo Corpatassii.

Item, solvit realiter, die XXIX mensis madii, Jacobe uxori Gauterii, carraterii, pro precio sexdecim librarum clavorum antiquorum quadrige ab ipse habitarum pro ponte levaticio reducti portalis Beate Marie, quatuor grossos – valent VIII s.

Presentibus, Petro Pietavis, de Carpentoracte, et Petro Boveti, clerico.

Item, solvit realiter, dicto die, Guioneto Francisci de Carpentoracte, pro precio tresdecim bendarum antiquarum quadrige ab ipso habitarum pro ponte levaticio portalis de Masano, duodecim grossos – valent I £ IIII s.

Presentibus, Bertrando Laugerii et Petro Pellicerii alias Cabrici.

[…]

[fol 9v]

Item, solvit realiter, die ultima madii, Guilhelmino, carraterio Mathey de Laura, pro precio duodecim bendarum antiquarum quadrige et clavorum ab ipso habitarum pro ponte levaticio portalis de Masano, vigintiduos grossos – valentes II £ IIII s.

Presentibus, Petro de Serris et Petro Boveti.

Item, solvit realiter, die prima junii, Bertrando Marini, pro precio centum quinquaginta clavorum antiquorum quadrige ab ipso habitorum pro ponte predicto, duos grossos – valent IIII s.

Presentibus, Petro Boveti, clerico, et Raymundo Vabassuti alias Del Gorc.

[…]

Item, solvit realiter, ipso die, Georgio De Archa, pro precio duo decem <et novem> bendarum antiquarum quadrige et clavorum ab ipso habitorum unius quadrige ab ipso habitarum et habitorum pro ponte portalis de Masano, duos florenos et decem grossos – valentes III £ VIII s.

Presentibus, Petro Boveti, clerico, et Johanne Floraudi.

[fol 10]

Item, solvit realiter, dicto die, Bertrando Marini, pro precio duodecim bendarum antiquarum quadrige et clavorum duarum rotarum ab ipso habitorum pro dicto ponte levaticio portalis de Masano, sexdecim grossos – valent I £ XII s.

Presentibus, Siffredo Alziassii et Petro Boveti.

Item, solvit realiter, die II mensis junii, Gobino Cortosii, fabro, pro precio novem bendarum ferri quadrige antiquarum ab ipso habitarum pro ponte predicto et per eum adreyssatarum, unum florenum de regina valet I £, III s., VIII d.

Presentibus, Guillermo [2 mots non lus] et Petro Boveti.

Item, solvit realiter, dicto die, Perrino Fabri alias Gros Nas, pro duobus ligaminibus ferri novis per eum, de suo proprio ferro, factis pro contrapondere brachiorum dicti pontis, et pro duabus duodenis clavorum magnorum quadratorum ad opus dicti contraponderis, novem grossos et medium – valent XIX s.

Presentibus, Petro Pretavis et Petro Boveti.

[…]

Proposition de traduction du texte A :

[fol 8]

Et premièrement, l’année du Seigneur 1380 et le 19e jour du mois de mai, ledit Véran Margarite, alias Ayme, de Carpentras, syndic de la ville de Carpentras, a payé en présence de moi, Guillaume de Prada, notaire public et apostolique ainsi que scribe des affaires de la ville susdite, et des témoins souscrits, à Jean Suzanne de Carpentras, pour le prix de 13 douzaines de vieux clous de charrette, reçues ce jour de celui-ci pour réparer le pont-levis du portail [dit] « de Monteux » et clouer les bandes de fer dudit pont, 5 gros et demi – valant 11 sous.

Présents, Guillaume Nicholay, cultivateur, et Pierre Boveti, clerc, habitants de Carpentras, témoins de ce qui précède.

De même, il a versé, ce jour, à Philippot Bertrandi, forgeron, pour prix de 4 douzaines de ces mêmes clous, reçues de celui-ci, pour la même cause, 1 gros et demi, valent 3 sous.

Présents, Pierre Panayrerii et Pierre Boveti.

[…]

[fol 8v]

De même, il a versé, ledit jour, à Monet Guilhelmini, charron, pour prix de 8 vieilles bandes de charrette pesant 33 livres, et pour 4 douzaines et demi de vieux clous de charrette reçues de ce même Monet, pour le pont susdit, 9 gros – valant 19 sous.

Présents, Pierre Boveti, clerc, et Durand Symoni.

[…]

[fol 9]

De même, il a réellement payé, le 25e jour du mois de mai, à Jacques Giraudi de Carpentras, pour le prix de 12 vieilles bandes de charrette et une certaine quantité de vieux clous de charrette achetées et et reçues de celui-ci pour le pont-levis du portail de Mazan, 22 gros – valant 2 livres 4 sous.

Présents, Guillaume Bertrandi et Pierre Boveti, clerc, et Isnard Corpatassii.

De même, il a réellement payé, le 29e jour du mois de mai, à Jacobe épouse de Gautier, charretier, pour prix de 16 livres de vieux clous de charrette reçues de celui-ci pour le pont-levis [à l’écart ?] du portail Notre-Dame, 4 gros – valent 8 sous.

Présents, Pierre Pietavis, de Carpentras, et Pierre Boveti, clerc.

 

De même, il a réellement payé, ledit jour, à Guyonnet Francisci de Carpentras, pour prix de 13 vieilles bandes de charrette reçues de celui-ci pour le pont-levis du portail de Mazan, 12 gros – valent 1 livre, 4 sous.

Présents, Bertrand Laugerii et Pierre Pellicerii alias Cabrici.

[…]

[fol 9v]

De même, il a réellement payé, le dernier jour de mai, à Guillemin, charretier de Mathieu de Laura, pour prix de 12 vieilles bandes de charrette et des clous reçus de ce dernier pour le pont-levis du portail de Mazan, 22 gros – valant 2 livres 4 sous.

Présents, Pierre de Serris et Pierre Boveti.

 

De même, il a réellement payé, le premier jour de juin, à Bertrand Marini, pour prix de 150 vieux clous de charrette reçus de celui-ci pour ledit pont-levis, 2 gros – valent 4 sous.

Présents, Pierre Boveti, clerc, et Raymund Vabassuti alias Del Gorc.

[…]

De même, il a réellement payé, ce jour, à Georges De Archa, pour prix de 19 vieilles bandes de charrette et les clous d’une charrette reçues et reçus de cleui-ci pour le pont du portail de Mazan, 2 florins et 10 gros – valant 3 livres 8 sous.

Présents, Pierre Boveti, clerc, et Jean Floraudi.

[fol 10]

De même, il a réellement payé, ledit jour, à Bertrand Marini, pour prix de 12 vieille bandes de charrette et les clous de deux roues reçus de celui-ci pour le pont-levis du portail de Mazan, 16 gros – valent 1 livre, 12 sous.

Présents Siffrein Alziassii et Pierre Boveti.

De même, il a réellement payé, le 2e jour de juin, à Gobin Cortosii, forgeron, pour prix de 9 vieilles bandes de fer de charrette reçues de celui-ci pour le pont susdit et redressées par lui, 1 florin de la reine, vaut 1 livre, 3 sous, 8 deniers.

Présents, Guillaume [2 mots non lus] et Pierre Boveti.

De même, il a réellement payé, ledit jour, à Perrin Fabri alias Gros Nas, pour deux liens de fer neuf fabriqués par lui de son propre fer pour le contrepoids des flèches (bras) dudit pont, et pour 2 douzaines de grands clous carrés (?) pour ledit contrepoids, 9 gros et demi – valent 19 sous.

Présents, Pierre Pretavis et Pierre Boveti.

[…]

Texte B :

[fol 23v]

Item, [le 7 juin 1384] solvit plus eidem Poncio pro sex bendis antiquis quadrige et quadam quantitate clavorum quadrige ponderantibus quinquagintaquatuor libras, ab ipso habitur pro pontis levaticiis portalium, ad forum trium florenorum pro quintali, decem nonem grossos et medium – I £ XIX s.

Presentibus, Petro Boveti, clerico, et Petro Chaulenqui alias de Fobiis.

[…]

fol 24v

Item, solvit dictus Paulus, sindicus, die XVIII junii, Syffredo Borriani famulo Guillermi Estornelli, pro precio septem librarum clavorum palmares[iorum], ab ipso per dictum Poncium, fusterium, pro causa predicta receptarum, ad forum vigintiunius denariorum pro libra – XII s. III d.

Presentibus, dictis Raymundo Brocheti, Poncio Cornesii et Raymundo Latilis.

[…]

Item, solvit, ipso die, Arnulpho Fornerii, carraterio, pro precio septem bendarum antiquarum quadrige ponderantium vigintiquatuor libras, ad forum sex denariorum pro libra – XII s.

Et pro duodecim libris clavorum antiquorum quadrige, ad forum septem denariorum pro libra que dimidia recepta fuerunt pro ponte levaticio portalis de Montilio – VII s.

Presentibus, Hugone Curelli, fusterio, Bermundo Brocheti et Raymundo Latilis

[…]

[fol 25v]

Item, solvit dicto die [18 juin], presentibus quibus supra, Stephano Juliani, fabro, pro duobus mandris ferri per eum factis pro contrapondere pontis levaticii portalis de Montilio ponderantibus vigintitres libras, ad forum duorum solidorum pro libra – II £ VI s.

Item, pro adreyssando quinquagintaunam bendas ferri quadrige pro pontibus levaticiis, quatuor grossos et unum duplicem, valent VIII s. II d.

Item solvit, dicto die, Moneto Guilhelmini, roderio, pro precio septem bendarum ferri quadrige ponderantium trigintaunam libras, ab ipso emptarum et habitarum pro pontibus supradictis septem gross. et medium, valent XV s.

Presentibus, Raymundo Latilis et Jacobo Jacobi.

fol 26

Item, solvit die XX mensis junii Giraudo Ruffi, pro precio octo bendarum quadrige ponderantium vigintiocto libras, ad forum octo denariorum pro libra, ab ipso emptarum et habitarum pro pontibus portalium, novem grossos et tercium grossi valent – XVIII s. VIII d.

Item, solvit, die XXI junii, eidem Giraudo Ruffi, pro pretio quinque bendarum ponderantium vigintisex libras et pro IIII libris clavorum antiquorum quadrige a dicto Giraudo emptarum et receptarum, ad forum octo denariorum pro libra – I £

Presentibus Stephano Juliani et Raymundo Barati.

Item, solvit ipso die Stephano Juliani, fabro, pro adreyssando duodecim bendas, unum grossum, valet –  II s.

Proposition de traduction du texte B :

[fol 23v]

De même, il a de plus versé à Pons, pour 6 vieilles bandes de charrette et une quantité de clous de charrette pesant 54 livres, reçue de celui-ci pour les ponts-levis des portails, au marché de 3 florins par quintal, 19 gros et demi – 1 £ 19 s[2].

Présents, Pierre Boveti, clerc, et Pierre Chaulenqui alias de Fobiis.

fol 24v

De même, ledit Paul, syndic, a payé le 18e jour du mois de juin, à Siffrein Borriani, serviteur de Guillaume Estornelli, pour prix de 7 livres de clous palmares[3], reçues de celui-ci par ledit Pons, charpentier, pour les choses susdites, au marché de 21 deniers la livre – 12 s. 3 d.

Présents, lesdits Raymund Brocheti, Pons Cornesii et Raymund Latilis.

[…]

De même, il a versé, ce jour, à Arnoux Fornerii, charretier, pour prix de 7 vieilles bandes de charrette pesant 24 livres, au marché de 6 deniers par livre – 12 sous.

Et pour 12 livres de vieux clous de charrette, au marché de 7 deniers par livre, dont la moitié reçue furent [sic] pour le pont-levis du portail de Monteux – 7 sous.

Présents, Hugues Curelli, charpentier, Bermond Brocheti et Raymund Latilis

[…]

[fol 25v]

De même, il a versé ledit jour [18 juin], en présence des personne ci-dessus, à Étienne Juliani, forgeron, pour deux axes de fer pesant 24 livres, faits par lui pour le contrepoids du pont-levis du portail de Monteux, au marché de 2 sous par livre – 2 £ 6 s.

De même, pour redresser 51 bandes de fer de charrette pour les ponts-levis, 4 gros et un double, valent 8 s. 2 d[4].

 

De même, il a versé ledit jour à Monet Guilhelmini, charron, pour prix de 7 bandes de fer de charrette pesant 31 livres, achetées et reçues de lui pour les ponts susdits, 7 gros et demi, valent 15 s[5].

Présents, Raymund Latilis et Jacques Jacobi.

fol 26

De même, il a versé le 20e jour du mois de juin à Gérard Ruffi, pour prix de 8 bandes de charrette pesant 28 livres achetées et reçues de lui pour les ponts des portails, au marché de 8 deniers par livre, 9 gros et un tiers de gros, valent – 18s. 8 d.

De même, il a versé, le 21 juin, à Gérard Ruffi, pour prix de 5 bandes pesant 26 livres et pour 4 livres de vieux clous de charrette achetées et reçues dudit Gérard, au marché de 8 deniers la livre – 1 £

Présents, Étienne Juliani et Raymund Barati.

De même, il a versé ce jour à Étienne Juliani, forgeron, pour redresser 12 bandes, 1 gros, vaut – 2 s.

Thèmes abordés :
– Changement de destination des éléments remployés
– Fer
– Clous
– Commerce de seconde main
– Acteurs du commerce
– Pont-levis
– Transformation des matériaux récupérés
– Prix du matériau vieux par rapport au neuf
– Coût de la transformation

[1] Ce notaire nous est également connu par un registre de minutes à son nom conservé dans les Archives départementales de Vaucluse pour les années 1380-1383 (AD84, 3 E 26/55).

[2] Les indications données permettent d’évaluer la livre à 8 deniers 2/3 pour un quintal de 100 livres et un florin à 24 sous.

[3] Il s’agit d’un type de clou dont les dimensions et le poids nous échappent.

[4] Les chiffres indiqués permettent d’évaluer  le coût de redressement de chaque barre à environ 2 deniers (1,9).

[5] Les chiffres indiqués permettent de restituer un prix de la livre à environ 6 deniers (5,8).

Décret du Préfet du Rhône et du Maire de Lyon ordonnant la destruction de la flèche [du clocher de Saint-Paul de Lyon] (1817)

Lyon, 1817

En 1817, la flèche du clocher de l’ancienne collégiale Saint-Paul menace ruine. Le préfet du Rhône, le comte de Chabrol (1814-1817) convoque un ingénieur des ponts et chaussée qui liste un certain nombre d’avis quant au démontage de la flèche, tout en essayant de préserver au mieux le clocher, mais aussi les matériaux qui sont récupérés, la flèche étant en pierre. Les différentes techniques à mettre en œuvre sont décrites très précisément. Le 3 septembre, un seul entrepreneur a répondu à la mission, Joseph Dumon. La mairie prévoit deux possibilités de paiement : avec ou sans les pierres de la flèche, selon si elle décide de les conserver ou non. Finalement, le 18 décembre les travaux sont effectués. les pierres démontées sont déposées dans l’église et réservées à l’usage de la mairie. (Hervé Chopin)

Référence : Arch. municipales de Lyon 475 WP 9
Chopin (H.), Collégiale Saint-Paul de Lyon (Rhône). Etude des archives relatives à l’église, Lyon, CERIAH-MH, 2000, p. 103-105.

Texte
Décret du préfet.
« Lyon, le 18 août 1817,

Monsieur le Maire, j’ai l’honneur de vous adresser ci-joint copie de mon arrêté en date de ce jour, portant que la pyramide du clocher de l’église de Saint-Paul de cette ville, serait immédiatement démolie aux frais de qui de droit.
Quant aux moyens d’exécution, voici l’avis de Monsieur l’Ingénieur en chef des ponts et chaussées :
1° On profitera de l’évidemment intérieur de la pyramide pour s’échafauder en dedans, en ayant soin que les échafauds reposent perpendiculairement sur la tour carrée du bas, et n’aient point de poussée latérale sur les parois du clocher.
2° On reliera par trois polygones de charpente placés à différentes hauteurs, les parrois [sic] intérieures du clocher, afin d’empêcher qu’ils ne poussent au (….)ide après la démolition du sommet, et au fur et à mesure de cette démolition.
3° On commencera la démolition par le sommet, en allant d’abord très doucement. On descendra les pierres par l’intérieur du clocher jusqu’à la tour carrée et de la tour carrée on les descendra dans la rue au moyen d’une poulie ou d’un treuil, en s’appuyant sur la façade sud ou de l’ouest de la tour carrée.
4° On ne fera point d’échafaud en dehors du clocher et les premières pierres seulement seront démolies par un couvreur qui montera en dehors en s’attachant à des crochets, si toutefois il n’est pas possible de les démolir intérieurement.
Veuillez, je vous en prie, Monsieur le Maire, faire toutes les dispositions convenables pour l’exécution de cet arrêté, en ordonnant toutes les mesures indiquées par M. l’ingénieur en chef, ou toutes analogues que l’architecte qui sera par vous chargé de diriger les travaux jugera propres à remplir le même but et à prévenir les mêmes inconvénients.
Agréez Monsieur le Maire, l’assurance de ma considération distinguée.
Le Conseiller d’Etat préfet. »

Décret du Maire

« Nous Maire de la Ville de Lyon,

En exécution de l’arrêté de M. le Conseiller d’Etat Préfet du département du Rhône, du 18 août dernier, portant que la pyramide du clocher de l’église Saint-Paul de cette ville sera immédiatement démolie, attendue que la façade septentrionale de la tour de cette pyramide menace d’une ruine prochaine, et ensuite de sa lettre à Nous adressée sous la date du même jour 18 août, dans laquelle il nous fait part de l’avis de M. l’Ingénieur en chef des Ponts et Chaussées, relatif aux moyens à employer pour l’exécution des travaux de cette démolition.
Après avoir fait appeler auprès de nous divers entrepreneurs et leur avoir donné connaissance tant de l’arrêté de M. le Préfet relatif à cette démolition, que de sa lettre ayant trait aux moyens d’exécution d’icelle, d’après l’avis de M. l’Ingénieur en chef ;
Un seul entrepreneur, le sieur Joseph Dumon, demeurant rue des Capucins, n°b, ayant consenti à faire la soumission de se charger des travaux dont il s’agit aux conditions :
1° Que la Mairie lui abandonnera les matériaux provenant de la démolition, lui laissera la faculté de les déposer sur la place dite Saint-Laurent, pendant l’espace de six mois, pour avoir le tems [sic] de les enlever ;
2° Que la ville lui payera la somme de quatre cent quatre vingt cinq francs pour l’indemniser des échafaudages qu’il est tenu de faire à ses frais et autres dépenses non prévues ;
3° Que, dans le cas où la ville se réservât les matériaux, elle lui payera la somme de neuf cent septante francs pour raison de cette démolition, à la charge par ledit Dumon d’entoiser les pierres, les numéroter assise par assise, et de faire conduire les décombres aux lieux qui lui seront indiqués par M. l’Architecte de la Ville :

Et les autres entrepreneurs ayant tous refusé de soumissionner à ces conditions,
Nous avons accepté la soumission du sieur Dumon sous les restrictions suivantes :

1° la Ville aura un délai d’un mois, à dater du jour de l’approbation par M. le Préfet, de la présente somme de neuf cent septante francs, ou pour lui abandonner lesdits matériaux et ne lui payer dans ce cas que la somme de quatre cent huitante cinq francs, ou si dans le mois, l’option n’est pas faite par la Ville, il sera censé alors qu’elle aura abandonné les matériaux à l’entrepreneur.
2°M. le Maire explique que, dans le cas d’abandon de ces matériaux par la Ville à l’entrepreneur, le sieur Dumon sera tenu de les enlever dans l’espace de trois mois, toujours à partir du jour de l’approbation de M. le Préfet, de la place Saint-Laurent où ils auront été déposés en bon ordre.
3° Le sieur Dumon reste chargé de la fourniture de tous échafaudages, ustensiles, agrêts [sic], payement de main d’œuvre des ouvriers, et généralement de tout ce qui peut être nécessaire à ces travaux : il s’engage à se conformer soit à l’arrêté de M. le Préfet, soit aux instructions énoncées dans sa lettre du 18 août dernier, d’après l’avis de M. l’ingénieur en chef, dont il a déclaré avoir une parfaite connaissance ; il sera tenu également de se conformer aux devis de M. Flacheron, architecte de la Ville, qui demeure chargé de la surveillance des travaux, de concert avec MM. Les membres de la commission nommée par M. le Préfet.
La Mairie s’engage en outre des prix stipulés dans la présente convention, de rembourser à l’entrepreneur les frais d’enregistrement du présent marché.
4° La présente convention sera soumise à l’approbation de M. le Préfet.
Ainsi convenu et fait à l’hôtel de ville.
Lyon le trois septembre 1817.

Le Maire de la Ville de Lyon.
Signé le comte de Fargues et Dumon.

Lu et approuvé par le Conseiller d’Etat, Préfet du Rhône.
Lyon le 12 septembre 1817
Signé le comte Chabrole.

En marge sont écrits les mots suivants :
« Enregistrés à Lyon le seize courant 1817, reçu seize francs six centimes, dixième compris », signé Loliere.

Pour copie conforme :
Le Maire de la Ville de Lyon
L’aide architecte de la Mairie soussigné certifie que la démolition de la pyramide du clocher de Saint-Paul a été faite conformément au présent marché et suivant les ordres qui ont été donnés à l’entrepreneur, et de plus, que les pierres ont été déposées dans ladite église.
Lyon, 18 décembre 1817 signé Benoît

Les architectes soussignés qui ont été chargés par arrêté de M. le Maire de diriger la démolition de la flèche de l’église Saint-Paul règlent à la somme de neuf cent quatre vingt sept francs cinquante six centimes compris les frais de timbre et d’enregistrement, la valeur des ouvrages que le sieur Dumont, adjudicataire, a faits pour la démolition de ladite flèche menaçant ruine, dont toutes les pierres sont réservées à l’usage de la Ville, ensuite de la décision prise par M. le Maire, le neuf du courant.
Lyon, 18 décembre 1817. Signé Flacheron, Thibière. »

Mots-clés : église-démontage-flèche-pierre-récupération-contrat-prix.

Procès-verbal de l’enlèvement des plombs du couvent des ermites de saint Augustin de Brou (1557)

Brou, 1557

Depuis 1535, la Bresse a été envahie par les troupes françaises alors que jusque-là le comté de Bresse dépendait du duché de Savoie. La ville de Bourg-en-Bresse est assiégée par le baron de Polvilliers (ou Bolweïler) à la tête des troupes savoyardes, en octobre 1557. Afin de pouvoir résister, le plomb des toitures de l’église du couvent des ermites de saint Augustin de Brou, récemment construit, fut récupéré pour en faire des balles pour la garnison. (Hervé Chopin)

Références :
Arch. départ. Ain, H 614. Procès-verbal de l’enlèvement des plombs et autres dégâts faits à Brou, par la garnison de Bourg, lors du siège mis devant cette ville par le baron de Polvilliers, novembre 1557. Inédit.

Texte
« (…) lequel plomb, fixé à un sol la livre, ne fut jamais payé, car despuis que la ville fut assiégée, les soldats disaient n’avoir point reçu paye du roy despuis long temps, même les Gascons et Suisses, et estoit force leur délivrer ledit plomb, aultrement ils eussent tout forcé »

Mots-clés :
Couvent-toiture-plomb-prix-démontage-récupération

Toisé des ouvrages faits à la collégiale Saint-Paul de Lyon (1779)

Lyon, 1779

Dans le cadre des travaux concernant l’agrandissement de l’abside et la «baroquisation» de l’église collégiale Saint-Paul de Lyon, dans les années 1779-1784, le maître-maçon Meunier intervient. Il a récupéré une grande quantité de vieux tufs qu’il utilise pour voûter la nouvelle construction. Il ne précise pas l’origine de ces pierres, mais l’ensemble est facturé 60 livres au chapitre. (Hervé Chopin)

Références :
Archives départ. du Rhône et de la métropole de Lyon, 13G323, pièce n°9 : « toisé des ouvrages que Meunier, maître maçon à Lyon, a fait et fourni la réparation de l’église de Saint-Paul, indépendamment des murs du couvert du chœur ». Inédit.
Chopin (H.), Collégiale Saint-Paul de Lyon (Rhône). Etude des archives relatives à l’église, CERIAH-MH, 2000, p. 49.

Texte
« un millier de vieux tufs employé tant à ladite voûte qu’aux pilastres des piliers, 60 livres ».

Mots-clés :
Collégiale–tuf–destination–voûte-abside-prix-qualité

Extraits des comptes de fabrique de la cathédrale de Rouen (1480)

Rouen, 1480

Extraits des comptes de fabrique de la cathédrale de Rouen qui mentionnent la récupération et la refonte de plomb provenant d’une « tourelle ou feulolle » de la tour lanterne de cette cathédrale en 1480. Les quantités récupérées ainsi que l’équivalent obtenu en « plomb pur » ou en « plomb neuf » sont évoquées, de même que l’opération de lavage des cendres du fourneau, destinée à en récupérer le plomb perdu lors de ces fontes et refontes. (Maxime L’Héritier)

Arch. dép. Seine-Maritime G 2510 fol. 55 r

Texte
55v
En la sepmaine commençant le IIIIe jour de septembre audit Legois et Pierre Pontiz plommiers pour leur paine d’avoir fait IICC XL l. de souldure, avoir fondu IIM VIIXX V l. de plonc (2145 l.) venu de la feulolle de la gresle tour, lequel plonc est venu a XIXCC LXXIII l. de plomc pur (1973 l.) et avoir espaille en partie ledit plomc. Et avoir vacque en ladite sepmaine chacun par quatre jours et demy au pris de V s. pour chacun jour et III s. IIII d. pour le demy jour pour ledit legois vallent et paie XXIII s. IIII d.
Audit Pontiz au pris de V s. pour chacun jour et III s. IIII d. pour le demy jour paie XXIII s. IIII d.

55v-56r
En la sepmaine commencant le XIe jour dudit mois ausdit Legois et Pontiz pour leur paine davoir assis et soulde deux pieces de plomc neuf sur les allees des chapelles de saincte coulombe et saint pierre. Lune pesante VIXX II l. et lautre pesante IIIIXX XVIII l. pour cause que le vieil plomc estoit casse en plusieurs lieux et tout plain de souldure. Et aussy avoir fondu le demourant du plomc vieil venu du pie de la feulolle lequel est venu en plomc neuf a VICC XXXIX l. Et de soudure CXVI l. Et avoir vacque en ladite sepmaine chacun par IIII jours et demy au pris de V s. pour chacun jour et III s. IIII d. pour le demy jour paie XXIII s. IIII d.

56r
Ledit Pontiz au pris de V s. pour chacun jour et III s. IIII d. pour le demy jour paie XXIII s. IIII d.
En la sepmaine commencant le XVIIIe jour dudit mois ausdit Legois et Pontiz pour leur paine d’avoir espaille les tables de plomc nouvellement fondues et avoir lave les cendres lesquelles estoient plaines de plomc affin de les mectre en ung saulmon lequel poise VIC XXX l. Et avoir vacque en ladite sepmaine c’est assavoir ledit Legois par deux jours et ledit Pontiz par IIII jours et demy au pris de V s. pour chacun jour pour ledit Legois paie X s.
Ledit Pontiz au pris de V s. pour chacun jour et III s. IIII d. pour le demy jour paie XXIII s. IIII d.

Thèmes évoqués :
– Plomb
– Prix des matériaux vieux et neufs
– Coût du recyclage
– Opérations de recyclage
– Cathédrale
– Vocabulaire et expressions
– Nature et qualité des matériaux
– Couverture

Extraits des comptes du châtelain de Gardanne Didier du Han (1478)

Gardanne, 1478

Compte du châtelain de Gardanne Didier du Han. Extraits des recettes dans lequel il note avoir vendu des plâtras et des tuiles vieilles. (Philippe Bernardi)

Archives départementales des Bouches-du-Rhône, B 1665.

Texte
Fol. 168
Item plus, yeu susdit pause avoir receu de maistre Jehan Alezart sartre de Gardane et pour de vieulx gipasses[1] que lui ay vendus present maistre Pierre Le Roux aultrement Coussi et par marchie fait entre lui et moy c’est assavoir trois gros ———-fl. gr. III d.

Item plus, yeu susdit pause avoir receu de Pierre Moute de Gardane et pour ung cent de tieules vieilhes que lui ay vendus c’est assavoir six gros. Pour ce —— fl. gr. VI d.

Thèmes évoqués :
– Tuiles
– Plâtras
– Prix des matériaux récupérés
– Commerce des matériaux récupérés
– Bâtiment agricole

[1] Plâtras.

Extraits des comptes du châtelain de Gardanne Jean de Ponthion (1474)

Gardanne, le 12 avril 1474

Compte du châtelain de Gardanne Jean de Ponthion. Extrait des recettes dans lequel il explique avoir vendu 5 charges (saumées) de plâtras pour 5 gros. (Philippe Bernardi)

Archives départementales des Bouches-du-Rhône, B 1663, fol. 85v.

Texte
Item plus a XII d’avril [1474] jou susdit pause avoir receu dudit Jehan de la Barre et pour de gipasses[1] vieulx que lui ay vendut que n’y a environ cinq sommades[2] desquelx n’en scavois que faire ne en quoy les esplectier. C’est assavoir cinq gros et pour ce  fl. – gr. V d.

Thèmes évoqués :
– Plâtras
– Origine des matériaux récupérés
– Commerce des matériaux récupérés
– Prix des matériaux récupérés
– Justification de la commercialisation
– Bâtiment agricole

[1] Plâtras.
[2] Unité de mesure de capacité valant cinq émines, soit 163,18 litres.

Extrait des recettes du péage établi par les syndics de la ville de Pernes-les-Fontaines (1376)

Pernes-les-Fontaines, le 3 août 1376

Extrait des recettes du péage établi par les syndics de la ville de Pernes-les-Fontaines sur les matériaux. On y constate, entre autre, le transport de tuiles brisées effectué par une femme. (Philippe Bernardi)

Archives municipales de Pernes-les-Fontaines, CC 20.

Texte
Die tertia augusti receperunt dicti sindici a Gaufrida Odolesse de tegulis fractis XVII solidos

Traduction
Le troisième jour d’août, Les dits syndics [de la ville] ont reçu, de Gaufride Odolesse, au sujet de tuiles brisées, 17 sous.

Thèmes abordés
– Tuiles
– Taxes sur les matériaux récupérés
– Commerce des matériaux récupérés

Extraits des comptes de la Chambre apostolique (Avignon, 1363)

Avignon, les 31 juillet et 30 septembre 1363

Extraits des comptes de la Chambre apostolique dans lequel sont enregistrés : la somme due au forgeron Pierre de Pinu pour la fourniture de diverses pièces métalliques avec déduction de la valeur du métal récupéré par ce dernier lors de la démolition d’un mur dans le jardin du palais pontifical ; le salaire de 8 hommes qui ont descendu les vieilles pièces de charpente de la terrasse de la chapelle pontificale, lesquelles pièces ont été réutilisées pour la couverture d’un passage, pour une chaire et une banquette du pape et pour retenir la terre des fondations du jardin et pour la maison où ont été mis les raisins du pape. (Philippe Bernardi)

Archives Secrètes Vaticanes, Introitus et Exitus 307, fol. 84v et 86v.

Texte
Fol. 84v
Item, computat se tradidisse Petro de Pinu XI quintales et LXV libras ferri quod recepit de pariete qui fuit dirutus in viridario domini nostri pape, pretio cuiuslibet quintalis LXII solidorum. Et sic valebant in summa : XXXVI libras II solidos III denarios.
Et recepit ab eo X quintales, IIIIxx III libras ferramentorum de quibus sibi fuerunt, pro quolibet quintale VI libras, XIII solidos, III denarios, et ita ascendebant in summa : LXXII libr. IIII s.
Et sic restabant ad solvendum quas sibi solvit XXXV libras I solidum IX denarios. Que ferramenta recepit in XVIII magnis aspis pro magnis fustis, IIII circulis, IIII gautis magnis pro ingenio et I magna cavilla pro prima porta palatii que est juxta Peyrolariam.

Fol 86v
Item, pro VIII hominibus qui descenderunt fustas veteres de terrassia capelle nove et eis congregaverunt ad rationem VI solidorum pro dieta XLVIII solidos.
De quibus fustis fuerunt facta et reparata, videlicet quedam copertura et solerium in androna que est retro gradarium capelle veteris, quedam cathedra et quoddam scabellum pro domino nostro papa, et puncharrata terre fundamenti viridarii et quedam domus in qua fuerunt positi racemi domini nostri pape.

Traduction
De même, il compte avoir été livrés, par lui, à Pierre de Pinu, 11 quintaux et 65 livres de fer qu’il a reçus du mur qui fut détruit dans le jardin de notre seigneur le pape, au prix de 62 sous chaque quintal. Et ils valaient ainsi au total : 36 livres, 2 sous et 3 deniers.
Et il a reçu de lui 10 quintaux et 83 livres de ferrures, desquels lui sont revenus, à raison de 6 livres 13 sous et 3 deniers chaque quintal, et s’élevaient ainsi au total de 72 livres, 4 sous.
Et ainsi restaient à verser, qu’il lui a versés : 35 livres, 1 sous et 9 deniers. Lesquelles ferrures il a reçues sous la forme de 18 grands agrafes pour les grosses poutres, 4 cerces, 4 grandes joues pour l’engin [de levage] et 1 grande cheville pour la première porte du palais qui est près de la Peyrolerie.

De même, pour 8 hommes qui ont descendus les vieilles pièces de charpente de la terrasse de la chapelle neuve et les ont rassemblées, à raison de 6 sous par jour : 48 sous.
Desquelles pièces de bois ont été faits et réparés, à savoir, un toit et un plancher dans la ruelle qui se trouve derrière l’escalier de la vieille chapelle, une chaire et un escabeau pour notre seigneur le pape, et [desquelles ont été] étayées la terre de la fondation du jardin et une maison dans laquelle ont été entreposés les raisins de notre seigneur le pape.

Thèmes abordés :
– Fer
– Bois
– Prix du métal d’occasion
– Provenance des matériaux de récupération
– Commerce de deuxième main
– Récupération comme mode de paiement
– Conversion des matériaux
– Différence de valeur entre neuf et vieux
– Palais