Les décombres comme mode de paiement de travaux à Codognan (III) (1686)

Codognan (Gard), 1686

Suite à la révocation de l’édit de Nantes (16 octobre 1685) et dans la perspective de soutenir le culte catholique dans une région protestante telle que le diocèse de Nîmes, le roi de France lance en 1686 une grande campagne de reconstruction ou d’agrandissement des églises de ce diocèse. Pour ce faire, de nombreux prix-faits de construction sont donnés aux enchères dans le courant de l’année 1686, d’après des plans et devis établis par l’architecte carcassonnais Guillaume Cailhau. Dans ces contrats, la question de la récupération des matériaux intervient soit du fait de la démolition partielle du bâtiment préexistant soit à travers référence aux décombres du temple protestant local. Les travaux de l’église paroissiale de Codognan[1] furent, comme ceux de l’église de Vergèze, confiés à Jean Cassefiere, fils de Guillaume, maçon habitant de Vergèze, le 1er avril 1686. Dans le prix-fait passé ce jour, le maçon, chargé de réaliser les travaux en fournissant « toutz les materiaux a ce necessaires comme pierre de taille, moilon, chaux et sable, bois, fer, vitres et toutte sorte de charrois et manœuvres » peut disposer des « démolitions » de l’église, c’est-à-dire des matériaux des parties qu’il sera amené à détruire. Mais alors que ces « démolitions » sont simplement mentionnées, sans que leur valeur soit estimée, et que leur cession apparaît relever d’une pratique courante, les matériaux issus de l’ancien temple protestant subissent un traitement particulier. La rapide mention qui en est faite montre tout d’abord que bois et tuiles ont été rapidement vendus – sans doute par les consuls de la communauté comme le précise le prix-fait de Vergèze. Ne demeurent sur place qu’une partie des décombres (la pierre ?) qui est alors cédée à l’entrepreneur Cassefiere. Notons que l’ensemble avait fait l’objet d’une évaluation par l’architecte Cailhau, sans doute au moment où celui-ci s’était rendu à Codognan pour préparer son devis de rénovation de l’église paroissiale. Dès le projet, les autorités ont prévu de tirer parti de la destruction du temple protestant dont la dépouille permet de « compenser » une partie de la dépense. Dans le cas présent, le versement d’un sixième du prix total, fait au moment de la signature du contrat, doit se monter à 250 livres payées pour partie (170 livres) en argent comptant et pour partie avec ladite dépouille (80 livres), soit en matériaux, soit sans doute en argent pour ce qui a été déjà vendu. La dépouille du temple protestant représente avec ces 80 livres, un peu plus de 5% des 1500 livres pour lesquelles les travaux ont été adjugés à Cassefiere.

Archives départementales du Gard, 2 E 36-545, fol. 464

Davantage induira et blanchira touttes les murailles du dedans de lad. eglise et crespira aussy icelles par le dehors faira aussy un petit clocher pour placer une cloche sur une des murailles de lad. eglise de pierre de taille avec une croix au dessus a l’endroit qui luy sera marqué finalement l’entrepreneur et les demolitions luy apartiendront tout lequel ouvrage led. Cassefiere entrepreneur a promis faire conformement aux articles cy dessus pour et moyenant le prix et somme de quinze cent livres et d’avoir entierement achevé icelluy dans dix mois prochains a peine de toutz despens dommages et intheréz payable la somme sçavoir presentement la sixieme partie qui est deux cent cinquante livres Sçavoir en compensation pour les materiaux provenus de la demolition du temple dud. lieu <tant ceux quy ont resté sur ces lieux que ceux quy ont esté vendus ou dispersés comme bois et tuilles> que led. entrepreneur a promis et promet de prendre pour employer aud. bastiment la somme de quatre vingt livres a laquelle lesd. materiaux ont esté estimés par led.sieur Calhaud et en argent comptant cent septante livres.

Thèmes abordés :
– Récupération
– Bois
– Tuile
– Eglise
– Matériaux de récupération comme moyens de paiement
– Valeur des matériaux récupérés
– Tri
– Revente sélective

[1] Codognan (Gard, ar. Nîmes, can. Vauvert)

Les décombres comme mode de paiement de travaux à Langlade (II) (1686)

Vergèze (Gard), 1686

Suite à la révocation de l’édit de Nantes (16 octobre 1685) et dans la perspective de soutenir le culte catholique dans une région protestante telle que le diocèse de Nîmes, le roi de France lance en 1686 une grande campagne de reconstruction ou d’agrandissement des églises de ce diocèse. Pour ce faire, de nombreux prix-faits de construction sont donnés aux enchères dans le courant de l’année 1686, d’après des plans et devis établis par l’architecte carcassonnais Guillaume Cailhau. Dans ces contrats, la question de la récupération des matériaux intervient soit du fait de la démolition partielle du bâtiment préexistant soit à travers référence aux décombres du temple protestant local. Les travaux de l’église paroissiale de Langlade[1] ont été confiés le 2 avril 1686 à un certain Pierre Besses, maître maçon de la ville de Nîmes pour 900 livres. Le prix-fait passé à cette date est proche dans sa forme de celui de l’église de Codognan (voir ce texte). Il envisage deux types de récupérations : le premier est constitué des pierres des parties à abattre pour la réédification, cédées à l’entrepreneur mais sans évaluation ; la seconde consiste dans les matériaux provenant de la démolition du temple protestant du lieu. Ces derniers ont été estimés en amont par l’architecte chargé du projet à cinquante-cinq livres, soit environ 6% du prix de la réédification. Le maçon est alors autorisé à « s’en servir ainsi que bon luy semblera », ce qui ne signifie pas qu’il les réutilisera forcément sur place.

Archives départementales du Gard, 2 E 36-545, fol. fol 480

Finallemant faira deux marches de pierre au travers de l’eglize pour monter au choeur et une balustrade de bois au dessus pavera avec pierre de taille le plan du choeur et sacristie, faira la cloison à icelle de buget bastard et sa porte fermure et serrure et fournira pour tout ce dessus toute sorte de matteriaux, charrois, manoeuvres et autres ouvriers necessaires et la pierre des anciennes demolitions luy appartiendront tout lequel ouvrage led. Besses masson entrepreneur a promis faire suivant et conformemant au plan et devis cy dessus enoncé et d’avoir icelluy parachevé dans huict mois prochains a peyne de tous depens domages et pour et moyenant le prix et somme de neuf cent livres de laquelle desduite celle de cinquante cinq livres de laquelle ont esté estimés les materiaux provenus de la demolition du temple dud. lieu par led. sieur Cailhaud architecte. Lesquels led. Besses entrepreneur sera tenu de prendre ainsy qu’il a promis fere pour s’en servir ainsi que bon luy semblera reste du susd. prix la somme de huit cent quarante cinq livres de laquelle a esté arresté qu’il luy seroit payé la sixiesme partye par messire François de Georges d’Aramon baron de Ledenon syndic du dioceze dud. Nismes lequel a paye aud Besses entrepreneur <et a confesse avoir receu tout presentement dud. sieur syndic et des mains dud. sieur Magne sçindic dud. clergé des deniers par luy receus dud. sçindic> la somme de cent quarante livres seize sols huict deniers pour la sixiesme partye dud. entier prix par luy retirée et embourcée.

 

Thèmes évoqués :
– Récupération des matériaux
– Pierre
– Eglise
– Les matériaux de récupération comme moyen de paiement

[1] Langlade (Gard, ar. Nîmes, can. Saint-Gilles)

Démolition et reconstruction d’une partie de l’ancienne maison du roi René à Marseille avec récupération des matériaux (1520).

Marseille, 1520

Au début du XVIe siècle, ce que l’on désigne à Marseille comme la Maison du Roi, est constitué de deux corps de bâtiment situés de part et d’autre de la rue des Changeurs (actuelle rue de la Loge). La partie méridionale de cette Maison du Roi, donnant sur le port fut donnée par la ville au roi René en 1474. Après la mort de ce dernier et l’union de la Provence au royaume de France (1482), le tout passa dans le domaine des rois de France qui le conservèrent jusqu’au début du XVIIIe siècle. L’emplacement de ce monument, immédiatement à l’ouest de l’actuelle mairie, est bien connu mais aucune trace ne semble plus aujourd’hui en subsister après les multiples transformations subies depuis sa vente à des particuliers et son morcellement.

Le contrat de construction présenté révèle que ces transformations commencèrent dès le début du XVIe siècle avec la démolition et la reconstruction de la partie septentrionale de l’ensemble, qui était probablement la plus ancienne. Un premier contrat, daté du 7 octobre 1520, envisage de « fondre (démolir) tout le corps de maison de la rue des changes à la galerie » puis de construire trois magasins voûtés et de rebâtir le mur de façade. Les articles donnés ci-dessous envisagent la récupération de divers matériaux de l’ancienne bâtisse (bois, tuiles, ferrures, pierres et plâtras) et leur stockage. Les maçons chargés de la démolition et de la reconstruction se voient demander de veiller à ce que rien en se gâte de la dépouille de l’ancien bâtiment. A plusieurs reprises le commissaire passant commande au nom du grand sénéchal de Provence insiste sur le « profit » que le roi peut ou doit tirer de ces décombres. L’article 6 atteste clairement du réemploi sur place d’une partie des pierres mais également de la conservation sur place de celles qui ne seront pas utilisées. L’article 7 est, lui, plus complexe dans la mesure où la permission donnée au maçons de se servir des vieux bois pour confectionner des cintres est limitée aux pièces « les moins utiles ». Le fait de préciser que les maçons – chargés par ailleurs de bâtir « à leurs propres coûts et dépens ; en fournissant tout ce qui sera nécessaire à faire ceci » (Item, faran losd. maistres las causas subredichas a lurs propris cours et despens en fournissent a aquo fayre tout so que sera neccessari.) – pourront utiliser les bois « sans aucun coût » montre, a contrario, que ces pièces ont bien une valeur marchande et que le propriétaire aurait pu la facturer aux artisans ou la défalquer du coût final. Même in situ, le réemploi peut ainsi faire l’objet de transactions. L’autorisation donnée aux maçons d’utiliser les vieilles pierres laisse alors entendre que le réemploi sur place peut faire l’objet d’une négociation commerciale et n’est donc pas une évidence. Le concierge a, en plus de la garde de la maison, celle d’une partie au moins des matériaux qui y sont entreposés, qu’il reçoit (art. 2) et qu’il délivre le cas échéant (art. 7). Le stockage évoqué permet une gestion raisonnée des restes comme le montre le fait qu’un autre prix-fait, passé quelques mois plus tard, avec les mêmes maçons pour la construction d’un autre mur de façade de la Maison du Roi, évoque la possibilité pour les artisans de « prandre de la pierre que trouveront en ladite maison »[1].

Pour précis qu’il soit, ce texte conserve, comme beaucoup d’autres, quelques ambiguïtés en ce qui concerne la provenance des matériaux utilisés. Les articles 4 et 5 en offrent l’illustration à travers les mentions faites de grilles de métal (cledas) et de pièces de bois fournies par le commanditaire, qui pourraient provenir de la dépouille de l’ancien bâtiment sans que l’on puisse en avoir la certitude. (Philippe Bernardi)

Texte :

S’ensuyvent les paches et conventions faictes pour l’ediffice de la mayson du roy a Marseille et au pris faict prins par maistres Arnaud Allene, Jaques du Pont et Pierre de Culeme alias Lo Picard, maistres massons de Marseille, a eulx donne par monseigneur le maistre Jehan Arbaud, docteur en chacun droict, conseille dud. sieur comissaire a ce depute par messeigneurs le lieutenant de Provence et gens de la Chambre des comptes audit pays, suyvant ce que lur a este mande par monseigneur le grant Seneschal dud. pays.

L’an mil cinq cens et vingt et le VIIe jour d’octobre

[…]

[1] Item, seran tengus gardar la fustalha de lad. maison et los teulles et los mectre la ont lur ordenara et los entreposar en sorto que rein non si gaste.

[2] Item la ferramenta que si trouvera en fondent, comme sont cledas, goffons et autra ferramenta, seran tengus de consignar et baillar au consierge de lad. maison en sorta que vengua al profict deld. seigneur.

[3] Item, seran tengus aussi de gardar et entrepausar las peyras et gippasses de lad. maison la ont lur semblera en sorta que non si degalhon mays si puescan profetar au profict dud. seigneur.

[…]

[4] Item, seran tengus de far en lad. muralha tres portas embe tres fenestras bastardas sus lasd. portas per donar claritat ; las portas a rond et las fenestras cledadas moyenant que lo rey lur bayllera las cledas de la larjour que lur sera devysada.

[5] Item, metran losd. mestres en losd. magasins, au dessus del pe drech, quant vendran a vaultar, de piecas de boys que lur seran bailladas, ainsi que lur sera ordenat.

[…]

[6] Item, sera loysible ausd. maistres, per far lasd. causas, de prendre et si aiudar de las peyras tant de talha que de postoire que provendran de lad. maison et lo demorant gardar comme dessus es declarat au profict dud. seigneur.

[7] Item, aussi lur sera loysible de prandre de la fustalha mens utilla de lad. maison per far sindres ou autras causas neccessarias aud. edifice senssa cousta denguna et aquo per las mans deld. consierge de la maison del rey que sera advisant sus lod. obrage et edifice.

[…]

Proposition de traduction :

S’ensuivent les accords et conventions faits pour l’édification de la maison du roi à Marseille, prise à forfait par maîtres Arnaud Allene, Jacques du Pont et Pierre de Culeme, alias Lo Picard, maîtres maçons de Marseille. [Contrat] à eux donné par monseigneur le maître Jean Arbaud, docteur en chacun droit, conseiller dudit sieur commissaire à cela député par messeigneurs le lieutenant de Provence et les gens de la Chambre des comptes audit pays, suivant ce qui leur a été demandé par monseigneur le grand Sénéchal dudit pays.

Le 7 octobre 1520

[…]

[1] De même, ils seront tenus de conserver le bois de charpente de ladite maison, et les tuiles, et de les mettre là où il leur sera ordonné, les entreposant de façon à ce que rien ne se gâte.

[2] De même, pour les ferrures qui se trouveront en démolissant, telles que grilles, gonds et autres ferrures, ils seront tenus de les réserver et donner au concierge de ladite maison, de façon à ce que cela profite audit seigneur.

[3] De même, ils seront tenus également de conserver et entreposer les pierres et les plâtras de ladite maison là où ils jugeront qu’ils ne se gaspilleront pas mais puissent, au contraire, profiter audit seigneur.

[…]

[4] De même, ils seront tenus de faire dans ladite muraille trois portes avec trois jours (fenêtres bâtardes) au-dessus desdites portes pour donner de la lumière, de la largeur qui leur sera dite ; les portes à couvrement en plein-cintre et les fenêtres fermées d’une grille que le roi leur donnera.

[5] De même, dans lesdits magasins, lesdits maîtres mettront, comme il leur sera précisé, des pièces de bois qui leur seront données, au-dessus des piédroits, quand ils commenceront à voûter.

[…]

[6] De même, il sera loisible auxdits maîtres, pour faire les choses susdites, de prendre et s’aider des pierres tant de taille que de blocage qui proviendront de ladite maison, le demeurant [étant à] garder comme ci-dessus déclaré, au profit dudit seigneur.

[7] De même, il leur sera loisible de prendre le bois le moins utile de la maison, pour faire des cintres ou autres choses nécessaires audit édifice, sans aucuns frais. Et ceci [reçu] des mains dudit concierge de la maison du roi qui avisera en fonction dudit ouvrage et édifice.

[…]

Thèmes abordés :
– Récupération
– Remploi sélectif
– Bois
– Tuile
– Pierre
– Métal
– Plâtras
– Acteurs
– Stockage
– Profit-Revente
– Changement de destination

[1] Archives départementales des Bouches-du-Rhône, B 1450, fol 194v, le 21 janvier 1521 (n. st.).

Procès-verbal de visite des matériaux qui demeurent après la démolition de l’église paroissiale, de son clocher et de la maison curiale de Briançon (1693).

Briançon, le 3 février 1693.

Devant la menace de l’armée savoyarde de Victor-Amédée II qui pénétra dans le royaume de France le 21 juillet 1692 puis marcha sur Guillestre, Embrun et Gap la place de Briançon chercha à prévenir un siège. Cela conduisit à démolir l’église paroissiale, son clocher et la maison curiale qui, bâtis à quelque distance de la ville, auraient pu être aisément investis par l’ennemi et lui servir de camp de base. L’entreprise menée dans l’urgence au cours de l’été (les troupes savoyardes refluèrent en septembre 1692) semble avoir échappé en partie au contrôle de la municipalité. Celle-ci a bien organisé la vente aux enchères, les 17, 26, 27 et 29 août 1692, des « débris de la cure et paroisse de ceste ville », ainsi qu’en atteste la demande de paiement d’honoraires adressée aux autorités par l’huissier qui a alors officié[1]. Plusieurs devis témoignent également du fait que le mobilier, le linge et les cloches ont été mis à l’abri, pour une bonne part dans le couvent des cordeliers situés intra-muros[2]. En février 1693, quand les conditions climatiques permettent enfin aux consuls de se rendre sur place pour « voir et reconnaître ce qui y reste des débris et matériaux pour l’intérêt de lad. ville », ils ne peuvent que constater que l’essentiel des matériaux ont été récupérés et « qu’il ne reste sur le sol que quelques pierres de taille du vestibule et des portes de lad. église ». Voulant éviter d’être critiqués pour leur gestion de ces restes, les consuls, dans l’intérêt de la ville, font mesurer les pierres demeurant sur place avant de procéder à de nouvelles enchères.

Le texte présenté met en évidence l’intérêt économique que peut représenter la revente de la dépouille d’un bâtiment comme une partie du processus de mise sur le marché de ces matériaux de récupération. (Philippe Bernardi)

Archives communales de Briançon, DD 104.

Texte :

Nous, consuls de la ville et communauté de Briançon, sçavoir faisons à tous qu’il appartiendra que ce jourd’huy compté troisième février de l’année mil six cens quatre vingts treize, nous nous sommes porté sur le sol ou estoit basti l’églize parroissielle de cette ville, le clocher et la maison curiale et qui ont esté démoslis l’année précédante, pour voir et reconnoistre ce qui y reste des débris et matériaux pour l’intérest de lad. ville – ce que nous n’avons peu faire plustost à cause que le terren estoit couvert de nege. Et estant sur les lieux, nous avons veu, reconnu et eu pour notoire que tous les débris et matériaux desd. église, clocher et maison curiale ont esté entièrement emportés, pour ce qui est des bois, ferremens, et la plus grande partie des pierres, tant celles qui sont taillées que autres, et particulièrement toutes celles dud. clocher, tant des quatre coins que des fenestres et du haut dud. clocher, ensemble toutes les pierres de touves[3] et autres qui formoient les voutes, tant de l’église que du haut du [verso] clocher, et qu’il ne reste sur le sol que quelques pierres de taille du vestibule et des portes de lad. église dont il y en a mesme une partie de dispercées dans les fonds inférieurs avec les deux figures de lyon en marbre qui sont cassées, et une partie des colonnes qu’ils soutenoient ensemble. Nous y avons trouvé la quantité de [blanc] thoises de pierres communes qui sont restées dud. débris, que des particuliers ont ramacé, et mis en estat d’estre thoisées, que nous avons fait mesurer par l’arpenteur de cette communauté, et affin qu’il ne nous soit rien imputé de présent ny à l’advenir de ce qui manque desd. débris et matériaux et de la dissipation qui en pourroit avoir esté fait l’année précédante, nous en avons fait et dressé le présent procès verbal pour estre montré au conseil de lad. ville et par luy pourveu sur icelluy et servir et valoir à ce que de raison et nous sommes soussignés à Briançon led. jour troisième février mil six cens quatre vingt treize.

Du Prat, consul
Boiron, consul
Fantin, consul

Thèmes abordés :
– Récupération
– Acteurs de la récupération et de la commercialisation
– Pierre
– Eglise
– Maison curiale
– Bois
– Métaux
– Revente (processus de)
– Valorisation financière des ruines
– Stockage
– Mode de commercialisation

[1] Archives communales de Briançon, DD 106.

[2] Archives communales de Briançon, DD 104.

[3] Tuf.

Consignes données pour la remise en œuvre des matériaux issus de la démolition de divers bâtiments lors de la construction de la nouvelle église et de la maison curiale de Briançon, le 21 février 1703.

Briançon, 1703

Extrait du devis de l’église paroissiale de Briançon (actuelle collégiale Notre-Dame-et-Saint-Nicolas), de la maison curiale et du pavage des rues de la ville, dressé le 21 février 1703 par Isaac Robelin[1], ingénieur du roi. L’église paroissiale de Briançon ayant été volontairement démolie pour ne pas nuire à la défense de la ville, à la fin du XVIIe siècle ; la construction d’un nouveau bâtiment est projetée à l’abri de l’enceinte aménagée par Vauban. Nous ne donnons ici qu’un extrait du devis qui fut confié à l’entrepreneur Pierre Renckens, connu pour avoir également été entrepreneur général des fortifications de Mont-Dauphin en 1693. Les deux premiers articles de ce devis concernent tout particulièrement la récupération et la remise en œuvre des matériaux issus de la démolition des bâtiments se trouvant sur l’emplacement prévue pour la nouvelle église ainsi que ceux issus du démontage de l’ancien lieu de culte. Le texte distingue ainsi (article 1er) les « meilleurs matériaux », mis à part et destinés à être réutilisé, et les « décombres et immondices » qui, eux, doivent être portés hors de la ville et servir de remblais pour le glacis des fortifications. L’entrepreneur doit nettoyer la place et garder « à son profit » les matériaux récupérés dont la valeur totale, estimée à 2000 livres, sera défalquée du prix des travaux.

C’est, en effet, l’ensemble des matériaux (bois de charpente, ardoises des couvertures, fers et plombs, moellons et pierres de taille) qui seront récupérés par l’entrepreneur, ce dernier ne pouvant cependant remettre en œuvre sur place que les matériaux de qualité. Pour chacun des matériaux envisagés des critères de choix sont alors énoncés conduisant à des remplois sélectifs en fonction de la qualité estimée et au rejet des matériaux jugés « inutiles et pernicieux ». Loin de s’en tenir à des prescriptions vagues ou générales, le document décrit avec précision les modalités de sélection des matériaux (article 2e). Les bois seront ainsi choisis en fonction de leurs dimensions mais aussi « de bois sain, sans fausse mortaise ou fausse entaille ». Les ardoises de couverture seront, elles, sélectionnées en fonction de leur taille, l’entrepreneur veillant à les retailler d’équerre en cas « d’écornures ». Les pierres de taille devront « souffrir l’épreuve du gros marteaux » et leurs parements seront « reblanchis a la boucharde ». Mais celles qui « sonneront le pot ou le pourry » seront brisées « en gros morceaux pour servir de moellons ». Quant aux gravats employés comme sable par « la plupart des particuliers, par abus et par avarice », on n’en conservera que les meilleurs, bien tamisés, pour servir de remblai sous les pavements. (Philippe Bernardi)

Archives municipales de Briançon, DD 105

Texte :

L’an mil sept cents trois et le vingtunieme jour du mois de fevrier deux heures de relevée en l’hotel de monsieur Bouchu[2] conseiller d’estat intendant de Dauphiné et des armees de sa majesté en Italie, nous Jean Guy Basset[3], premier presidant au bureau des finances de laditte province commis par le roy pour l’execution de ses ordres en l’absance de monsieur Bouchu, sçavoir faisons qu’en suitte de l’arrest du conseil du 9e mars 1700 estant necessaire de passer un bail pour la construction de l’eglise parroissialle de Briançon prebitere ou maison curiale d’un canal pour l’ecoulement des eaux et pour faire le pavé des rues de lad. ville, les plans profils et devis en auroient esté dresses par le sieur Dampierre[4] ingenieur ordinaire du roy en consequence de quoy mondit sieur Bouchu auroit ordonné le premier octobre mil sept cents deux que lesd. ouvrages seroient publiés et l’adjudication passée a sondit hotel par le sieur Marcelier[5] avocat en parlement qu’il auroit commis et subdelegué a cet effect le premier de 9bre suivant lesquels ouvrages ayant été publies tant aud. Briançon qu’en la presante ville suivant les certifficats de publication des 6, 11, 13 et 22 dudit mois d’octobre avec declaration que lad. adjudication seroit faite desd. ouvrages led. jour premier novambre pardevant led. sieur Marcelier auquel jour ledit sieur Marcelier ayant de nouveau fait proclamer lesd. ouvrages au devant dudit hotel par De Bourges crieur juré dud. Grenoble et plusieurs personnes y estant entrées elles auroient fait des offres au rabais lesquelles ne s’estant pas treuvees asses avantageuses apres plusieurs chandelles eteintes l’une apres l’autre led. sieur Marcelier auroit renvoyé laditte adjudication au dixième janvier dernier depuis lequel temps ayant été jugé a propos de faire dresser par le sieur Robelin ingenieur du Roy a Briancon des nouveaux devis plans et profils desd. ouvrages il y auroit satisfait duquel devis la teneur s’ensuit :

Devis et conditions que seront obliges de suivre ceux qui se rendront entrepreneur pour la construction de l’eglise parroissialle et maison curiale, du canal en pierre de taille pour le cours des eaux et du pavé dans les rues ordonné de faire a Briançon le tout conformement aux desseins des plans, et elevations de coupes et profils et suivant les mesures qui en seront données lesquelles ils suivront et observeront exactement sans en rien augmenter ny diminuer de tout l’ouvrage que par ordre de monsieur l’Intendant ou de l’ingenieur qui en aura la conduite

Ier

La demolition des bastiments qui seront indiques pour former la place de l’eglise et maison curiale sera faicte de fond en comble et les meilleurs materiaux seront mis a part pour estre employés dans la construction de l’eglise, en cas qu’ils soient treuvez de bonne qualité. Tous les decombres et immondices seront transportees dehors des portes de la ville au pied des glacis aux endroits qui seront marques par l’ingenieur de la place lesd. demolitions et netoyements de la place seront faits aux dépans des entrepreneurs, moyenant quoy ils auront a leur profit les materiaux qui en proviendront comme aussy ceux de l’ancienne eglise et il leur sera precompté sur le prix de leur rabais la somme de deux mil livres a laquelle a été extimée la valeur des debris desd. maisons

2

Materiaux de demolition

Tous les materiaux provenant de demolitions des maisons et autres bastiments pour la place de l’eglise et maison curiale comme bois de charpente, ardoises des couvertures, les fers et plombs gros et menus qui tiennent a un clou, les pierres de moilons et pierres de taille tant des maisons a demolir que celles que l’on a enserréés[6] des debris de l’ancienne parroisse generalement tous lesd. materiaux et autres seront au proffit des entrepreneurs et aux usages qu’ils voudront les employer ailleurs a leur gré mais dans la construction de l’eglise et maison curiale on n’y employera que les materiaux qui seront reconnus de bonne qualité et des conditions dites cy apres scavoir les bois de charpente comme chevrons, pennes et arbalestiers et autres pièces qui se treuveront des longueurs et grosseurs et de bois sein sans fausse mortoise ou fausse entaille, les entrepreneurs pourront les faire employer dans la construction de la charpente pour la maison curiale les ardoises entieres comme celles qui seront ecornéés en les faisant recouper a l’équairre sur leur hauteur pour en oster l’écornure moyenant que l’ardoise ait encore six pouces en largeur et non au dessous pourront être employéés a la couverture de la maison curiale en premier lieu et s’il se treuvoit des ardoises au dela que lad. couverture en peu contenir l’on fera choix des meilleures pour être employéés a la couverture en apentis au dessus des chambres des sacresties et il n’en sera employée pas une autre a la couverture du grand comble de l’eglise et clocher des tours que celles qui proviendront des carrieres dites cy apres articles 25 et 26

Les gros quartiers de pierre dure faisant forme de libage pourront etre employes dans les fondations pour premiere assise des murs sur toutes les longueurs et epaisseurs a bein de mortier et non autrement, et les pierres dit moilons, generalement tous les gros moilons de pierre dure pourront estre employes dans l’interieur de la maçonnerie et non en parement des plus gros murs en fondation, les moilons faisant parement devront etre de pierres vives nouvellement tirées des carrieres aux environs de Briançon afin que y entrant de pierres neuves en partie la maçonnerie se treuve en estat de faire une meilleure liaison.

Les pierres de taille tant celles qui se treuveront dans les bastiments que celles de l’ancienne parroise generalement toutes qui pourront souffrir l’epreuve du gros marteaux et les parements reblanchis a la boucharde pourront etre employées aux endroits convenables pour la construction de l’eglise et maison curiale moyenant que lesd. pierres de taille ayent les longueurs les lits joints et auteurs qu’il est dit cy apres aux articles ou il est fait mention de la pierre de taille ; les pierres de taille qui n’auront peu soufrir l’epreuve du marteau ou se rompant ou se fendant par des delits de même celles qui sonneront le pot ou le pourry seront achevées de rompre en gros morceaux pour servir de moilons si la pierre est dure dans le millieu des gros murs en fondation et non autrement.

Les vieux mortiers, les platras et les roquilles jusques a la grosseur du poing seront rejettees comme materiaux inutiles et pernicieux et seront transportes avec tous les decombres hors de la ville comme il a ête dit cy dessus

Il ne sera pas non plus permis aux entrepreneurs d’employer pour la construction de l’eglise et maison curiale le sable que l’on tire ordinairement des demolitions de murs comme tres dangereux en fait de bastiment cependant passé en usage pour la plus par des particuliers par abus et par avarice mais le sable qui sera reconnu d’asses bonne qualité et passé a la fine claye pourra être employé pour servir de plate forme au pave en pierre de taille ou pave ordinaire tant celuy de l’eglise que celuy que l’on doit faire dans les rues de la ville estant tres bon pour ces usages

Les entrepreneurs ne pourront entreposer les materiaux de demolition et autres qu’aux endroits indiques par l’ingenieur de la place pour ce qui regarde la fortification et par messieurs de ville pour ce qui regarde les dedans de la ville de plus il ne sera pas permis aux entrepreneurs de fonder en partie pour l’employ de leurs materiaux s’ils ne sont pas en état de continuer tout le circuit de l’église immediatement apres au mesme niveau de trois en trois pieds de hauteur il en soit fait de même pour la maison curiale

Au surplus il sera permis aux entrepreneurs de faire de breches dans le parapet des bastions 18 et dresser un pont pour le transport et passage de leurs materiaux aux conditions de reparer bien les breches immediatement apres leur ouvrages fait.

[…]

Thèmes abordés :
– Récupération
– Tri
– Modalités de sélection
– Stockage
– Traitement des matériaux récupérés
– Remplois sélectifs
– Répartition des matériaux neufs et vieux
– Valeur des matériaux récupérés
– Bois
– Pierre
– Plâtras
– Gravats
– Métaux
– Ardoises de couverture
– Sable
– Mortier

[1] Isaac Robelin (1660-1728), ingénieur du roi formé par Vauban, fils de l’ingénieur militaire Isaac Robelin (1631-1709), également collaborateur de Vauban.

[2] Étienne-Jean Bouchu (23 septembre 1655-27 octobre 1715), marquis de Sancergue et de Lessart, baron de Loisy et de Pont-de-Vesle, intendant du Dauphiné de 1686 à 1705, intendant du Dauphiné et des armées d’Italie, conseiller d’État en 1702.

[3] Jean-Guy Basset (12 février 1635-10 mai 1724),pPremier président du bureau des finances de la généralité de Grenoble de 1691 à 1724, subdélégué général dans la généralité de Dauphiné, en l’absence de l’intendant Bouchu, par commission du roi de France du 14 janvier 1702. Voir Laurent Perrillat, Notes complémentaires au Dictionnaire des magistrats du sénat et de la chambre des comptes de Savoie (1559-1848), par L. Perrillat et C. Townley, Chambéry, 2018. 2019. halshs-02061599.

[4] Aucun renseignement n’a été trouvé sur ce personnage lors de la rapide recherche qui a été menée à partir des indications données par nos sources.

[5] François Marcelier, avocat au Parlement du Dauphiné chargé par Louis XIV de la rédaction des 35 volumes de l’Inventaire des titres de la chambre des comptes du Dauphiné, entre 1688 et 1706. François Marcellier, auteur de l’Inventaire général des titres qui sont dans les archives de la Chambre des comptes de Grenoble, réalisé sur ordre du roi du 19 juin 1688. Subdélégué de l’Intendant à Gap.

[6] Sans doute pour « enterrées ». Nous savons que ces pierres ont été enterrées par un texte de 1693 (Archives communales de Briançon, DD 104) dans lequel les consuls de la ville expliquent que « désirant d’obvier à la perte et dépérissement des pierres qui sont restées dudit démolissement tant de celles qui sont taillées que des brutes dont il en a esté enlevé une partie ladicte année précédente nous avons faict enterrer toutes les pierres taillées que nous avons encores trouvé existantes sur le sol de ladicte église dans un champ inférieur appartenant à la cure dudit Briançon ».

Récupération des pierres de l’église romane lors de la construction de la nouvelle église abbatiale de la Chaise-Dieu (1349-1350)

La Chaise-Dieu, 1349-1350

L’abbatiale construite au XIe siècle se trouvant mal adaptée au succès que connut le culte de saint Robert, c’est à Clément VI, ancien moine de la Chaise-Dieu devenu pape, qu’il revint de lancer le chantier de sa reconstruction, en 1344. Les deux extraits de compte proposés prennent place quelques années après le début de ces travaux. En 1349, le chevet de la nouvelle église a déjà été élevé et c’est, depuis le 9 décembre 1347, sur la construction de la nef que se concentrent les efforts. Le mois de novembre 1349 voit la démolition du grand clocher roman situé au niveau de la croisée et au mois de mars suivant c’est l’aumônerie qui est à son tour démontée. Ils mettent en évidence l’attention portée ici par les prieurs à la récupération des pierres et particulièrement des pierres de taille qui doivent être mises à part et que les ouvriers sont tenus de ne pas briser.

Archives secrètes du Vatican, Introitus et Exitus 258, fol 114v et 116.

Textes édités dans Frédérique-Anne Costantini, L’abbatiale Saint-Robert de La Chaise-Dieu. Un chantier de la papauté d’Avignon (1344-1352), Paris, Honoré Champion, 2003, p. 376 et 378.

 

Texte :

[fol. 114v]

Item, die XV novembris [1349], fuit datum in pretio facto Johanni Valantini et Jacobo Dalmatii pro diruendo campanile, magnum usque ad foramen sive lo vuey[1] unde descenderunt magna symbala dicti campanilis, et debent descendere et custodire lapides de la talha sine fractione usque ad solum ecclesie veteris, pretio C £, pro voluntate priorum secundi et tercii, de que suma eis solvi LXXX £ X s.

[…]

[fol 116]

Item, die XIII marcii [1350 n. st.], Johanni Bait et Poncio Alquaysso pro diruendo et rumpendo muros aule helemosine et pro ponendo lapides bonos ad partem et residuum ad aliam, et debent fodere et honerare quadrigas, pretio XX £, pro voluntate prioriis tercii et V s. pro vino.

 

Proposition de traduction :

[fol 114v]

De même, le 15e jour de novembre [1349], a été donné à prix-fait à Jean Valantini et Jacques Dalmatii de démolir le grand clocher jusqu’au passage ou trou[2] d’où ils ont descendu les grandes cloches dudit clocher, et ils doivent descendre les pierres de taille et les garder sans les briser jusqu’au sol de l’ancienne église, au prix de 100 livres, suivant la volonté des deuxième et troisième prieurs, de quelle somme je leur ai versé 80 livres et 10 sous.

[fol 116]

De même, le 12e [jour] de mars [1350], à Jean Bait et Pons Alquaysio, pour démonter et rompre les murs de la salle de l’Aumônerie et pour déposer à part les bonnes pierre et le restant ailleurs, et ils doivent creuser et charger les charrettes, au prix de 20 livres, suivant la volonté du troisième prieur, plus 5 sous pour le vin.

Thèmes documentés :
– Acteurs
– Tri
– Pierre
– Eglise
– Clocher
– Précautions prises lors du démontage et du transport des matériaux récupérés.
– Récupération

[1] Je propose de lire vuey plutôt que buey, comme il a été restitué par l’éditrice ; le terme vuey signifiant « trou, vide » en occitan, ce qui convient bien comme équivalent du latin foramen.

[2] On peut y voir une « baie », comme le propose l’éditrice (p. 177, n. 16), ou bien un simple percement pratiqué dans l’ancien clocher.

Démontage et récupération des pierres d’un mur de maison pour servir à la construction du château de Winchester, 1258.

Winchester, 1258

Le château de Winchester, construit au XIe siècle, a connu diverses campagnes de travaux ultérieures, notamment sous le règne du roi Henri III (1207-1272). Les travaux mentionnés dans le compte de 1258 concernent l’édification d’une « tour au-delà de la prison » (turris ultra prisonam). Pour bâtir cet tour, un mur fut acheté, dont les pierres furent récupérées et acheminées jusqu’au château. C’est dans les dépenses de la semaine du 1 au 7 septembre 1258 que se trouve la mention de l’achat des murs de l’ancienne maison d’Ismayne Aurebur. Cet achat, fait sur ordre de Jean de Gloucester et Alexandre de Westminster, le premier étant maçon et le second charpentier, tous deux maîtres des œuvres du roi, s’explique par les paiements effectués deux semaines plus tard.

Plusieurs ouvriers sont alors rémunérés pour « faire tomber » le mur acheté, séparer les pierres du sable (ou des gravats) avant que ces pierres soient transportées au château. Nous ne sommes pas ici dans le cas d’une autoconsommation mais bien de l’achat d’un bâtiment en vue de son démontage pour en récupérer les pierres, soigneusement triées. (Philippe Bernardi)

National Archives, Londres, E101/491/14

Edité par Howard Montagu Colvin, Building Accounts of King Henry III, Oxford, Clarendon Press, 1971, p. 185-186.

Version numérisée des comptes originaux sur http://aalt.law.uh.edu/AALT7/E101/E101no491/E101no491A/index.htm

 

Texte :
[Septimana in qua fuit] festum Sancti Egidii[1]
[…]
Emptiones
In mangnis veteribus muris de domo que quondam fuit Ismayne Aurebur per [preceptum ?] magistrorum Johannis et Alexandri, IIII marce et dim. […]

Septimana sequens[2]
In stipendiis trium operariorum ad prostenendum murum emptum et dividendum petram a sabulone, II s. III d.
In stipendiis unius operarii ad idem per quatuor dies, VI d.
In stipendiis unius carete ad cariendum eandem petram ad castrum per septimanam, III s. VI d., per diem, VII d.

 

Proposition de traduction :

[La semaine de] la fête de saint Gilles [1-7 septembre 1258]
Achats
Pour les grands vieux murs de la maison qui appartenait à Ismayne Aurebur, par [ordre] de Maîtres Jean et Alexandre, 4 marcs et demi.
[…]

La semaine suivante [15-21 septembre 1258]
Pour les salaires de trois ouvriers abattant le mur acheté et séparant la pierre du sable, 2 s. 3 d.
Pour le salaire d’un ouvrier faisant la même chose pendant 4 jours, 6 d.
Pour la location d’une charrette pour transporter cette pierre au château pendant une semaine, 3 s. 6 d., à raison de 7 deniers par jour.

 

Thèmes abordés :
– Château
– Tri
– Pierre
– Achat de mur en vue de son démontage
– Acteurs
– Récupération programmée
– Transport

[1] 1-7 septembre 1258.
[2] 15-21 septembre 1258.

Nelly Pousthomis-Dalle, “Remplois de matériaux antiques dans la basilique funéraire de Saint-Just de Valcabrère (Haute-Garonne)”


Basilique Saint-Just de Valcabrère (Haute-Garonne), fragment de sarcophage paléochrétien en remploi dans le mur nord de la nef, cl. N. Pousthomis-Dalle


Basilique Saint-Just de Valcabrère (Haute-Garonne), tambour de colonne et chapiteau en remploi à l’entrée d’une absidiole et remplois de fragments de frise antique, cl. N. Pousthomis-Dalle

Au pied des Pyrénées, la basilique Saint-Just de Valcabrère est située en lisière de la cité antique de Lugdunum Convenae (Saint-Bertrand-de-Comminges), dans un quartier suburbain. Ses origines païennes et funéraires (Schenck 1996) sont assurées et encore confirmées par la mise au jour récente dans une parcelle voisine du mausolée d’Herrane daté du IIe siècle ap. J.-C. (Van Andringa 2019). Deux constructions antérieures à l’église romane ont été partiellement reconnues au sud entre 1950 et 1958, et au nord en 1988. L’église du XIe siècle comprend une nef triple prévue pour être voûtée et un chevet au plan et aux volumes extérieurs originaux. Elle est en grande partie construite avec des matériaux de remploi, peu retouchés, utilisés en fonction de leurs qualités et de leur aptitude à trouver la meilleure place dans la nouvelle construction (Pousthomis-Dalle 2002). Au chevet et sur une partie de la nef, au nord et dans la quatrième travée, on observe l’utilisation systématique de dalles débitées dans des sarcophages qui donnent un appareil très allongé et assez régulier, où sont mêlés çà et là des fragments de cuves ornées formant des assises plus hautes. Des pierres de très grande taille (0,56 x 0,67 x 0,81 m), en marbre, prélevées sur un ou des monuments antiques, ont servi pour les organes structurels, contreforts, piliers intérieurs et chaînes d’angle du chevet. Des chapiteaux et des tronçons de colonnes antiques sont également remployés à l’intérieur, notamment à l’entrée des absidioles ou comme support de bénitier. Un petit appareil en moellons cubiques ou allongés caractérise principalement les murs ouest et sud de la nef montés pour une bonne part avec des éléments remployés. L’homogénéité de construction des contreforts, des piles et des angles du chevet, la bonne intégration des organes de soutien ou de contrebutement à la maçonnerie plaident en faveur d’une édification assez continue de l’église dans son ensemble, du moins jusqu’au niveau du voûtement de la nef qui fait appel à un calcaire a priori extrait de carrières plus éloignées.
Le portail fait également l’objet de remplois.


Chevet de la basilique Saint-Just de Valcabrère (Haute-Garonne), remploi de dalles de sarcophages et de pierres de taille en marbre, cl. N. Pousthomis-Dalle


Basilique Saint-Just de Valcabrère (Haute-Garonne), flanc sud de l’église, remploi de matériaux variés notamment de dalles de sarcophages, et de pierres de taille de grand format dans les contreforts (dont l’une avec décorée d’un masque dans le contrefort de droite), cl. N. Pousthomis-Dalle

POUSTHOMIS-DALLE Nelly, « Saint-Just de Valcabrère », in Monuments en Toulousain et Comminges, Actes du Congrès Archéologique de France (1996), Paris, 2002, p. 337-348.
SCHENCK Jean-Luc, « Valcabrère, église Saint-Just », in Les premiers Monuments chrétiens de la France. 2- Sud-Ouest et Centre, Paris, Picard, p. 200-206.
VAN ANDRINGA William, « Face à la ville : le mausolée d’Herrane à Saint-Bertrand-de-Comminges/Lugdunum des Convènes (Haute-Garonne) », Gallia, 76-1, 2019, p. 55-70.

Pour citer cet article : Nelly Pousthomis-Dalle, “Remplois de matériaux antiques dans la basilique funéraire de Saint-Just de Valcabrère (Haute-Garonne)”, in GDR ReMArch, 18/01/2022, https://remarch.hypotheses.org/670.

Procès-verbal de l’enlèvement des plombs du couvent des ermites de saint Augustin de Brou (1557)

Brou, 1557

Depuis 1535, la Bresse a été envahie par les troupes françaises alors que jusque-là le comté de Bresse dépendait du duché de Savoie. La ville de Bourg-en-Bresse est assiégée par le baron de Polvilliers (ou Bolweïler) à la tête des troupes savoyardes, en octobre 1557. Afin de pouvoir résister, le plomb des toitures de l’église du couvent des ermites de saint Augustin de Brou, récemment construit, fut récupéré pour en faire des balles pour la garnison. (Hervé Chopin)

Références :
Arch. départ. Ain, H 614. Procès-verbal de l’enlèvement des plombs et autres dégâts faits à Brou, par la garnison de Bourg, lors du siège mis devant cette ville par le baron de Polvilliers, novembre 1557. Inédit.

Texte
« (…) lequel plomb, fixé à un sol la livre, ne fut jamais payé, car despuis que la ville fut assiégée, les soldats disaient n’avoir point reçu paye du roy despuis long temps, même les Gascons et Suisses, et estoit force leur délivrer ledit plomb, aultrement ils eussent tout forcé »

Mots-clés :
Couvent-toiture-plomb-prix-démontage-récupération

Extraits des Hauts faits des saints abbés (Gesta abbatum) du monastère de Fontenelle (rédigé entre 823-845)

Abbaye de Saint-Wandrille – anciennement abbaye de Fontenelle (rédigé entre 823-845)

Ce texte, qui concerne l’abbaye de Saint-Wandrille – anciennement abbaye de Fontenelle (Seine-Maritime). La chronique des abbés mentionne que la façade de la basilique (édifiée entre 732 et 743) a été construite à l’aide de « pierres taillées » provenant de l’enceinte antique de Lillebonne, édifiée par Jules César et distante d’une vingtaine de kilomètre.
(Stéphane Büttner, Christian Sapin)

Références
Chronique des abbés de Fontenelle (Saint-Wandrille), texte établi, traduit et commenté par frère Pascal Pradié, Paris, Les Belles Lettres, 1999

Texte
Sub huius denique tempore Ermharius, praepositus eius, aedificauit basilicam beatissimi archangeli Michaeli, licet modico, pulcherrimo tamen opere, allatis uidelicet petris politis de luliobona, castro quondam nobilissimo ac firmissimo, ad contruendos arcus seu frontispicium eiusdem templi. Haec namque ciuitas fertur aedificata fore a Gaio Iulio imperatore Romanorum ante aduentum Domini, dum Gallias uastando circuiret. Ipsum namque castrum Caletus antea uocabatur, quod destructum et in maiori eligantia reparratum, ex suo nomine luliobona uocare placuit.

Traduction
C’est aussi à l’époque de cet abbé, qu’Ermier, prieur de Teutsinde, construisit la basilique du bienheureux archange Michel, un ouvrage sans doute de proportions modestes, mais cependant un très bel ouvrage, avec des pierres taillées apportées du très célèbre et très puissant fortin de Lillebonne, pour édifier la façade de ce temple. On rapporte que cette cité fut édifiée par l’empereur des Romains Jules César avant la naissance du Seigneur, alors qu’il parcourait les Gaules en les dévastant. Or cette place, dénommée auparavant Caletus, étant détruite, il l’avait restaurée avec une grande élégance et décida de lui donner son nom et de l’appeler Iuliobona.

Mots-clés :
A. Type de bâtiment
– Église
– Abbatiale
B. Elément remployé ou récupéré
– Pierre de taille
C. Matériau et produit concerné
– Pierre
D. Notions documentées
– Démontage
– Destination
– Justification (admiration de l’Antique ?)
– Justification (opportunisme ?)
– Origine des remplois
– Récupération
– Remploi antique

Extraits des Miracula sancti Germani écrit par Heiric d’Auxerre (vers 860-875)

Auxerre (vers 860-875)
Le texte évoque la construction de la crypte carolingienne de l’abbaye Saint-Germain d’Auxerre qui débute dans les années 840. Pour répondre à la magnificence du lieu, et le matériau n’étant pas disponible dans la région, des moines entreprennent d’aller chercher une grande quantité de marbre dans des ruines du sud de la France (Arles, Marseille). Le premier extrait évoque seulement la nature du matériau sans en préciser la nature architecturale. Le second extrait évoque très clairement des colonnes. L’étude archéologique n’a pas permis de mettre en évidence l’utilisation de marbre dans les phases carolingienne de la crypte.
(Stéphane Büttner, Christian Sapin)

Références : J.-Ch. Picard 1990, « Les Miracula sancti Germani d’Heiric d’Auxerre et l’architecture des cryptes de Saint-Germain : le témoignage des textes », in Saint-Germain d’Auxerre – Intellectuels et artistes dans l’Europe carolingienne (IXe-XIe siècles), Auxerre, Abbaye Saint-Germain, p. 97-101 et 105-108.

Texte
Texte cité dans l’édition de la patrologie latine, 124, 1207-1270

Traduction
[Traduction de J.-Ch. Picard]
II, 92. Pour une construction si magnifiquement élaborée, il n’était pas d’ornement qu’ils ne mettent toute leur énergie à se procurer ; et parce qu’en notre région, on est loin de disposer d’une grande abondance de marbres, ils décidèrent d’aller en chercher dans des contrées lointaines. C’est pourquoi quelques frères affrontèrent par deux fois les difficultés d’une expédition dangereuse et, au prix d’un voyage plein de péril dans les énormes remous du Rhône, se rendirent à Arles et ensuite à Marseille, à l’autre bout de la Gaule (…). Aussi, après avoir déblayé les ruines des vieux édifices à l’entour, ils rassemblèrent, soit gratuitement, soit à prix d’argent, une très grande quantité de marbres précieux ; chargeant ce butin de choix sur des navires, ils conduisirent par deux fois un triomphe rendu mémorable par l’issue victorieuse d’entreprises audacieuses.
[…]
II, 95. C’est presqu’un miracle, à mon avis, ce qui s’est produit quand les marbres furent arrivés à destination : toutes les colonnes que l’on avait transportées s’adaptèrent par leur forme à l’ensemble des parties du monument ; elles s’accordaient sans discordance et, comme on dit, impeccablement, adaptant elles-mêmes leur propre contour au projet du modèle. Ce qui, entre autres choses, lors de leur mise en place, est apparu clairement comme une manifestation merveilleuse, j’estime qu’il faut le raconter. Une équipe de manœuvres robustes unissant leurs forces mettait en place sous un arc une de ces colonnes, d’une dimension non négligeable, déjà posée sur sa base. Ils y mettaient toutes leurs forces ; alors que déjà elle se tenait presque debout, la masse monstrueuse fut plus forte que ceux qui la poussaient et, échappant déjà à leurs mains, elle était conduite à la ruine par son propre poids. Tous s’étaient reculés par peur du danger, s’attendant, non sans un profond et douloureux regret à la chute du marbre qui allait bientôt éclater en morceaux. La présence de Dieu renversa la situation contre toute attente ; et ce que la main des hommes n’avait pas été capable de faire fut réalisé par l’intervention de la force divine, beaucoup mieux et beaucoup plus facilement ; si d’abord on la vit dans son élan se précipiter à terre, tout autant on vit ensuite sa masse regagner les hauteurs sans aide visible. Ainsi fixée en place, elle offre superbement un témoignage immobile d’un miracle perpétuel.

Mots-clés :
A. Type de bâtiment
– Église
– Abbatiale
B. Élément remployé ou récupéré
– Colonnes
C. Matériau et produit concerné
– Marbre
D. Notions documentées
– Démontage
– Destination
– Don ou cession
– Origine des remplois
– Récupération
– Remploi antique

 

Extraits des comptes du châtelain de Gardanne (1457-1458)

Gardanne, le 21 décembre 1457-28 février 1458.

Extraits des comptes du châtelain de Gardanne évoquant : la démolition de bâtiments ou parties de bâtiments ainsi que le tri des pierres de ces derniers, mises de côté pour servir à d’autres constructions projetées sur place ; le déplacement d’une porte, récupérée sur une maison pour être mise au verger du château de Gardanne. (Philippe Bernardi)

Archives départementales des Bouches-du-Rhône, B 1657.

Texte
fol. 33
Item plus lesd. jour et an [21 décembre 1457] met cy en despence et ce par quatre hommes lesquelz ont besoingne par l’espasse de deux jours a raison de deux gros et quatre pata[1]s chacun jour par homme a cause de adouber la place que par le passe estoit estable pres le portal dudit lieu de Gardane c’est assavoir de aplener les creux estans dedans ledit estable et abatre les murailles et trier les pierres et les mectre a part a cause de y faire aucuns hedifficies des offices dedans la court comme est paneterie, chanconnerie, fruicterie par ledit seigneur ordonnes a fere audit lieu que valent a ladite raison a florins ung florin et huit gros pour ce fl. I gr. VIII.

Fol. 34v

Item plus ledit an et le XXVIIIe jour dudit mois de decembre met cy en despence a cause de six hommes lesquelz ont besoingne a cause de curer et applener d’autre messonnaige tenant lesdits offices dedans ladite court dudit seigneur et abatre les murailles et trier les pierres et les mectre a part et ce a cause de finir et achever lesdits offices et ce par trois jours a raison de deux gros et quatre patas chacun jour que valent a ladite raison trois florins et neuf gros pour ce fl. III gr. IX.

Fol. 45
Item plus lesdits jour et an [15 février 1458] met cy en despence a cause de remuer une porte de pierre de taille que par le passe estoit a la maison dudit president au vergier nouveau dudit seigneur en la mectant en point marche fait avecques Reymond Cheyne a trois florins pour ce fl. III

Fol. 46
Item plus lesdits jour et an [18 février 1458] met cy en despence a cause de deux hommes lesquelz ont tire de pierre du fondement des murailles estans par le passe es vieilles murailles des sueilles[2] et aussi dautres murailles dehors ledit lieu de Gardane converties a la maison des gallines a raison de deux gros et quatre patas le jour par homme et par deux jours que vaulent a ladite raison cinq gros pour ce gr. V

Fol 49
Item plus ledit an et le XXVIIIe jour dudit mois de fevrier [1458] met cy en despence a cause de deux hommes a cause d’avoir abatu les murailles des sueilles et d’autres hors ledit lieu de Gardane et trouver les pierres dans dedans la terre et les mectre en lieu que lesdites charretes les puissent charger et ce par cinq jours a raison deux florins et six gros pour ce fl. II gr. VI

Thèmes évoqués :
– Pierre
– Tri
– Stockage
– Coût de la récupération
– Origine des matériaux de récupération
– Autoconsommation
– Processus de récupération
– Porte
– Bâtiment agricole
– Transport

[1] Un patac valait deux deniers.
[2] Sueille : fosse à fumier.

Extraits des comptes de la Chambre apostolique (Avignon, 1363)

Avignon, les 31 juillet et 30 septembre 1363

Extraits des comptes de la Chambre apostolique dans lequel sont enregistrés : la somme due au forgeron Pierre de Pinu pour la fourniture de diverses pièces métalliques avec déduction de la valeur du métal récupéré par ce dernier lors de la démolition d’un mur dans le jardin du palais pontifical ; le salaire de 8 hommes qui ont descendu les vieilles pièces de charpente de la terrasse de la chapelle pontificale, lesquelles pièces ont été réutilisées pour la couverture d’un passage, pour une chaire et une banquette du pape et pour retenir la terre des fondations du jardin et pour la maison où ont été mis les raisins du pape. (Philippe Bernardi)

Archives Secrètes Vaticanes, Introitus et Exitus 307, fol. 84v et 86v.

Texte
Fol. 84v
Item, computat se tradidisse Petro de Pinu XI quintales et LXV libras ferri quod recepit de pariete qui fuit dirutus in viridario domini nostri pape, pretio cuiuslibet quintalis LXII solidorum. Et sic valebant in summa : XXXVI libras II solidos III denarios.
Et recepit ab eo X quintales, IIIIxx III libras ferramentorum de quibus sibi fuerunt, pro quolibet quintale VI libras, XIII solidos, III denarios, et ita ascendebant in summa : LXXII libr. IIII s.
Et sic restabant ad solvendum quas sibi solvit XXXV libras I solidum IX denarios. Que ferramenta recepit in XVIII magnis aspis pro magnis fustis, IIII circulis, IIII gautis magnis pro ingenio et I magna cavilla pro prima porta palatii que est juxta Peyrolariam.

Fol 86v
Item, pro VIII hominibus qui descenderunt fustas veteres de terrassia capelle nove et eis congregaverunt ad rationem VI solidorum pro dieta XLVIII solidos.
De quibus fustis fuerunt facta et reparata, videlicet quedam copertura et solerium in androna que est retro gradarium capelle veteris, quedam cathedra et quoddam scabellum pro domino nostro papa, et puncharrata terre fundamenti viridarii et quedam domus in qua fuerunt positi racemi domini nostri pape.

Traduction
De même, il compte avoir été livrés, par lui, à Pierre de Pinu, 11 quintaux et 65 livres de fer qu’il a reçus du mur qui fut détruit dans le jardin de notre seigneur le pape, au prix de 62 sous chaque quintal. Et ils valaient ainsi au total : 36 livres, 2 sous et 3 deniers.
Et il a reçu de lui 10 quintaux et 83 livres de ferrures, desquels lui sont revenus, à raison de 6 livres 13 sous et 3 deniers chaque quintal, et s’élevaient ainsi au total de 72 livres, 4 sous.
Et ainsi restaient à verser, qu’il lui a versés : 35 livres, 1 sous et 9 deniers. Lesquelles ferrures il a reçues sous la forme de 18 grands agrafes pour les grosses poutres, 4 cerces, 4 grandes joues pour l’engin [de levage] et 1 grande cheville pour la première porte du palais qui est près de la Peyrolerie.

De même, pour 8 hommes qui ont descendus les vieilles pièces de charpente de la terrasse de la chapelle neuve et les ont rassemblées, à raison de 6 sous par jour : 48 sous.
Desquelles pièces de bois ont été faits et réparés, à savoir, un toit et un plancher dans la ruelle qui se trouve derrière l’escalier de la vieille chapelle, une chaire et un escabeau pour notre seigneur le pape, et [desquelles ont été] étayées la terre de la fondation du jardin et une maison dans laquelle ont été entreposés les raisins de notre seigneur le pape.

Thèmes abordés :
– Fer
– Bois
– Prix du métal d’occasion
– Provenance des matériaux de récupération
– Commerce de deuxième main
– Récupération comme mode de paiement
– Conversion des matériaux
– Différence de valeur entre neuf et vieux
– Palais

Contrat notarié de démontage (prix-fait) de l’ancienne église des clarisses d’Aix-en-Provence (18 avril 1368)

Aix-en-Provence, le 18 avril 1368

Contrat notarié par lequel les clarisses d’Aix, en la personne de leur abbesse, Huga de Sosmeyre, demandent aux charpentiers Pierre Seguberti et Colin Néble et au plâtrier Hugues de Alvernha, tous habitants d’Aix, de démonter (littéralement « descendre ») avec précaution plusieurs baies de leur ancienne église, hors les murs, ainsi que des éléments appelés coronelli, sans doute en vue de les réemployer dans la nouvelle église qu’elles s’apprêtaient à faire construire en ville. Les artisans sont également chargés de transporter l’ancienne pierre d’autel dans le bâtiment qui sert alors momentanément d’église aux religieuses. Le tout pour 20 florins d’or. (Philippe Bernardi)

Archives départementales des Bouches du Rhône, 308 E 11, fol. 15

Texte
Pro monasterio et pro Seguberti Colino Neble et Hugoni de Alvernha

Anno domini MoCCCLXVIIIo, die XVIII aprilis VIe indictione noverint etc. quod Petrus Seguberti et Colinus Neble, fusterii, et Hugo de Alvernha, giperius, habitatores Aquis, sponte convenerunt cum religiosa domina sorore Huga de Sosmeyre, abbatissa monasterii sancte Clare de Aquis, davallare[1] O[2] quod est in ecclesia ubi prius erat ipsum monasterium, salvo modo et sine fractione aliqua, et coronellos[3] dicte ecclesie ac fenestragia retro altare dicte ecclesie, necnon adducere salvo modo lapidem altaris ipsius ecclesie ad locum ubi nunc est ipsum monasterium, eorum sumptibus, pro precio viginti florenorum auri.

De quo precio, incontinenti, in presencia mei notarii et testium subscriptorum, habuerunt et receperunt florenos auri decem. Et postquam davallaverint ipsum O integre debent habere florenos V, et residuum completo eorum opere.

Fuit de pacto quod ubi per culpam ipsorum magistrorum aliquis lapis de fenestragiis vel de ipso O <et coronellis>[4] frangeretur, quod ipsi teneantur eam facere retalhari simili modo ut prius, eorum sumptibus, de lapidibus tamen dicti monasterii.
[…]

Traduction
Pour le monastère, pour Seguberti, pour Colin Néble et Hugues de Alvernha

L’année du Seigneur 1368, le 18e jour d’avril, 6e indiction, sachent etc. Que Pierre Seguberti et Colin Néble, charpentiers et Hugues de Alvernha, plâtrier, habitants d’Aix, spontanément ont convenu avec [sa] religieuse seigneurie, sœur Huga de Sosmeyre, abbesse du monastère de sainte-Claire d’Aix de déposer l’oculus qui est dans l’église où jadis se trouvait ce monastère de manière sûre et sans aucun bris, ainsi que les corniches ( ?) de la dite église et les fenestrages derrière l’autel de la dite église, et de conduire de manière sûre la pierre d’autel de cette église jusqu’au lieu où, à présent, se trouve ce monastère, à leurs frais et pour le prix de 20 florins d’or.
Du quel prix, sur-le-champ, ils ont eu et reçu 10 florins d’or. Et après qu’ils auront déposé cet oculus, ils doivent avoir 5 florins et le restant, une fois achevé leur travail.
Il a été convenu que si, par la faute de ces maîtres, quelque pierre des fenestrages ou de cet oculus et des corniches était brisée, que ceux-ci soient tenus de la faire retailler de la manière dont elle était auparavant, à leurs frais, avec des pierres, toutefois, dudit monastère.
[…]

Thèmes abordés :
– Pierre
– Baies
– Table d’autel
– Modalités de récupération
– Transport
– Origine des remplois
– Coût de la récupération
– Organisation de la récupération
– Eléments architecturaux récupérés
– Démontage

[1] Pour devallare.
[2] Pour Oculus.
[3] Le sens exact de ce terme nous échappe. Il doit s’agir d’un élément de couronnement.
[4] Ajouté au-dessus de la ligne.

Compte de l’ouvrage de l’entrepreneur Vial d’après les ordres des administrateurs de l’église Saint-Paul de Lyon (11 novembre 1793).

Villefranche, 11 novembre 1793

Compte de l’ouvrage que l’entrepreneur Vial a fait d’après les ordres des administrateurs de église Saint-Paul de Lyon le 21 brumaire An 2 (11 novembre 1793). Lors de la vente des biens du clergé et de la récupération des églises paroissiales, comme ce fut le cas de l’église Saint-Paul de Lyon qui devint un dépôt de salpêtre, certaines églises furent désaffectées. Dans ce compte, non seulement le sieur Vial est payé pour faire disparaître tous les éléments religieux et politiques (évangélistes, armoiries), mais surtout pour récupérer tous les éléments métalliques conservés dans l’église. Ce démontage est fait de manière méticuleuse et méthodique. Toutes les balustrades sont démontées, mais également certaines portes en métal, les cloches, etc. Ils sont ensuite d’abord stockés dans la sacristie en fonction du type de métal avant d’être transférés ensuite dans les différents dépôts de la ville. Cela a nécessité vingt jours et dix hommes avec à leur tête l’entrepreneur Vial. Les outils utilisés ainsi que les conditions du transport sont énumérés, avec leurs prix. (Hervé Chopin)

Original : Archives municipales de Lyon, 475 WP 9. Edition dans H. Chopin, La collégiale Saint-Paul de Lyon, mémoire de maîtrise d’archéologie sous la direction de J.-Fr. Reynaud, université Lumière-Lyon 2, 2000, t. II, p.94-95.

 

Texte

« A Ville affranchie le 21 brumaire l’an 2, la République française une, indivisible et démocratique.

Comptes et ouvrages que Vial a fait d’après les ordres des administrateurs de districts de la campagne, donner par réquisition du citoyen Guitel, administrateur.

Avoir mis bas la grande balustrade qui faisait le pourtour du cœur, ladite balustrade plombée dans le marbre, avoir enlevé tous les ornements en cuivre attenant à ladite balustrade ;
Plus, dans ledit cœur avoir déplacé les rideaux, tringles et pittons placés contre la voûte au nombre de cinq vitreaux ;
Plus, avoir démoli les quatre Evangélistes placés dans le dôme dudit cœur ;
Plus avoir enlevé des bandes de fer qui estoient sur la corniche en plâtre de la nef de l’église ;
Plus avoir mis bas la balustrade de la chapelle nommée les 3 roys, lesdites balustrades plombées dans la pierre et dans les pilliers ;
Plus avoir mis bas la balustrade de la chapelle de Saint Joseph ;
Plus la balustrade de la chapelle de Notre Dame de Grasse ;
Plus la balustrade de la chapelle Saint Paul ;
Plus la balustrade de la chapelle du ci devant évêque ;
Plus la balustrade de la chapelle des frères Tailleurs, la dite composée de grandes portes, deux dormants, une autre façade donnant sur un des bas côtés de ladite église, le tout plombé dans […] ;
Plus dans la chapelle de la Trinité, avoir mis bas une grande barrière composée de deux grandes portes, deux dormants et un chapiteau portant son couronnement ;
Plus la balustrade de la chapelle Saint Jean ;
Plus la balustrade de la chapelle de Notre Dame des Sept Dons ;
Plus la balustrade de la chapelle de Saint Jacques, dans ladite avoir mis bas un Christ qui étoit adapté au tabernacle par 2 barres en fer, serré par des écroux ;
Plus mis bas la balustrade de la chapelle Sainte Magdelaine ;
Plus mis bas la balustrade de la chapelle de Notre Dame ;
Plus mis bas la balustrade de la chapelle de l’Enfant Jésus ;
Plus mis bas la balustrade de la chapelle de Saint Michel ;
Plus avoir mis bas la balustrade des fonds baptismeaux ;
Plus mis bas deux grandes figures de pierre représentant saint Paul et saint Sacerdoce placés dans la chapelle de Notre Dame, avoir mis bas trois autres grandes figures, avoir mutilé plusieurs armoiries, et avoir enlevé la table de marbre sur laquelle étoient une inscription ;
Plus avoir mutilé et enlevé les armoiries et inscriptions qui se sont trouvés dans les autres chapelles ;
Plus avoir fait un échaffaud soutenu par des moufles pour enlever une grande table en marbre sur laquelle étoit une inscription, plus dans la partie touchant la voûte en ladite église, avoir démoly une grande armoirie qui y étoit placée ;
Avoir enlevé tous les ornements en cuivre qui étoient placés au portour du maître autel, lesdits ornements plombés dans le marbre ;
Plus avoir transporté toutes lesdites ferrures dans la sacristie près le cloître et tout le cuivre et le plomb dans la grande sacristie ;
Plus avoir descendu la cloche et avoir disposé les équipages en trois reprises pour arriver au trou de la voûte, avoir déferré ladite cloche et enlevé tous les fers qui étoient après le befroi, les avoir descendu et fermé dans la sacristie ;
Plus avoir démonté la cloche appelée Timbre et avoir démonté tous les ressorts qui la faisoient mouvoir ;
Plus avoir mutilé et enlevé toutes les armoiries et croix qui étoient placé sur le dôme et sur la façade extérieure de l’église ;
Plus avoir occupé dix ouvriers l’espace de 20 jours, ouvriers pour lesdits traveaux et pour charger et décharger les voitures à raison de 4 livres tournois par jour font                                                                                                                                   700      800 l t
Plus pour l’entrepreneur, 20 journées                                                          100      100 l t
Plus pour les équipages consistant en veyrins, moufles, échelles d’engin, échelles ordinaires, cordages, cage, cry, pressons, marteaux, cizeaux et autres outils nécessaires                                                                                                   120      160 l t
1060 l t
Pour transport de toutes les ferrures cuivres et plombs depuis Saint Paul jusqu’à l’entrepôt de l’évêché, deux journées d’une voiture à 2 cheveaux                32 l t    40 l t
Plus pour le transport de la cloche jusqu’à la caserne, ladite cloche portée sur une voiture appelée crapeau, trainée par cinq cheveaux                                     12        20 l t
964 l t 60 l t »

 

Thèmes évoqués :
– Transport des matériaux récupérés
– Fer
– Cuivre
– Plomb
– Coûts de la récupération
– Modalités de la récupération
– Démontage
– Stockage
– Tri
– Prix du matériau d’occasion
– Outillage