Extrait de la correspondance entre Georges Rohault de Fleury et l’Abbé Cyprien Perrossier (Valence, 1900).

Valence, 1900

En 1900, l’architecte et historien de l’art Georges Rohault de Fleury (1835-1905) travaille à un ouvrage destiné à réunir des planches et de brèves notices sur tous les couvents dominicains de France, la Gallia dominicana (paru en 1903). Pour rassembler la documentation archivistique et surtout iconographique nécessaire à son projet, Georges Rohault de Fleury correspond depuis son hôtel parisien avec des gens sur place (ecclésiastiques, architectes, érudits membres de sociétés savantes, etc.). Toute cette documentation préparatoire est aujourd’hui conservée à Rome, dans les archives générales de l’ordre des Frères prêcheurs (couvent de Sainte-Sabine).

Dans le dossier sur le couvent de Valence, se trouve une lettre datée du 29 octobre 1900 envoyée par l’Abbé Cyprien Perrossier, archiviste diocésain de Valence. Cette lettre accompagnait un estampage du seul fragment conservé de la pierre tombale du maître général de l’ordre des Frères prêcheurs Humbert de Romans, mort en 1277. Georges Rohault de Fleury publie une reproduction du fragment dans son ouvrage (ci-dessous).

Humbert de Romans avait été inhumé devant l’autel majeur de l’église du couvent de Valence. Le couvent médiéval fut intégralement reconstruit au XVIIe siècle, puis l’église fut détruite deux siècles plus tard. La lettre de l’Abbé Perrossier témoigne du remploi de la plate-tombe du XIIIe siècle comme vulgaire matériau de construction, peut-être dès le XVIIe siècle dans l’église, et comme élément de pavement dans une cour de maison lors de la destruction de l’église au XIXe siècle. (Haude Morvan)

Rome, Archivio Generale dell’Ordine dei Predicatori, XIV.112.

Le texte est édité dans H. Morvan, « Sous les pas des frères ». Les sépultures de papes et de cardinaux chez les Mendiants au XIIIe siècle (à paraître en 2021 aux éditions de l’Ecole française de Rome, collection Befar)

 

Texte :
« Ce précieux fragment a été découvert, il y a environ quinze ans, dans une maison de Valence (rue du Pont-du-Gât) où il servait de pavé à la cour intérieure. Il me fut signalé par un jeune professeur du Petit-Séminaire qui était de la ville, et qui connaissait la maîtresse de la maison, une veuve, dont le mari était entrepreneur de maçonnerie. Celui-ci avait sans doute trouvé cette dalle dans un lot de matériaux provenant de démolitions, comme il lui arrivait souvent d’en acheter. Sa veuve n’a pas su me dire s’il avait trouvé la dalle entière et si c’était lui-même qui l’avait mise en pièces. […] Elle est d’une pierre assez épaisse et d’un grain assez fin de couleur jaunâtre que je crois être de l’Échaillon (près de Grenoble). […] Le tombeau se trouvait dans le chœur de l’église, laquelle est complètement détruite ; elle était dans le clos de l’arsenal actuel, établi dans les bâtiments de l’ancien monastère, à la Basse-Ville. Il en reste peu de choses. […] Ajoutons que l’intérieur des lettres de l’épitaphe était peint en noir, et encore maintenant dans certaines parties, il est rempli d’une sorte de mastic qui en a rendu la reproduction moins nette. »

 

Thèmes évoqués :
– Remploi médiéval (au XIXe siècle)
– Pierre
– Origine du remploi
– Modalité de récupération