Démolition et reconstruction d’une partie de l’ancienne maison du roi René à Marseille avec récupération des matériaux (1520).

Marseille, 1520

Au début du XVIe siècle, ce que l’on désigne à Marseille comme la Maison du Roi, est constitué de deux corps de bâtiment situés de part et d’autre de la rue des Changeurs (actuelle rue de la Loge). La partie méridionale de cette Maison du Roi, donnant sur le port fut donnée par la ville au roi René en 1474. Après la mort de ce dernier et l’union de la Provence au royaume de France (1482), le tout passa dans le domaine des rois de France qui le conservèrent jusqu’au début du XVIIIe siècle. L’emplacement de ce monument, immédiatement à l’ouest de l’actuelle mairie, est bien connu mais aucune trace ne semble plus aujourd’hui en subsister après les multiples transformations subies depuis sa vente à des particuliers et son morcellement.

Le contrat de construction présenté révèle que ces transformations commencèrent dès le début du XVIe siècle avec la démolition et la reconstruction de la partie septentrionale de l’ensemble, qui était probablement la plus ancienne. Un premier contrat, daté du 7 octobre 1520, envisage de « fondre (démolir) tout le corps de maison de la rue des changes à la galerie » puis de construire trois magasins voûtés et de rebâtir le mur de façade. Les articles donnés ci-dessous envisagent la récupération de divers matériaux de l’ancienne bâtisse (bois, tuiles, ferrures, pierres et plâtras) et leur stockage. Les maçons chargés de la démolition et de la reconstruction se voient demander de veiller à ce que rien en se gâte de la dépouille de l’ancien bâtiment. A plusieurs reprises le commissaire passant commande au nom du grand sénéchal de Provence insiste sur le « profit » que le roi peut ou doit tirer de ces décombres. L’article 6 atteste clairement du réemploi sur place d’une partie des pierres mais également de la conservation sur place de celles qui ne seront pas utilisées. L’article 7 est, lui, plus complexe dans la mesure où la permission donnée au maçons de se servir des vieux bois pour confectionner des cintres est limitée aux pièces « les moins utiles ». Le fait de préciser que les maçons – chargés par ailleurs de bâtir « à leurs propres coûts et dépens ; en fournissant tout ce qui sera nécessaire à faire ceci » (Item, faran losd. maistres las causas subredichas a lurs propris cours et despens en fournissent a aquo fayre tout so que sera neccessari.) – pourront utiliser les bois « sans aucun coût » montre, a contrario, que ces pièces ont bien une valeur marchande et que le propriétaire aurait pu la facturer aux artisans ou la défalquer du coût final. Même in situ, le réemploi peut ainsi faire l’objet de transactions. L’autorisation donnée aux maçons d’utiliser les vieilles pierres laisse alors entendre que le réemploi sur place peut faire l’objet d’une négociation commerciale et n’est donc pas une évidence. Le concierge a, en plus de la garde de la maison, celle d’une partie au moins des matériaux qui y sont entreposés, qu’il reçoit (art. 2) et qu’il délivre le cas échéant (art. 7). Le stockage évoqué permet une gestion raisonnée des restes comme le montre le fait qu’un autre prix-fait, passé quelques mois plus tard, avec les mêmes maçons pour la construction d’un autre mur de façade de la Maison du Roi, évoque la possibilité pour les artisans de « prandre de la pierre que trouveront en ladite maison »[1].

Pour précis qu’il soit, ce texte conserve, comme beaucoup d’autres, quelques ambiguïtés en ce qui concerne la provenance des matériaux utilisés. Les articles 4 et 5 en offrent l’illustration à travers les mentions faites de grilles de métal (cledas) et de pièces de bois fournies par le commanditaire, qui pourraient provenir de la dépouille de l’ancien bâtiment sans que l’on puisse en avoir la certitude. (Philippe Bernardi)

Texte :

S’ensuyvent les paches et conventions faictes pour l’ediffice de la mayson du roy a Marseille et au pris faict prins par maistres Arnaud Allene, Jaques du Pont et Pierre de Culeme alias Lo Picard, maistres massons de Marseille, a eulx donne par monseigneur le maistre Jehan Arbaud, docteur en chacun droict, conseille dud. sieur comissaire a ce depute par messeigneurs le lieutenant de Provence et gens de la Chambre des comptes audit pays, suyvant ce que lur a este mande par monseigneur le grant Seneschal dud. pays.

L’an mil cinq cens et vingt et le VIIe jour d’octobre

[…]

[1] Item, seran tengus gardar la fustalha de lad. maison et los teulles et los mectre la ont lur ordenara et los entreposar en sorto que rein non si gaste.

[2] Item la ferramenta que si trouvera en fondent, comme sont cledas, goffons et autra ferramenta, seran tengus de consignar et baillar au consierge de lad. maison en sorta que vengua al profict deld. seigneur.

[3] Item, seran tengus aussi de gardar et entrepausar las peyras et gippasses de lad. maison la ont lur semblera en sorta que non si degalhon mays si puescan profetar au profict dud. seigneur.

[…]

[4] Item, seran tengus de far en lad. muralha tres portas embe tres fenestras bastardas sus lasd. portas per donar claritat ; las portas a rond et las fenestras cledadas moyenant que lo rey lur bayllera las cledas de la larjour que lur sera devysada.

[5] Item, metran losd. mestres en losd. magasins, au dessus del pe drech, quant vendran a vaultar, de piecas de boys que lur seran bailladas, ainsi que lur sera ordenat.

[…]

[6] Item, sera loysible ausd. maistres, per far lasd. causas, de prendre et si aiudar de las peyras tant de talha que de postoire que provendran de lad. maison et lo demorant gardar comme dessus es declarat au profict dud. seigneur.

[7] Item, aussi lur sera loysible de prandre de la fustalha mens utilla de lad. maison per far sindres ou autras causas neccessarias aud. edifice senssa cousta denguna et aquo per las mans deld. consierge de la maison del rey que sera advisant sus lod. obrage et edifice.

[…]

Proposition de traduction :

S’ensuivent les accords et conventions faits pour l’édification de la maison du roi à Marseille, prise à forfait par maîtres Arnaud Allene, Jacques du Pont et Pierre de Culeme, alias Lo Picard, maîtres maçons de Marseille. [Contrat] à eux donné par monseigneur le maître Jean Arbaud, docteur en chacun droit, conseiller dudit sieur commissaire à cela député par messeigneurs le lieutenant de Provence et les gens de la Chambre des comptes audit pays, suivant ce qui leur a été demandé par monseigneur le grand Sénéchal dudit pays.

Le 7 octobre 1520

[…]

[1] De même, ils seront tenus de conserver le bois de charpente de ladite maison, et les tuiles, et de les mettre là où il leur sera ordonné, les entreposant de façon à ce que rien ne se gâte.

[2] De même, pour les ferrures qui se trouveront en démolissant, telles que grilles, gonds et autres ferrures, ils seront tenus de les réserver et donner au concierge de ladite maison, de façon à ce que cela profite audit seigneur.

[3] De même, ils seront tenus également de conserver et entreposer les pierres et les plâtras de ladite maison là où ils jugeront qu’ils ne se gaspilleront pas mais puissent, au contraire, profiter audit seigneur.

[…]

[4] De même, ils seront tenus de faire dans ladite muraille trois portes avec trois jours (fenêtres bâtardes) au-dessus desdites portes pour donner de la lumière, de la largeur qui leur sera dite ; les portes à couvrement en plein-cintre et les fenêtres fermées d’une grille que le roi leur donnera.

[5] De même, dans lesdits magasins, lesdits maîtres mettront, comme il leur sera précisé, des pièces de bois qui leur seront données, au-dessus des piédroits, quand ils commenceront à voûter.

[…]

[6] De même, il sera loisible auxdits maîtres, pour faire les choses susdites, de prendre et s’aider des pierres tant de taille que de blocage qui proviendront de ladite maison, le demeurant [étant à] garder comme ci-dessus déclaré, au profit dudit seigneur.

[7] De même, il leur sera loisible de prendre le bois le moins utile de la maison, pour faire des cintres ou autres choses nécessaires audit édifice, sans aucuns frais. Et ceci [reçu] des mains dudit concierge de la maison du roi qui avisera en fonction dudit ouvrage et édifice.

[…]

Thèmes abordés :
– Récupération
– Remploi sélectif
– Bois
– Tuile
– Pierre
– Métal
– Plâtras
– Acteurs
– Stockage
– Profit-Revente
– Changement de destination

[1] Archives départementales des Bouches-du-Rhône, B 1450, fol 194v, le 21 janvier 1521 (n. st.).

Démolition et récupération d’immeubles pour la construction d’un monastère à Montpellier (1364)

Montpellier, 1364

Pour installer, non loin des écoles de droit et de grammaire, le monastère-collège Saint-Benoît qu’il entendait faire édifier à Montpellier, le pape Urbain fit acquérir à partir de janvier 1364 une cinquantaine d’immeubles. Pour laisser place aux bâtiments du collège et à son église (devenue cathédrale en 1536, sous le vocable de Saint-Pierre), il fallut démolir ces constructions préexistantes, non sans chercher à tirer parti de leurs matériaux. Les comptes relatifs aux débuts de ce chantier pontifical ont enregistré divers paiements liés à la récupération des pierres, tuiles et pièces de bois des maisons détruites. Les extraits proposés mentionnent les salaires versés aux « hommes » chargés de mettre de côté (reservare) ces matériaux, c’est-à-dire de les récupérer et de les trier au fur et à mesure que les lapicides démontaient les maisons.

Une partie de l’action de ces récupérateurs nous parvient à travers quelques mentions comme celle de l’achat de tenailles « pour extraire [vraisemblablement les clous] de pièces de bois ». Les tuiles elles-mêmes sont « préparées », c’est-à-dire sans doute dégagées de leur mortier de scellement avant d’être stockées, comme les autres matériaux dans un jardin clos et fermé à clé, ce qui témoigne de la valeur accordée à ces produits de seconde main. (Philippe Bernardi)

Archives secrètes vaticanes, Camera apostolica, Introitus et Exitus 309, fol.

Fol 36

De manobris

Sequitur, de expensis per me Hugono de Izarno in hedificio Montispessullani factis anno domini millesimo CCCL[X]IIII , a die VIII mensis junii usque ad primam diem mensis martii. Primo de stipendiis hominum diruentium et materias reservantium.

Primo, die sabbati XXII mensis junii, in absentia, magister Petrus Roque, clericus administrator domus, manu domini Guillelmi Fabri, solvit duobus hominibus qui reservaverunt lapides, latera, ligna et fustas hospitiorum dirutorum per magistros lapicidas, cuique V solidos, floreno auri de Fransia pro XXIIII solidis computato, X solidos.

Fol 60

[le 8 juin 1364]

Item, pro una turquesia sive tenallis pro extrahendis de fustibus, II solidos, Vi denarios.

Fol 21

Item, die martis XXIIII mensis septembris, solvi Richardo Fabri, pro una clave pro viridario carmelitarum ubi reponebantur fuste et lapides et alie materie hospitiorum diruendorum, II solidos.

Fol 46v

[le 26 novembre 1364]

Item, solvi Johanni Bedossii cum quisbusdam aliis portaverunt de platea ad viridarium unam quantitatem laterum, in uno floreno : XXIIII solidos.

Item, solvi Guillelmo Ageni, pro abtandis dictis lateribus, IIII solidos, IIII denarios.

Proposition de traduction :

Fol 36

Des manœuvres

Suit, parmi les dépenses faites pour le bâtiment de Montpellier, par moi Hugues de Izarno, l’année du seigneur 1364, du 8e jour du mois de juin jusqu’au premier jour du mois de mars [1365]. Premièrement, des salaires des hommes démolissant et réservant les matériaux :

Premièrement, le samedi 22e jour du mois de juin, en [mon] absence, maître Pierre Roque, clerc administrateur de la maison, par la main du sieur Guillaume Fabri, a payé à deux hommes qui ont mis de côté les pierres, la tuile, le bois et les pièces de charpente des maisons démolies par les maîtres maçons, à chacun 5 sous […], 10 sous.

Fol 60

[le 8 juin 1364]

De même, pour des tenailles pour extraire [les clous] des bois de charpente, 2 sous et 6 deniers.

Fol. 24

De même, le mardi 24e jour du mois de septembre [1364], j’ai payé à Richard Fabri, pour une clé pour le jardin des carmes où étaient déposées les pièces de charpente, les pierres et autres matériaux des maisons démolies, 2 sous.

Fol 46v

[le 26 novembre 1364]

De même, j’ai versé à Jean Bedossii avec quelques autres qui ont porté une certaine quantité de tuiles de la place au jardin, en un florin, 24 sous.

De même, j’ai versé à Guillaume Ageni, pour préparer les dites tuiles, 4 sous 4 deniers.

Thèmes abordés :
– Pierre
– Bois
– Tuile
– Clous
– Stockage
– Tri
– Outillage
– Préparation des matériaux
– Salaire des récupérateurs
– Main d’œuvre
– Coût de la récupération
– Maisons

Le marché du bois de seconde main à Paris (1433)

Paris, 1433

Les délibérations du chapitre de Notre-Dame de Paris évoque, au cours du mois d’octobre 1433, la mise en vente des matériaux d’une maison appartenant au dit chapitre. Une partie de l’information nous manque mais nous pouvons restituer les grandes phases de la vente de ces matériaux. Dans un premier temps, le 16 octobre, deux chanoines sont envoyés sur place pour « visiter » la maison, (faire) rassembler les pièces de bois et les tuiles de la maison et les (faire) mettre à part. Il n’est pas alors envisagé de faire réparer la maison mais d’en récupérer ce qui peut l’être et de ne pas laisser perdre ce qui peut avoir de la valeur en le triant et en le stockant dans un endroit sûr. On imagine que c’est lors de cette visite, sans doute effectuée avec des artisans (les charpentiers jurés de l’église ?), qu’une première évaluation des matériaux a été effectuée. Une semaine plus tard, le Chancelier et Pierre d’Orgemont font leur rapport devant le chapitre qui prend la décision de vendre le bois récupéré pour affecter la somme qui en sera tirée au service des enfants de chœur de la cathédrale. Les chanoines fixent alors un prix minimum de 13 francs mais envisagent de vendre le bois éventuellement plus cher. C’est ce qu’ils firent car deux jours plus tard les deux commissaires annoncent avoir vendu le bois en question pour 14 francs.

Les chanoines de Notre-Dame de Paris font montre dans ces délibérations d’une conscience de la valeur qu’un bâtiment, même ruineux, pouvait conserver du fait de ses matériaux. Nous y constatons une relative familiarité avec les pratiques de récupération, organisées par le chapitre. Les fluctuations de prix observées témoignent pour leur part de l’existence d’un marché sur lequel les tarifs semblent se négocier en fonction de critères qui, dans ce cas, nous échappent. (Philippe Bernardi)

Archives nationales, LL 114, p. 68-69

[16 octobre 1433, p. 68]

Cancellarius et Ordeimontis deputantur ad visitandum domum existentem coram domo archidiaconis Therassie et ad recolligendum ligna et tegulam et ea ponenda in securitate.

[Le 24 octobre 1433, p. 69]

Audita relacione dominorum cancellarii et Ordeimontis commissorum ad visitandum quandam domum ruinosam existentem coram domo archidiaconis Therassie, ordinatum est quod nemus antiquum ibidem vendatur ad utilitatem puerorum chori pro XIII francis si non possit haberi maiorem summam.

[Le 26 octobre 1433, p. 69]

Venditur nemus proveniens de quadam domo ruinosa ante domum archidiaconis Therassie per dominos nostros cancelarium et Ordeimontis ad hoc commissos et de qua supra pro XIIII francis ad utilitatem puerorum chori.

 

Proposition de traduction :

[16 octobre 1433, p. 68]

Le chancelier et [Pierre] d’Orgemont [chanoine de Notre-Dame] ont été affectés à la visite de la maison qui existe devant la maison de l’archidiacre de Thiérache et à recueillir le bois et la tuile et les déposer en sécurité.

[Le 24 octobre 1433, p. 69]

Entendu le rapport des seigneurs Chancelier et d’Orgemont, commis à la visite d’une certaine maison en ruine existant devant la maison de l’archidiacre de Thiérache, il est ordonné que le vieux bois soit vendu au même endroit, au profit des enfants de chœur, pour 13 francs si une somme plus importante ne peut [en] être obtenue.

[Le 26 octobre 1433, p. 69]

Le bois provenant d’une certaine maison ruineuse devant la maison de l’archidiacre de Thiérache est vendu par nos seigneurs le Chancelier et d’Orgemont, commis à cela et en raison de ce qui précède, pour 14 francs au profit des enfants de chœur.

Thèmes évoqués :
– Maison
– Bois
– Tuile
– Tri
– Stockage
– Marché des matériaux de seconde main

Procès-verbal de visite des matériaux qui demeurent après la démolition de l’église paroissiale, de son clocher et de la maison curiale de Briançon (1693).

Briançon, le 3 février 1693.

Devant la menace de l’armée savoyarde de Victor-Amédée II qui pénétra dans le royaume de France le 21 juillet 1692 puis marcha sur Guillestre, Embrun et Gap la place de Briançon chercha à prévenir un siège. Cela conduisit à démolir l’église paroissiale, son clocher et la maison curiale qui, bâtis à quelque distance de la ville, auraient pu être aisément investis par l’ennemi et lui servir de camp de base. L’entreprise menée dans l’urgence au cours de l’été (les troupes savoyardes refluèrent en septembre 1692) semble avoir échappé en partie au contrôle de la municipalité. Celle-ci a bien organisé la vente aux enchères, les 17, 26, 27 et 29 août 1692, des « débris de la cure et paroisse de ceste ville », ainsi qu’en atteste la demande de paiement d’honoraires adressée aux autorités par l’huissier qui a alors officié[1]. Plusieurs devis témoignent également du fait que le mobilier, le linge et les cloches ont été mis à l’abri, pour une bonne part dans le couvent des cordeliers situés intra-muros[2]. En février 1693, quand les conditions climatiques permettent enfin aux consuls de se rendre sur place pour « voir et reconnaître ce qui y reste des débris et matériaux pour l’intérêt de lad. ville », ils ne peuvent que constater que l’essentiel des matériaux ont été récupérés et « qu’il ne reste sur le sol que quelques pierres de taille du vestibule et des portes de lad. église ». Voulant éviter d’être critiqués pour leur gestion de ces restes, les consuls, dans l’intérêt de la ville, font mesurer les pierres demeurant sur place avant de procéder à de nouvelles enchères.

Le texte présenté met en évidence l’intérêt économique que peut représenter la revente de la dépouille d’un bâtiment comme une partie du processus de mise sur le marché de ces matériaux de récupération. (Philippe Bernardi)

Archives communales de Briançon, DD 104.

Texte :

Nous, consuls de la ville et communauté de Briançon, sçavoir faisons à tous qu’il appartiendra que ce jourd’huy compté troisième février de l’année mil six cens quatre vingts treize, nous nous sommes porté sur le sol ou estoit basti l’églize parroissielle de cette ville, le clocher et la maison curiale et qui ont esté démoslis l’année précédante, pour voir et reconnoistre ce qui y reste des débris et matériaux pour l’intérest de lad. ville – ce que nous n’avons peu faire plustost à cause que le terren estoit couvert de nege. Et estant sur les lieux, nous avons veu, reconnu et eu pour notoire que tous les débris et matériaux desd. église, clocher et maison curiale ont esté entièrement emportés, pour ce qui est des bois, ferremens, et la plus grande partie des pierres, tant celles qui sont taillées que autres, et particulièrement toutes celles dud. clocher, tant des quatre coins que des fenestres et du haut dud. clocher, ensemble toutes les pierres de touves[3] et autres qui formoient les voutes, tant de l’église que du haut du [verso] clocher, et qu’il ne reste sur le sol que quelques pierres de taille du vestibule et des portes de lad. église dont il y en a mesme une partie de dispercées dans les fonds inférieurs avec les deux figures de lyon en marbre qui sont cassées, et une partie des colonnes qu’ils soutenoient ensemble. Nous y avons trouvé la quantité de [blanc] thoises de pierres communes qui sont restées dud. débris, que des particuliers ont ramacé, et mis en estat d’estre thoisées, que nous avons fait mesurer par l’arpenteur de cette communauté, et affin qu’il ne nous soit rien imputé de présent ny à l’advenir de ce qui manque desd. débris et matériaux et de la dissipation qui en pourroit avoir esté fait l’année précédante, nous en avons fait et dressé le présent procès verbal pour estre montré au conseil de lad. ville et par luy pourveu sur icelluy et servir et valoir à ce que de raison et nous sommes soussignés à Briançon led. jour troisième février mil six cens quatre vingt treize.

Du Prat, consul
Boiron, consul
Fantin, consul

Thèmes abordés :
– Récupération
– Acteurs de la récupération et de la commercialisation
– Pierre
– Eglise
– Maison curiale
– Bois
– Métaux
– Revente (processus de)
– Valorisation financière des ruines
– Stockage
– Mode de commercialisation

[1] Archives communales de Briançon, DD 106.

[2] Archives communales de Briançon, DD 104.

[3] Tuf.

Consignes données pour la remise en œuvre des matériaux issus de la démolition de divers bâtiments lors de la construction de la nouvelle église et de la maison curiale de Briançon, le 21 février 1703.

Briançon, 1703

Extrait du devis de l’église paroissiale de Briançon (actuelle collégiale Notre-Dame-et-Saint-Nicolas), de la maison curiale et du pavage des rues de la ville, dressé le 21 février 1703 par Isaac Robelin[1], ingénieur du roi. L’église paroissiale de Briançon ayant été volontairement démolie pour ne pas nuire à la défense de la ville, à la fin du XVIIe siècle ; la construction d’un nouveau bâtiment est projetée à l’abri de l’enceinte aménagée par Vauban. Nous ne donnons ici qu’un extrait du devis qui fut confié à l’entrepreneur Pierre Renckens, connu pour avoir également été entrepreneur général des fortifications de Mont-Dauphin en 1693. Les deux premiers articles de ce devis concernent tout particulièrement la récupération et la remise en œuvre des matériaux issus de la démolition des bâtiments se trouvant sur l’emplacement prévue pour la nouvelle église ainsi que ceux issus du démontage de l’ancien lieu de culte. Le texte distingue ainsi (article 1er) les « meilleurs matériaux », mis à part et destinés à être réutilisé, et les « décombres et immondices » qui, eux, doivent être portés hors de la ville et servir de remblais pour le glacis des fortifications. L’entrepreneur doit nettoyer la place et garder « à son profit » les matériaux récupérés dont la valeur totale, estimée à 2000 livres, sera défalquée du prix des travaux.

C’est, en effet, l’ensemble des matériaux (bois de charpente, ardoises des couvertures, fers et plombs, moellons et pierres de taille) qui seront récupérés par l’entrepreneur, ce dernier ne pouvant cependant remettre en œuvre sur place que les matériaux de qualité. Pour chacun des matériaux envisagés des critères de choix sont alors énoncés conduisant à des remplois sélectifs en fonction de la qualité estimée et au rejet des matériaux jugés « inutiles et pernicieux ». Loin de s’en tenir à des prescriptions vagues ou générales, le document décrit avec précision les modalités de sélection des matériaux (article 2e). Les bois seront ainsi choisis en fonction de leurs dimensions mais aussi « de bois sain, sans fausse mortaise ou fausse entaille ». Les ardoises de couverture seront, elles, sélectionnées en fonction de leur taille, l’entrepreneur veillant à les retailler d’équerre en cas « d’écornures ». Les pierres de taille devront « souffrir l’épreuve du gros marteaux » et leurs parements seront « reblanchis a la boucharde ». Mais celles qui « sonneront le pot ou le pourry » seront brisées « en gros morceaux pour servir de moellons ». Quant aux gravats employés comme sable par « la plupart des particuliers, par abus et par avarice », on n’en conservera que les meilleurs, bien tamisés, pour servir de remblai sous les pavements. (Philippe Bernardi)

Archives municipales de Briançon, DD 105

Texte :

L’an mil sept cents trois et le vingtunieme jour du mois de fevrier deux heures de relevée en l’hotel de monsieur Bouchu[2] conseiller d’estat intendant de Dauphiné et des armees de sa majesté en Italie, nous Jean Guy Basset[3], premier presidant au bureau des finances de laditte province commis par le roy pour l’execution de ses ordres en l’absance de monsieur Bouchu, sçavoir faisons qu’en suitte de l’arrest du conseil du 9e mars 1700 estant necessaire de passer un bail pour la construction de l’eglise parroissialle de Briançon prebitere ou maison curiale d’un canal pour l’ecoulement des eaux et pour faire le pavé des rues de lad. ville, les plans profils et devis en auroient esté dresses par le sieur Dampierre[4] ingenieur ordinaire du roy en consequence de quoy mondit sieur Bouchu auroit ordonné le premier octobre mil sept cents deux que lesd. ouvrages seroient publiés et l’adjudication passée a sondit hotel par le sieur Marcelier[5] avocat en parlement qu’il auroit commis et subdelegué a cet effect le premier de 9bre suivant lesquels ouvrages ayant été publies tant aud. Briançon qu’en la presante ville suivant les certifficats de publication des 6, 11, 13 et 22 dudit mois d’octobre avec declaration que lad. adjudication seroit faite desd. ouvrages led. jour premier novambre pardevant led. sieur Marcelier auquel jour ledit sieur Marcelier ayant de nouveau fait proclamer lesd. ouvrages au devant dudit hotel par De Bourges crieur juré dud. Grenoble et plusieurs personnes y estant entrées elles auroient fait des offres au rabais lesquelles ne s’estant pas treuvees asses avantageuses apres plusieurs chandelles eteintes l’une apres l’autre led. sieur Marcelier auroit renvoyé laditte adjudication au dixième janvier dernier depuis lequel temps ayant été jugé a propos de faire dresser par le sieur Robelin ingenieur du Roy a Briancon des nouveaux devis plans et profils desd. ouvrages il y auroit satisfait duquel devis la teneur s’ensuit :

Devis et conditions que seront obliges de suivre ceux qui se rendront entrepreneur pour la construction de l’eglise parroissialle et maison curiale, du canal en pierre de taille pour le cours des eaux et du pavé dans les rues ordonné de faire a Briançon le tout conformement aux desseins des plans, et elevations de coupes et profils et suivant les mesures qui en seront données lesquelles ils suivront et observeront exactement sans en rien augmenter ny diminuer de tout l’ouvrage que par ordre de monsieur l’Intendant ou de l’ingenieur qui en aura la conduite

Ier

La demolition des bastiments qui seront indiques pour former la place de l’eglise et maison curiale sera faicte de fond en comble et les meilleurs materiaux seront mis a part pour estre employés dans la construction de l’eglise, en cas qu’ils soient treuvez de bonne qualité. Tous les decombres et immondices seront transportees dehors des portes de la ville au pied des glacis aux endroits qui seront marques par l’ingenieur de la place lesd. demolitions et netoyements de la place seront faits aux dépans des entrepreneurs, moyenant quoy ils auront a leur profit les materiaux qui en proviendront comme aussy ceux de l’ancienne eglise et il leur sera precompté sur le prix de leur rabais la somme de deux mil livres a laquelle a été extimée la valeur des debris desd. maisons

2

Materiaux de demolition

Tous les materiaux provenant de demolitions des maisons et autres bastiments pour la place de l’eglise et maison curiale comme bois de charpente, ardoises des couvertures, les fers et plombs gros et menus qui tiennent a un clou, les pierres de moilons et pierres de taille tant des maisons a demolir que celles que l’on a enserréés[6] des debris de l’ancienne parroisse generalement tous lesd. materiaux et autres seront au proffit des entrepreneurs et aux usages qu’ils voudront les employer ailleurs a leur gré mais dans la construction de l’eglise et maison curiale on n’y employera que les materiaux qui seront reconnus de bonne qualité et des conditions dites cy apres scavoir les bois de charpente comme chevrons, pennes et arbalestiers et autres pièces qui se treuveront des longueurs et grosseurs et de bois sein sans fausse mortoise ou fausse entaille, les entrepreneurs pourront les faire employer dans la construction de la charpente pour la maison curiale les ardoises entieres comme celles qui seront ecornéés en les faisant recouper a l’équairre sur leur hauteur pour en oster l’écornure moyenant que l’ardoise ait encore six pouces en largeur et non au dessous pourront être employéés a la couverture de la maison curiale en premier lieu et s’il se treuvoit des ardoises au dela que lad. couverture en peu contenir l’on fera choix des meilleures pour être employéés a la couverture en apentis au dessus des chambres des sacresties et il n’en sera employée pas une autre a la couverture du grand comble de l’eglise et clocher des tours que celles qui proviendront des carrieres dites cy apres articles 25 et 26

Les gros quartiers de pierre dure faisant forme de libage pourront etre employes dans les fondations pour premiere assise des murs sur toutes les longueurs et epaisseurs a bein de mortier et non autrement, et les pierres dit moilons, generalement tous les gros moilons de pierre dure pourront estre employes dans l’interieur de la maçonnerie et non en parement des plus gros murs en fondation, les moilons faisant parement devront etre de pierres vives nouvellement tirées des carrieres aux environs de Briançon afin que y entrant de pierres neuves en partie la maçonnerie se treuve en estat de faire une meilleure liaison.

Les pierres de taille tant celles qui se treuveront dans les bastiments que celles de l’ancienne parroise generalement toutes qui pourront souffrir l’epreuve du gros marteaux et les parements reblanchis a la boucharde pourront etre employées aux endroits convenables pour la construction de l’eglise et maison curiale moyenant que lesd. pierres de taille ayent les longueurs les lits joints et auteurs qu’il est dit cy apres aux articles ou il est fait mention de la pierre de taille ; les pierres de taille qui n’auront peu soufrir l’epreuve du marteau ou se rompant ou se fendant par des delits de même celles qui sonneront le pot ou le pourry seront achevées de rompre en gros morceaux pour servir de moilons si la pierre est dure dans le millieu des gros murs en fondation et non autrement.

Les vieux mortiers, les platras et les roquilles jusques a la grosseur du poing seront rejettees comme materiaux inutiles et pernicieux et seront transportes avec tous les decombres hors de la ville comme il a ête dit cy dessus

Il ne sera pas non plus permis aux entrepreneurs d’employer pour la construction de l’eglise et maison curiale le sable que l’on tire ordinairement des demolitions de murs comme tres dangereux en fait de bastiment cependant passé en usage pour la plus par des particuliers par abus et par avarice mais le sable qui sera reconnu d’asses bonne qualité et passé a la fine claye pourra être employé pour servir de plate forme au pave en pierre de taille ou pave ordinaire tant celuy de l’eglise que celuy que l’on doit faire dans les rues de la ville estant tres bon pour ces usages

Les entrepreneurs ne pourront entreposer les materiaux de demolition et autres qu’aux endroits indiques par l’ingenieur de la place pour ce qui regarde la fortification et par messieurs de ville pour ce qui regarde les dedans de la ville de plus il ne sera pas permis aux entrepreneurs de fonder en partie pour l’employ de leurs materiaux s’ils ne sont pas en état de continuer tout le circuit de l’église immediatement apres au mesme niveau de trois en trois pieds de hauteur il en soit fait de même pour la maison curiale

Au surplus il sera permis aux entrepreneurs de faire de breches dans le parapet des bastions 18 et dresser un pont pour le transport et passage de leurs materiaux aux conditions de reparer bien les breches immediatement apres leur ouvrages fait.

[…]

Thèmes abordés :
– Récupération
– Tri
– Modalités de sélection
– Stockage
– Traitement des matériaux récupérés
– Remplois sélectifs
– Répartition des matériaux neufs et vieux
– Valeur des matériaux récupérés
– Bois
– Pierre
– Plâtras
– Gravats
– Métaux
– Ardoises de couverture
– Sable
– Mortier

[1] Isaac Robelin (1660-1728), ingénieur du roi formé par Vauban, fils de l’ingénieur militaire Isaac Robelin (1631-1709), également collaborateur de Vauban.

[2] Étienne-Jean Bouchu (23 septembre 1655-27 octobre 1715), marquis de Sancergue et de Lessart, baron de Loisy et de Pont-de-Vesle, intendant du Dauphiné de 1686 à 1705, intendant du Dauphiné et des armées d’Italie, conseiller d’État en 1702.

[3] Jean-Guy Basset (12 février 1635-10 mai 1724),pPremier président du bureau des finances de la généralité de Grenoble de 1691 à 1724, subdélégué général dans la généralité de Dauphiné, en l’absence de l’intendant Bouchu, par commission du roi de France du 14 janvier 1702. Voir Laurent Perrillat, Notes complémentaires au Dictionnaire des magistrats du sénat et de la chambre des comptes de Savoie (1559-1848), par L. Perrillat et C. Townley, Chambéry, 2018. 2019. halshs-02061599.

[4] Aucun renseignement n’a été trouvé sur ce personnage lors de la rapide recherche qui a été menée à partir des indications données par nos sources.

[5] François Marcelier, avocat au Parlement du Dauphiné chargé par Louis XIV de la rédaction des 35 volumes de l’Inventaire des titres de la chambre des comptes du Dauphiné, entre 1688 et 1706. François Marcellier, auteur de l’Inventaire général des titres qui sont dans les archives de la Chambre des comptes de Grenoble, réalisé sur ordre du roi du 19 juin 1688. Subdélégué de l’Intendant à Gap.

[6] Sans doute pour « enterrées ». Nous savons que ces pierres ont été enterrées par un texte de 1693 (Archives communales de Briançon, DD 104) dans lequel les consuls de la ville expliquent que « désirant d’obvier à la perte et dépérissement des pierres qui sont restées dudit démolissement tant de celles qui sont taillées que des brutes dont il en a esté enlevé une partie ladicte année précédente nous avons faict enterrer toutes les pierres taillées que nous avons encores trouvé existantes sur le sol de ladicte église dans un champ inférieur appartenant à la cure dudit Briançon ».

Récupération des anciennes pierres de la bastille du pont sur la Loire à Tours pour les employer à la reconstruction de l’édifice (1467)

Tours, 1467

Les travaux relatés par cet extrait d’un registre des comptes municipaux de la ville de Tours prennent place au cours d’une campagne de réfection de la bastille qui formait ce que les textes nomment « la porte du pont », dans la partie sud de cet ouvrage. Distincte de la porte de la ville, cette bastille, élevée sur la partie du pont édifiée avec des piles et des arches de pierre, fit l’objet d’une réfection importante en 1467 . Les travaux engagés alors par les autorités municipales conduisirent à la démolition d’une partie de l’ancienne bastille. C’est à cette occasion que nous pouvons observer le souci des élus de récupérer les pierres issues du démontage afin qu’elles puissent être remises en œuvre dans la nouvelle bastille. (Philippe Bernardi)

Archives municipales de Tours : CC 38, fol. 74v°.
Texte cité par Didier Boisseuil, Le pont sur la Loire à la fin du Moyen-Âge, Tours, Laboratoire d’Archéologie urbaine de Tours, 1992 (Collection Recherches sur Tours, 6), p. 52.

Texte :
[…] abatre jusques a flaur de terre tout le portail et pan de mur de la bastille des pons de Loire et a mectre a part les pierres qui en estoient yssues pour refaire le pilier de ladicte bastille […]

Thèmes évoqués :
– Pierre
– Pont
– Démontage
– Stockage
– Autoconsommation (remploi in situ)

Récupération et remise en œuvre des vitraux de la cathédrale de Troyes (1391-1392)

Troyes, 1391-1392

 

Extrait des Comptes de la fabrique ou de l’œuvre de la cathédrale de Troyes pour l’année 1391-1392. Après l’effondrement d’une partie de la nef de la cathédrale survenu en 1389 et celui de la rose du bras nord du transept, en 1390, des travaux de réfection sont engagés, notamment pour remplacer les verrières. L’extrait proposé montre que les vitraux de la rose du transept nord « comme d’autre » ont été récupérés et conservés dans un lieu désigné comme « la plomberie ». Ces verres furent, en septembre 1391, confiés au verrier Guiot Brisetour (actif à Troyes entre 1375-1376 et 1408 au moins) pour servir à recomposer de nouvelles verrières au prix d’un gros tournois le pied. En septembre 1391, ce que les comptes désignent comme le « verre de l’église » permit à l’artisan de fabriquer 8 verrières, d’un total de 162 pieds. Brisetour reçut pour son travail 13 livres et 10 sous. Les indications chiffrées fournies par le texte donnent au gros tournois la valeur de 20 deniers, soit 1 sou 8 deniers. Il faut ajouter aux 13 livres 10 sous perçus directement par le verrier, les 30 sous de « soudure » acquittés directement par l’église, ce qui donne un prix de 15 livres pour les 162 pieds ou 1 sou 10 deniers environ, par pied.

Si l’on compare ce tarif à ceux pratiqués pour les autres verrières (3 sous 9 deniers à 5 sous) mentionnées comme « tout de sien » – c’est-à-dire pour lesquelles Guiot Brisetour a fourni tous les matériaux nécessaires – nous observons que la récupération des verres permet de réaliser l’importance de l’économie réalisée grâce au remploi. (Philippe Bernardi)

 

Bibliothèque nationale : Latin 9111 [Nouveau fonds latin], fol. 153v°

Publication partielle dans Stephen Murray, Building Troyes cathedral. The Late Gothic Campaigns, Bloomington & Indianapolis, Indiana University Press, 1986 [1ère éd. 1945], p. 134-135.

Document original numérisé consultable sur : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10033020f/f305.item

 

Texte :

Facon de verrieres

A Guiot Brisetour, verrier, au quel a esté marchandé de mectre en œuvre certain verre tant blanc comme de coulours qui estoit en diverses pieces en la plomberie tant de cellui du grant O cheu comme d’autre et en faire verrieres pour mectre en la ramee nueuve, parmi ce qu’il aura I gros tournois du pié et l’en li livrera soldure du quel il a livré VIII verrieres contenans VIIIxx piez en septembre CCC IIIIxx XI qui valent audit fuer XIII £ X s.

A lui pour soldure a lui baillee pour les verrieres qu’il a faictes du verre de l’eglise XXX s.[1]

Audit Guiot qui le jeudi après la Toussaint M CCC IIIIxx XI, IXe jour de novembre, a livrees XVIII verrieres mesurees en la presence mess. Pierre Darbois et d’autres contenent IIIc piez de verre tout du sien dont les XVI sont es deux grans paroiz de la dicte ramee et les deux ou pignon devant lequel est bouche de donnes au fuer de III s. IX d. pour pié valent LVI £ V s. t.

A lui pour IIII verrieres blanches a bouillons mises es formes de pierre au pris que dessus contenent LXVI piez font XII £ VI s. VI d.

Item a lui pour autres verrieres ouvrees es quelles est l’ymage Nostre Dame e Malvet Paaillon contenent XXXIII piez le pié V s. valent VIII £ V s.

Pour le vin de la marchandise et le vin aux varles a eulx donne a plusieurs foiz qu’il ont apporte les dites verrieres a l’eglise. XII s. VI d.

 

Thèmes évoqués :
– Verre
– Verrières
– Stockage
– Cathédrale
– Comparaison de prix du neuf et du vieux

[1] Les passages en italique n’ont pas été transcrits par Stephen Murray sans doute en partie du fait de leur difficulté d’interprétation.

Extraits des comptes du châtelain de Gardanne (1457-1458)

Gardanne, le 21 décembre 1457-28 février 1458.

Extraits des comptes du châtelain de Gardanne évoquant : la démolition de bâtiments ou parties de bâtiments ainsi que le tri des pierres de ces derniers, mises de côté pour servir à d’autres constructions projetées sur place ; le déplacement d’une porte, récupérée sur une maison pour être mise au verger du château de Gardanne. (Philippe Bernardi)

Archives départementales des Bouches-du-Rhône, B 1657.

Texte
fol. 33
Item plus lesd. jour et an [21 décembre 1457] met cy en despence et ce par quatre hommes lesquelz ont besoingne par l’espasse de deux jours a raison de deux gros et quatre pata[1]s chacun jour par homme a cause de adouber la place que par le passe estoit estable pres le portal dudit lieu de Gardane c’est assavoir de aplener les creux estans dedans ledit estable et abatre les murailles et trier les pierres et les mectre a part a cause de y faire aucuns hedifficies des offices dedans la court comme est paneterie, chanconnerie, fruicterie par ledit seigneur ordonnes a fere audit lieu que valent a ladite raison a florins ung florin et huit gros pour ce fl. I gr. VIII.

Fol. 34v

Item plus ledit an et le XXVIIIe jour dudit mois de decembre met cy en despence a cause de six hommes lesquelz ont besoingne a cause de curer et applener d’autre messonnaige tenant lesdits offices dedans ladite court dudit seigneur et abatre les murailles et trier les pierres et les mectre a part et ce a cause de finir et achever lesdits offices et ce par trois jours a raison de deux gros et quatre patas chacun jour que valent a ladite raison trois florins et neuf gros pour ce fl. III gr. IX.

Fol. 45
Item plus lesdits jour et an [15 février 1458] met cy en despence a cause de remuer une porte de pierre de taille que par le passe estoit a la maison dudit president au vergier nouveau dudit seigneur en la mectant en point marche fait avecques Reymond Cheyne a trois florins pour ce fl. III

Fol. 46
Item plus lesdits jour et an [18 février 1458] met cy en despence a cause de deux hommes lesquelz ont tire de pierre du fondement des murailles estans par le passe es vieilles murailles des sueilles[2] et aussi dautres murailles dehors ledit lieu de Gardane converties a la maison des gallines a raison de deux gros et quatre patas le jour par homme et par deux jours que vaulent a ladite raison cinq gros pour ce gr. V

Fol 49
Item plus ledit an et le XXVIIIe jour dudit mois de fevrier [1458] met cy en despence a cause de deux hommes a cause d’avoir abatu les murailles des sueilles et d’autres hors ledit lieu de Gardane et trouver les pierres dans dedans la terre et les mectre en lieu que lesdites charretes les puissent charger et ce par cinq jours a raison deux florins et six gros pour ce fl. II gr. VI

Thèmes évoqués :
– Pierre
– Tri
– Stockage
– Coût de la récupération
– Origine des matériaux de récupération
– Autoconsommation
– Processus de récupération
– Porte
– Bâtiment agricole
– Transport

[1] Un patac valait deux deniers.
[2] Sueille : fosse à fumier.

Contrat de démolition d’un quartier de la ville d’Avignon en vue de l’agrandissement du Palais des Papes (22 mars 1345).

Avignon, le 22 mars 1345

Contrat passé entre la cour pontificale et des terrassiers [leurs qualités et leurs noms ont été perdus avec le début de l’acte] qui s’engagent à démolir les maisons occupant l’espace sur lequel une extension du palais pontifical [ce que l’on désigne comme le Palais Neuf] doit être bâtie. Dans ce texte, il est demandé aux terrassiers-démolisseurs de trier les matériaux récupérés, de laisser sur place ceux qui seront vendus et de transporter et remiser les autres en d’autres lieux. (Philippe Bernardi)

Archives secrètes Vaticanes, Collectoriae 497, fol 1. Publication dans Robert André-Michel, « Le Palais des Papes d’Avignon. Documents inédits », Annales d’Avignon et du Comtat Venaissin, 1917, p. 3-124 (p. 97-98) sous la cote erronée Obligationes 497.

Texte
[…] que fuit olim Bertrandi de Podiocavo, de Avinione, sitam prope palacium dicti domini pape ; necnon et omnes alias domos, muros et parietes qui sunt inter ipsam domum que fuit olim dicti Bertrandi et domum habitationis [blanc] Rocamaure, capitanei servientum[1] marescalli curie romane, et de ipsa domo habitationis dicti capitanei unam cannam[2] cum dimidia ; et ab ipsa domo ejusdem capitanei recta linea omnes domos, parietes, muros qui sunt ab eadem domo usque ad carreriam Pairolarie Avinionis, comprehendendo hospicium Helioti de Bufenos, servientis armorum dicti domini pape, tantum quantum de ipso hospicio ipsius Helioti erit diruendum juxta cognicionem magistri Johannis de Luperia, servientis armorum dicti domini pape ac lapiscide.

Item, promiserunt, ut supra, cavare plateas in quibus sunt modo domus et muri predicti dirruendi, necnon et fiundamenta murorum ibidem faciendorum, usque quo inveniant rocam firmam et quantum fuerit necesse juxta cognicionem dicti magistri Johannis de Luperia ; et portare terram et bresilhum et alia inutilia extra dictas plateas alibi in tali loco ubi nulli inferatur dampnum nec possit seu debeat conqueri.
Item promiserunt ponere lapides qui exibunt de dictis bastimentis diruendis ibidem, in dictis plateis, bene et decenter.
Item, tegulas, lausas et fustam que exierent de dictis bastimentis diruendis, ponent ad partem, in dictis plateis, et eo casu quo dicti teguli et lause ac fusta predicti non possent ibidem vendi, promiserunt ipsos tegulos, lausas et fustam portare in orto sive jardino domini nostri pape de Trolhacio.
Item, promiserunt claves et alia ferramenta antiqua que exibunt de dictis bastimentis diruendis, recolligere et realiter ac bene et legaliter assignare dicto magistro Johanni de Luperia, recipienti nomine camere domini pape. Et premissa omnia et singula promiserunt facere bene et legaliter, et ad sancta Dei evangelia, per ipsos et ipsorum quorumlibet corporaliter tacto libro juraverunt ut citius poterit, talem quod, ob defectum dirucionis et cavacionis predictorum bastimentorum palacii nullam patiatur retardacionem et nullum paciatur dampnum ; et statim, cum multis operariis, debent apponere manum ; et premissa promiserunt facere precio quadringentorum florenorum auri ; et propter hoc obligaverunt, ipsi et eorum quilibet, summiserunt jurisdictioni curie camere domini nostri pape et auditoris vicecamerarii, locumtenentis et commissarii eorumdem, ac curie marescalli, omnes et quilibet eorum volentes compelli ad premissa tenendum et [ad] faciendum, per dictas curias et earum quamlibet , captionem et vendicionem bonorum suorum predictorum et qualibet aliam cohertionem ecclesiasticam vel secularem, renunciantes ipsi et eorum quilibet omni exceptioni utriusque juris canonici et civilis ; de quibus dictus dominus thesaurarius quo supra nomine petiit fieri per me Johannem Palaysini, notarium, publicum instrumentum.
Acta sunt hec Avinione, in camera thesaurarii dicti domini pape presentibus venerabilibus viris dominis Michaele Ricomanni, camere predicte clerico, et Poncio Saturnini, canonici Sancti Afrodisii Bituricensis, testibus ad premissa, anno domini M CCC XLV, indictione XIII, die XXII mensis marcii.
Et ego J. Palaysini

Traduction
(à faire)

Thèmes abordés :
Bois
Commerce
Coût des opérations
Démontage
Ferrures
Justification
Maison
Palais
Pierre
Propriété
Stockage
Transport
Tri
Tuile

[1] André-Michel donne servicii tum.
[2] André-Michel donne cameram.

Compte de l’ouvrage de l’entrepreneur Vial d’après les ordres des administrateurs de l’église Saint-Paul de Lyon (11 novembre 1793).

Villefranche, 11 novembre 1793

Compte de l’ouvrage que l’entrepreneur Vial a fait d’après les ordres des administrateurs de église Saint-Paul de Lyon le 21 brumaire An 2 (11 novembre 1793). Lors de la vente des biens du clergé et de la récupération des églises paroissiales, comme ce fut le cas de l’église Saint-Paul de Lyon qui devint un dépôt de salpêtre, certaines églises furent désaffectées. Dans ce compte, non seulement le sieur Vial est payé pour faire disparaître tous les éléments religieux et politiques (évangélistes, armoiries), mais surtout pour récupérer tous les éléments métalliques conservés dans l’église. Ce démontage est fait de manière méticuleuse et méthodique. Toutes les balustrades sont démontées, mais également certaines portes en métal, les cloches, etc. Ils sont ensuite d’abord stockés dans la sacristie en fonction du type de métal avant d’être transférés ensuite dans les différents dépôts de la ville. Cela a nécessité vingt jours et dix hommes avec à leur tête l’entrepreneur Vial. Les outils utilisés ainsi que les conditions du transport sont énumérés, avec leurs prix. (Hervé Chopin)

Original : Archives municipales de Lyon, 475 WP 9. Edition dans H. Chopin, La collégiale Saint-Paul de Lyon, mémoire de maîtrise d’archéologie sous la direction de J.-Fr. Reynaud, université Lumière-Lyon 2, 2000, t. II, p.94-95.

 

Texte

« A Ville affranchie le 21 brumaire l’an 2, la République française une, indivisible et démocratique.

Comptes et ouvrages que Vial a fait d’après les ordres des administrateurs de districts de la campagne, donner par réquisition du citoyen Guitel, administrateur.

Avoir mis bas la grande balustrade qui faisait le pourtour du cœur, ladite balustrade plombée dans le marbre, avoir enlevé tous les ornements en cuivre attenant à ladite balustrade ;
Plus, dans ledit cœur avoir déplacé les rideaux, tringles et pittons placés contre la voûte au nombre de cinq vitreaux ;
Plus, avoir démoli les quatre Evangélistes placés dans le dôme dudit cœur ;
Plus avoir enlevé des bandes de fer qui estoient sur la corniche en plâtre de la nef de l’église ;
Plus avoir mis bas la balustrade de la chapelle nommée les 3 roys, lesdites balustrades plombées dans la pierre et dans les pilliers ;
Plus avoir mis bas la balustrade de la chapelle de Saint Joseph ;
Plus la balustrade de la chapelle de Notre Dame de Grasse ;
Plus la balustrade de la chapelle Saint Paul ;
Plus la balustrade de la chapelle du ci devant évêque ;
Plus la balustrade de la chapelle des frères Tailleurs, la dite composée de grandes portes, deux dormants, une autre façade donnant sur un des bas côtés de ladite église, le tout plombé dans […] ;
Plus dans la chapelle de la Trinité, avoir mis bas une grande barrière composée de deux grandes portes, deux dormants et un chapiteau portant son couronnement ;
Plus la balustrade de la chapelle Saint Jean ;
Plus la balustrade de la chapelle de Notre Dame des Sept Dons ;
Plus la balustrade de la chapelle de Saint Jacques, dans ladite avoir mis bas un Christ qui étoit adapté au tabernacle par 2 barres en fer, serré par des écroux ;
Plus mis bas la balustrade de la chapelle Sainte Magdelaine ;
Plus mis bas la balustrade de la chapelle de Notre Dame ;
Plus mis bas la balustrade de la chapelle de l’Enfant Jésus ;
Plus mis bas la balustrade de la chapelle de Saint Michel ;
Plus avoir mis bas la balustrade des fonds baptismeaux ;
Plus mis bas deux grandes figures de pierre représentant saint Paul et saint Sacerdoce placés dans la chapelle de Notre Dame, avoir mis bas trois autres grandes figures, avoir mutilé plusieurs armoiries, et avoir enlevé la table de marbre sur laquelle étoient une inscription ;
Plus avoir mutilé et enlevé les armoiries et inscriptions qui se sont trouvés dans les autres chapelles ;
Plus avoir fait un échaffaud soutenu par des moufles pour enlever une grande table en marbre sur laquelle étoit une inscription, plus dans la partie touchant la voûte en ladite église, avoir démoly une grande armoirie qui y étoit placée ;
Avoir enlevé tous les ornements en cuivre qui étoient placés au portour du maître autel, lesdits ornements plombés dans le marbre ;
Plus avoir transporté toutes lesdites ferrures dans la sacristie près le cloître et tout le cuivre et le plomb dans la grande sacristie ;
Plus avoir descendu la cloche et avoir disposé les équipages en trois reprises pour arriver au trou de la voûte, avoir déferré ladite cloche et enlevé tous les fers qui étoient après le befroi, les avoir descendu et fermé dans la sacristie ;
Plus avoir démonté la cloche appelée Timbre et avoir démonté tous les ressorts qui la faisoient mouvoir ;
Plus avoir mutilé et enlevé toutes les armoiries et croix qui étoient placé sur le dôme et sur la façade extérieure de l’église ;
Plus avoir occupé dix ouvriers l’espace de 20 jours, ouvriers pour lesdits traveaux et pour charger et décharger les voitures à raison de 4 livres tournois par jour font                                                                                                                                   700      800 l t
Plus pour l’entrepreneur, 20 journées                                                          100      100 l t
Plus pour les équipages consistant en veyrins, moufles, échelles d’engin, échelles ordinaires, cordages, cage, cry, pressons, marteaux, cizeaux et autres outils nécessaires                                                                                                   120      160 l t
1060 l t
Pour transport de toutes les ferrures cuivres et plombs depuis Saint Paul jusqu’à l’entrepôt de l’évêché, deux journées d’une voiture à 2 cheveaux                32 l t    40 l t
Plus pour le transport de la cloche jusqu’à la caserne, ladite cloche portée sur une voiture appelée crapeau, trainée par cinq cheveaux                                     12        20 l t
964 l t 60 l t »

 

Thèmes évoqués :
– Transport des matériaux récupérés
– Fer
– Cuivre
– Plomb
– Coûts de la récupération
– Modalités de la récupération
– Démontage
– Stockage
– Tri
– Prix du matériau d’occasion
– Outillage