Extrait des Lettres écrites d’Orient du comte Jaubert (1842)

Aydın (Turquie), 1842

Dans les nombreux récits de voyages rédigés au XIXe siècle, on peut glaner des informations précieuses sur la patrimonialisation des ruines et sur les pratiques de récupération à l’œuvre à cette époque. Celles-ci sont, de façon plus ou moins implicites, vues comme un témoignage de la « barbarie » de l’Orient qui vandaliserait un patrimoine dont l’Occident a contrario serait pleinement conscient  de la valeur. Il faut bien sûr avoir à l’esprit ces grilles de lecture qui s’imposent aux voyageurs de l’époque, comme l’a montré Edward Saïd dans L’Orientalisme, et qui biaisent leur analyse. Le comte Jaubert, dans ses « Lettres écrites d’Orient » parues en 1842, évoque l’exemple d’Aidin où les marbres antiques font l’objet d’une récupération et d’une transformation avant d’être réutilisés à des fins funéraires.

Jaubert, « Lettres écrites d’Orient », Revue des Deux-Mondes, 1842, p. 325-379 (p. 343)

 

Texte :
Aidin[1] a, comme Smyrne, des rues étroites, tortueuses, mal pavées, des aqueducs en mauvais état : la misère y étale partout ses tristes livrées, mais la situation est charmante ; les maisons sont entremêlées de verdure ; un vallon, au débouché duquel la ville est bâtie, fournit de belles eaux. C’est de ce côté que se trouvent le kiosque du pacha, le champ de manœuvres de la garnison, et quelques cafés où les oisifs vont faire le kief (repos). Au-dessus, sur un plateau que nous avons parcouru hier matin, était bâtie la ville antique de Tralles[2] ; on n’y trouve pas d’autres vestiges que trois grandes arcades qui s’aperçoivent de très loin, et qui peut-être appartenaient à ce gymnase fameux où s’enseignaient jadis, selon le témoignage de Strabon, la grammaire et la rhétorique. Chaque jour, les marbres épars sur le sol sont employés à décorer les cimetières turcs et juifs, mais après avoir été recoupés et retaillés. C’est ainsi que va s’effaçant tout ce qui restait de l’antiquité ; il ne faut plus guère compter, en fait de sculptures et d’inscriptions, que sur ce que les fouilles bien entendues pourraient fournir.

 

Thèmes évoqués :
– Marbre
– Remplois antiques
– Traitement des matériaux récupérés
– Destination des matériaux récupérés
– Origine des matériaux de remploi

 

[1] Aydın (Turquie), Cæsarea, pendant l’Antiquité.

[2] Nom de la ville pendant la période byzantine.